FILLON – QUAND ON REGRETTE D’AVOIR RAISON

.

          Oui, je regrette d’avoir eu raison lorsque j’ai publié « Au revoir Monsieur Fillon », début février de cette année.

Il ne s’agissait pas d’en vouloir à un homme (l’article ne portait d’ailleurs aucun jugement). En politique, on ne choisit par quelqu’un parce qu’il a l’air sympathique, qu’il est bien habillé et qu’il se dit « catho » (mais l’est-il ? Nous n’en savons rien.)
On choisit le candidat ou le programme qui semble le plus à même de gouverner et gérer un pays afin de réduire les inégalités, réduire le chômage, rendre la dignité à chacun, relever une éthique de vie, pour le bonheur de tous.

Le candidat parfait n’existe pas, on le sait. Si on ne peut que rarement choisir le meilleur, on vote le plus souvent pour celui qu’on pense le moins mauvais. A la primaire de droite, François Fillon avait séduit nombre d’électeurs. Se retrouvant le premier candidat officiel, on ne doit pas s’étonner que l’ensemble des autres candidats lui ait tiré dessus. On peut le regretter, mais  la politique fonctionne comme ça. Triste période en tout cas, durant laquelle on n’a vu que des candidats s’assassiner mutuellement au lieu de proposer des programmes intéressants et constructifs.

Triste spectacle !

Oui, François Fillon aurait dû réagir autrement qu’il ne l’a fait, lorsque le Canard s’est déchaîné. On aurait voulu voir soit un patron fort, courageux, volontaire, intelligent, voulant gouverner pour le bien de tous, soit un homme qui par dignité pour son pays et ses électeurs (et lui-même d’ailleurs) aurait donné sa démission.

Sa défense pendant une semaine en se référant à des « Boules puantes », « forces qui sont à l’œuvre pour me faire taire et tenter d’affaiblir ma candidature », « misogynie », « Si on veut m’attaquer qu’on m’attaque droit dans les yeux, mais qu’on laisse ma femme tranquille », n’a montré qu’un homme en train de piétiner, ne sachant pas comment prendre les choses en main.

La France a maintenant besoin (c’est en tout cas mon opinion) d’un gouvernement courageux de droite. Si M. Fillon avait présenté sa démission, soit une forte partie de la population aurait signé des pétitions lui demandant de revenir (il aurait alors gagné une immense pertinence), soit le numéro deux de la primaire aurait pris sa place et la droite aurait eu toutes ses chances de remporter la présidentielle. Car Alain Juppé, qui a joué la carte du meilleur pendant des mois et des mois, n’aurait alors pas dû avoir le droit de se retirer.

Au lieu de cela, François Fillon s’est enfermé dans une position qui a entraîné de nombreux départs (on peut le regretter, mais c’est ainsi), et sa définition de Plan B = Bérézina lui revient à présent en pleine figure, car la Bérézina c’est lui qui l’a récoltée (et nous par la même occasion.)

Les spécialistes du marketing savent une chose : dans la vie, il faut s’exprimer en fonction de deux éléments :

– le message qu’on veut faire passer,
– la manière de l’exprimer pour que les gens le comprennent.

 En politique, il semble que deux candidats seulement aient  découvert cette manière indispensable de procéder… hélas… :  Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon qui ont passé leur temps à caresser les déçus et les mécontents dans le sens du poil.

Redresser la France va exiger des efforts que tout le monde n’a pas nécessairement envie de supporter.

Réussirons-nous un jour à voir les acteurs politiques analyser tous les problèmes et toutes les solutions suggérées, avant de déclarer « Je sais, j’ai raison » ? Dans ce cas, peut-être que tout être humain pourrait vivre alors dans le respect et la joie ? Cela s’appelle l’Utopie sans doute ?..

.

Jean-Michel Touche

.

INVITATION AUTOUR DE MANIGOA (Jeudi 20 avril)

Cela vous intéresse de

  • parler d’un roman,
  • aborder le sujet de la manipulation génétique et de ses risques pour l’humanité,
  • mais aussi d’échanger sur l’idée d’un chemin qui pourrait nous conduire, tous, vers une vie fondée sur plus d’espoir et de bonheur…
  • … et de savoir comment tout cela peut être mis en forme, afin de le présenter aux jeunes (mais pas uniquement…)  ?

