Pourquoi ce Blog ?

.

Lieu d’information et de discussion, ce blog a pour seule ambition d’inciter à réfléchir et échanger des idées. . . et parfois à agir !

Vous y trouverez plusieurs catégories de contenu :

–  Croire : articles abordant le thème du divin, croire ou ne pas croire, l’espérance, la religion…

Société  : grands et petits problèmes de la Société,  la précarité, des moyens pour s’en sortir… et toutes les idées que nous pouvons développer ensemble sur ce sujet…

– Photos : photos sur le blog et liens avec des galeries hébergées hors du blog

– Evénements : Annonce de concerts, signatures, rencontres et tous autres événements

Voir, lire, écouter :  coups de cœur nouveaux ou anciens, livres, films, œuvres qui peuvent nous émouvoir ou nous agacer, textes qui contribuent à construire l’être humain.

Contes : Publication en ligne de contes et autres textes

– Divers : pour tout autre sujet inclassable ci-dessus.

Vos commentaires seront les bienvenus dans la mesure où ils respecteront les règles normales de bienséance. Seront rejetés tous les commentaires porteurs de haine raciale, politique ou religieuse, de polémique ou de pornographie.

Jean-Michel Touche

Le mystère du soleil froid

Avec Le mystère du soleil froid, Brunor ouvre sa collection « Les Indices Pensables », enquête sur Dieu !

Bigre ! Une enquête sur Dieu en BD ? Il n’y va pas de main morte, l’artiste.

Derrière les images que cet illustrateur de talent nous fait découvrir au fil des pages, le récit commence à la manière d’une BD classique, avec les représentants des grandes civilisations qui s’interrogent sur le soleil et s’apprêtent à le diviniser…

…jusqu’à l’apparition d’un petit bonhomme qui va tout remettre en question.

Alors, l’ouvrage bascule. Parce que, sous le couvert de cette enquête bon enfant, c’est une réflexion profonde qui commence. Et comme l’annonce la 4ème de couverture, « ce livre transmet à chacun des informations vérifiables, qui sont autant d’indices pour alimenter une pensée personnelle. »

Le mystère du soleil froid

Editions du Jubilé,  48 p., 13€

Invictus (un grand Clint Eastwood)

Invictus est le titre d’un poème de l’écrivain britannique William Ernest Henley, dont la lecture, jour après jour, aida Mandela à vivre durant les vingt sept années qu’il passa en prison.

Le sujet : 1994 – Libéré depuis quatre ans, Nelson Mandela est élu premier président noir de l’Afrique du Sud. Bien que le régime de l’apartheid soit officiellement aboli depuis 1991, le pays reste profondément marqué par la ségrégation raciale.
Mandela va faire le pari que la coupe du monde de Rugby, qui doit se dérouler en 1995 en Afrique du Sud, peut servir la cause de l’union nationale. Une complicité va se créer entre lui et François Pienaar, le capitaine de l’équipe des Sprinboks. Déjouant les pronostics des chroniqueurs sportifs, les joueurs, de plus en plus « impliqués » dans le challenge, vont donner la victoire à leur pays.

Evidemment, pour voir ce film, il est préférable d’aimer le rugby qui tient vraiment ici le devant de la scène !

Au-delà de l’interprétation remarquable des acteurs(1) et de la sensibilité du réalisateur (notamment la scène de l’enfant et des policemen, dans un quartier de la ville, pendant que se déroule la finale), on se prend à rêver. Et si enfin, un jour, les hommes parvenaient à se regrouper pour vivre ensemble, pour bâtir non pas une nation, comme on y assiste dans INVICTUS, mais l’humanité toute entière !

Faut-il absolument des MANDELA ou des GANDHI pour réaliser ce qui ne devrait pas être seulement un rêve d’idéaliste ? Ne possédons-nous pas, chacun d’entre nous, les qualités nécessaires pour apporter notre pierre à la construction d’un monde juste ?
C’est le genre de questions qui arrive naturellement à l’esprit après avoir vu ce film, même si l’on n’est pas un fervent supporteur de rugby.

(1) Morgan Freeman, collant remarquablement au personnage de Nelson Mandela, mais aussi Matt Damon dans le rôle du capitaine des Springboks, et l’ensemble des seconds rôles.