La Libraire Saint-Paul vous invite Jeudi 20 avril 2017, de 19h00 à 20h00 pour une rencontre autour du livre « MANIGOA », afin d’échanger sur ce sujet avec l’auteur (voir invitation ci-dessous).

( 28, rue de Châteaudun, Paris 9ème – Entrée libre )

Alors, à jeudi ?

LETTRE POUR NOS AMIS COPTES

.

          Amis coptes

C’est avec énormément d’émotion que nous avons appris l’horreur des deux attentats commis contre vos église et contre vous.

Devant l’ignominie de ces actes dont la cruauté est inexplicable, nous nous associons à vos douleurs et vos souffrances, nous voulons les porter avec vous.

Des fous-furieux croient se mettre au service de leur religion, alors qu’ils mettent la religion au service de leur haine, de leur violence, de leurs délires.

Si Dieu avait voulu que l’humanité soit en permanence au garde-à-vous devant lui, il l’aurait formatée pour cela. Tout au contraire, Dieu a voulu une humanité autonome et libre, espérant que, d’elle-même, elle l’aimera, comme des parents à la naissance de leurs enfants espèrent qu’ils les aimeront.

Dieu nous a confié des compétences différentes, aux uns et aux autres, non pas pour que l’on s’écharpe à prétendre, d’un côté et d’un autre, qu’on est les meilleurs, mais au contraire pour que ces différences deviennent des complémentarités.

Les chrétiens catholiques partagent vos souffrances, vos peines, s’unissent à vous et prient pour vous et pour les victimes de l’horreur.

Chrétiens coptes et chrétiens de tout l’Orient, nous vous tendons la main, nous sommes frères.

J.M.T.

.

.

MANIGOA (Le Solitaire) – Roman d’anticipation pour adolescents !

                           

Un roman  d’anticipation « fantastique au suspens captivant », sur les enjeux de la manipulation génétique !

Manigoa, une île du Pacifique, belle, très belle. Mais également, dans son sous-sol, riche en terres rares et radioactives.

Pour produire ces métaux exportés dans le monde entier, la Fédération Internationale des Mines a demandé à un laboratoire de procréer des garçons génétiquement modifiés pour résister à ces radiations.

Elevé avec eux au Centre des Rosiers, ignorant tout de ses origines, se demandant s’il n’est pas lui-même un clone, Augustin se rebelle et refuse la vie à laquelle on veut l’obliger.

Pourra-t-il échapper à la mainmise de la Fédération internationale des mines ? Parviendra-t-il à trouver une véritable solution pour être le maître de sa propre existence et se faire une place d’être humain au cœur de la société ? Trouvera-t-il une piste pour savoir d’où il vient et à quoi sert son existence ?

C’est cela que vous propose de vivre MANIGOA (Le solitaire), roman d’anticipation pour adolescents qui devrait également interpeller les adultes puisqu’il traite des enjeux des manipulations génétiques.

Publié par les Editions SALVATOR, le livre sort en librairie le 23 mars 2017.

L’auteur (Jean-Michel Touche) le dédicacera au Salon du livre de Paris,
Stand « Religion, Culture et Société« , samedi 25 mars, de 14h00 à 16h00.

.

.

.

.

FILLON : Plan B ou Plan T ?

.

     Sur le cas de François Fillon, tout a été dit, par ceux qui le défendent comme ceux qui l’attaquent. Florence Portelli, porte-parole du candidat, n’est-elle pas allée jusqu’à déclarer sur BFM TV (qui n’est pas ma tasse de thé) : « Un collaborateur parlementaire peut être même payés à tricoter. »  Pas mal ! (Cliquer sur Ouest France  3 mars 2017).

Voilà une pièce rare qu’il faudra absolument conserver dans les archives politiques françaises, série « On se fout de nous ». Parce que, quand même, il est navrant de voir la parole politique dégringoler sans frein. Et si cela est véridique, alors, mesdames et messieurs les conseillers parlementaires, prenez vos aiguilles et vos pelotes, et venez rejoindre les ateliers tricot qui font des chandails pour les personnes les plus précaires !

Ce qui importe à présent n’est pas le maintien ou la sortie d’un homme politique mais l’avenir de notre pays. En clair l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants. TOUS nos enfants et petits-enfants, quels que soient leur origine, la situation sociale de leurs parents, leur niveau de connaissance et de compétence.

Il est vrai que la frontière droite/gauche enferme les Français dans un rite d’opposition plus catastrophique que constructif, et que nous aurions intérêt à chercher les idées positives de chaque côté afin de commencer à reconstruire une société dans laquelle chacun trouvera sa place.