LA BIBLE POUR LES PLUS JEUNES

LA GRANDE HISTOIRE DE LA BIBLE
EN DESSINS ANIMÉS
Sur un scénario de Paule AMBLARD

.

bible_animee-1_modifie-1

Il a fallu trois ans de travail pour la création de ce premier DVD de la Bible Animée.
Il ouvre une grande série consacrée à l’histoire des personnages de la Bible en présentant trois grandes figures :

Noé

noe

Daviddavid

                                                                                  et Jonasjonas

La réalisation extrêmement soignée est un merveilleux outil de culture biblique et d’éveil spirituel. L’image expressive et poétique est accompagnée d’un univers sonore très fouillé et du souffle de la musique qui nous font vivre l’histoire.
Des dessins animés à voir et à revoir.

Pour les enfants à partir de quatre ans.

.

.

cp_bible_animee-modifie-3BONUS
Et en bonus dans ce DVD, 2 dessins animés d’Éveil à la Foi pour les tout-petits: L’Annonciation et La Nativité.

Et à télécharger gratuitement une très belle application pour Iphone, Ipad et tablettes Androïd, avec des jeux et des enseignements simples et ludiques pour l’adulte et l’enfant. Des heures de jeux pour s’approprier l’histoire biblique.

cp_bible_animee-4

Enteleki est une maison de productions chrétiennes. Fondatrice d’un studio de dessins animés, sa vocation est d’enseigner une tradition biblique sous une forme moderne pour les enfants de 4 à 100 ans.

  

CONTACT PRESSE
contact@enteleki.fr
enteleki@free.fr

http://www.enteleki.fr

.

.

.

TROP DE JOUETS ?

Trop de jouets ? Qu’à cela ne tienne !

img_1230

La Mairie du 16ème arrondissement organise en ce moment une collecte de jouets jusqu’au 25 novembre.

Si vos enfants ou petits-enfants encombrent leurs placards (et les vôtres) avec quantité de patins, jeux de construction, ballons ovales ou ronds, poupées, legos, billes, patinettes, peluches, voitures, trains, maquettes (et que sais-je encore…  j’allais oublier cordes à sauter, puzzles, skate-boards, sarbacanes et petits soldats, ouf  !), une solution : en porter une bonne partie dans les centres qui collectent des jouets encore en bon état, qu’ils remettent en forme si nécessaire et donnent de votre part aux enfants qui n’en ont pas.

Cela coûte seulement le temps de les mettre dans des sacs et de les porter à ces centres de collecte.

Si vous habitez dans le 16ème arrondissement de Paris, n’hésitez pas, portez-les à la Mairie du 16ème, 71 avenue Henri-Martin. Vous ferez des heureux !

Merci par avance !

.

.

.

Comme les lépreux de l’évangile

Homélie prononcée par Gwenolé Jeusset(1), Franciscain, le 9 octobre 2016

bougie-nocturne-le-maine

« On n’enchaîne pas la parole de Dieu » nous dit Saint Paul. Elle nous gêne parfois parce que nous sommes toujours tentés d’avoir un christianisme facile. On a la foi catholique, on n’a pas de peine à dire le credo, mais on oublie par exemple le sermon sur la montagne, ou le chapitre 25 de St Mathieu décrivant le jugement dernier sur l’accueil fait aux petits, aux étrangers. En ce moment, même certains  catholiques oublient qu’on n’enferme pas le christianisme dans des murailles de Jéricho, c’est un élan vers toutes les frontières à dépasser, en commençant par celle de soi.

 

bible-ancienneDans les deux lectures du jour ( Deuxième Livre des Rois, 5, 14-17, Naaman, le général syrien atteint de la lèpre  et  L’Evangile selon Saint Luc 17, 11-19, les dix lépreux guéris par Jésus) il est question d’un étranger : dans la première on nous parle d’un Syrien, – comme par hasard d’un  Syrien, et dans l’évangile, d’un samaritain.

Dans l’évangile, le Seigneur souligne la goujaterie de ses neuf compatriotes juifs et met en valeur, comme dans la parabole de Jéricho (mais ici dans un fait réel) un de ces êtres doublement exclus par les Israélites : lépreux et samaritain. C’est un message qui ne passait guère dans son temps mais aujourd’hui Jésus aurait peut-être encore plus de difficultés à oser tancer son entourage en disant que l’étranger est un modèle « Où sont passés les neuf autres ? ».

Pour nous, c’est un problème bien compliqué que l’afflux de personnes qui fuient la guerre et la misère, certes, mais l’évangile est là : l’étranger est notre frère, notre sœur, même quand ils gênent. « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » recevez en héritage le royaume préparé pour vous… et celui qui ne les accueille pas est plutôt mal placé.