Le métier politique est certainement très difficile et délicat. La route n’est pas un chemin délicieux où tout fonctionne comme on le désire. Mais un programme politique sensé doit se préparer longtemps à l’avance, en analysant les différents projets, leurs points forts et leurs points faibles, leur possibilité de réalisation, la manière dont ils peuvent se coordonner, les risques qu’ils peuvent entraîner.

La bagarre entre pro et anti Fillon s’est fortement concentrée sur un point de la vie politique, pas sur l’essentiel. A présent, si nous voulons que véritablement la conduite de la France change, nous avons besoin dès à présent d’un candidat fort, pas d’un homme qui n’a pas su affronter ses adversaires, qui s’est laissé glisser dans une réaction des plus maladroites, qui a déclaré qu’un plan B serait un plan Bérézina (il serait donc le seul à pouvoir gouverner notre pays ?).

Si François Fillon empêche le déroulement d’un plan B, on aura droit à un plan T.

.

Jean-Michel Touche

ON A FORT MAL DORMI

.

Le théâtre du Rond-Point, à Paris, propose, jusqu’au 12 mars

ON A FORT MAL DORMI

un excellent spectacle à la fois original et « d’une rare lucidité », remarquablement interprété sur scène par Jean-Christophe Quenon !

Le sujet, les SDF, y est abordé d’une manière étonnante et inhabituelle qui nous fait pénétrer dans la pensée de ces hommes et ces femmes, êtres humains comme nous, qui pourtant ne trouvent pas leur place dans la société.

La critique d’Elisabeth Hennebert dans le journal Les Trois Coups présente cette pièce d’une manière aussi juste que le spectacle lui-même, et met en évidence la qualité du texte, celle de la mise en scène et celle du comédien.

p2910050-2000x1125Photo : crédit Cie Coup de Poker

.

.

.

 

 

 

François Fillon agite les esprits.

.

          Merci à tous ceux, ils sont nombreux, qui m’ont envoyé des messages après les précédents articles sur l’affaire Fillon. je ne suis pas en mesure de répondre individuellement tant ils sont nombreux, qu’ils veuillent bien m’excuser.

.

Décidément, François Fillon agite les esprits !

La plupart des messages que l’on reçoit abordent le sujet sur le plan de l’affaire financière et du travail, fictif ou réel, de Madame Fillon.

On a reçu mille fois les mêmes informations. Sans que rien ne change.

C’est plutôt sur le plan « chef d’état » et gouvernement de la France qu’il faudrait traiter le sujet.

Un candidat à la présidence de la République doit être un homme intelligent, humain, fort et courageux. S’il est élu, c’est pour diriger.

Jamais François Fillon n’aurait dû réagir comme il l’a fait au tout début des accusations. Entre parenthèses, étant le premier candidat officiellement désigné par des électeurs pour l’élection présidentielle, il était logique que tous ses adversaires lui tapent dessus. Il devait s’y attendre, ses supports également. Comme souligné dans le premier article du Blog sur ce sujet, il aurait dû prendre immédiatement une stature de chef, dire que ces accusations, il les laissait à la Justice, afin que lui-même puisse préparer la mise en place de son programme pour sortir la France des ornières dans lesquelles elle se trouve à présent, et que, s’il le fallait, pour ne pas détruire la droite, il donnerait sa démission sans attendre que le parquet national financier ne se soit prononcé.

Il aurait alors grandi son image, et tous les Français qui ont voté pour lui aux primaires, ou qui s’apprêtaient à le faire à la présidentielle, lui auraient demandé de rester Leur Candidat. Cela aura amplement changé les choses!

Au lieu de cela, ses hésitations, ses répliques maladroites, son « plan B comme Bérézina », tout cela s’est retourné contre lui et a fait non seulement chuter sa popularité, mais également mettre en danger l’alternative gouvernementale dont la France a besoin.

Un homme politique ne parle pas n’importe comment. Il doit adapter ses propos en fonction de la manière dont ils seront reçus et compris.

Et à présent ?

Espérons que François Fillon pourra maintenir sa candidature dans tous les cas de figure et que, durant la campagne présidentielle, il saura retrouver auprès des électeurs tout ce qu’il a perdu.

.

Jean-Michel Touche

.

.

.

%d blogueurs aiment cette page :