Parce que les hommes n’ont pas réussi à créer la paix civile dans beaucoup de pays, parce qu’on n’a pas réussi à donner les moyens de vivre au Tiers-Monde en lui payant à juste prix son minerai, parce que des dirigeants ont tenu en laisse leur peuple en s’enrichissant personnellement. On ne prépare pas un monde de paix pour les générations suivantes si on n’arrive pas à recevoir les réfugiés, dit le pape. Il faut sinon l’approuver, au moins l’écouter et entendre l’évangile que nous dit le successeur de Pierre :  « Si nous voulons la sécurité, donnons la sécurité ; si nous voulons la vie, donnons la vie ; si nous voulons des opportunités, donnons des opportunités. Le critère que nous utilisons pour les autres sera l’aune à laquelle le temps nous mesurera. (24 septembre 2015, discours devant le Congrès américain)»

 

Ce n’est pas nous qui pouvons résoudre le problème posé qui est immense, mais comment en parlons-nous ? Nous devons avoir un regard de compassion et encourager des mesures de compassion et de justice, nous ne pouvons pas suivre celles et ceux qui prêchent le rejet, sans trahir notre foi. Par expérience dans les pays où j’ai vécu, je sais que plusieurs sont rackettés parfois par leurs compatriotes. Je sais aussi que certaines gens, de chez nous, manquent de discernement, dans l’aide à apporter, mais cela ne peut être une excuse à ne pas changer notre regard si notre regard est un regard de rejet.

 

La parole de Dieu est parfois  comparable à un poil à gratter pour nous mener à Jésus. Le but, c’est lui et aujourd’hui si nous écoutons bien, nous sommes conduits au Christ via le prochain qu’on n’attendait pas.

Face au défi pour notre continent, nous sommes désarçonnés, nous nous demandons comment cela va se terminer. Nous sommes nous-mêmes comme les lépreux de l’évangile et comme eux nous devons nous tourner vers Jésus pour qu’il guérisse nos peurs et nous dise que faire. Et comme Naaman et le Samaritain, nous pourrons revenir sur nos pas en glorifiant Dieu à pleine voix.

.

(1) : C’est en terre d’islam que le frère Gwenolé Jeusset a vécu l’essentiel de sa vie de prêtre.

img_38011Rencontre Sant’Egidio à Assise, 18-20 septembre 2016

.

.

APPEL AU SECOURS HEBERGEMENT

Au cours de l’année dernière, le groupe de maraudeurs de Notre-Dame de Grâce de Passy (Paris 16ème) a rencontré, soutenu, aidé une jeune femme roumaine et ses quatre filles (Anna-Maria, 5 ans, Elisa, 7 ans, Lévrétana, 12 ans, et Pétroutsa ,13 ans).

Impossible de rester indifférent devant Yourdana et ses enfants qui, la nuit, dormaient sur le trottoir d’une avenue de Paris, très proprement installées sous une grande couverture. Nous les avons accompagnées dans le peu que nous connaissions de leur vie, et une affection réciproque s’est créée entre nous.

° ° °

En septembre, coup de théâtre : Yourdana, que nous rencontrons au cours d’une maraude, nous annonce dans un français très incertain (hélas nous ne parlons pas roumain) qu’elle travaille, son mari également, que la famille est logée et que ses deux plus jeunes filles, qui à présent parlent très bien le français, sont scolarisées dans une école parisienne.

° ° °

MAIS ! . . deuxième coup de théâtre

Aujourd’hui nous apprenons que son mari ne travaille pas encore mais qu’il a pour l’instant une simple promesse d’embauche, et qu’ils ont dû quitter l’hébergement qui leur avait été octroyé.

Aussi l’équipe de maraudes à laquelle j’appartiens cherche une solution d’urgence pour abriter cette famille (2 adultes et 2 enfants) qui peut mettre 100 euros par mois pour se loger dans Paris, de préférence près du 16ème arrondissement.

Je suis conscient que 100 euros ou rien, c’est pareil. Mais que faire quand tout se démolit autour de vous ? Des associations pourront certainement apporter une aide financière. Pour l’instant, l’urgence est de trouver un toit pour Yourdana, son mari, Anna-Maria, Elisa, Lévrétana et Pétroutsa.

Des contacts ont été pris avec le Samu social et l’association Sainte-Geneviève de Paris, ainsi que les acteurs de la Précarité que nous connaissons (mairie du 16ème, Aurore, Aux Captifs la libération, la Croix Rouge, la Conférence Saint-Vincent de Paul etc.)

Si vous avez des idées susceptibles de venir en aide à cette famille que nous assistons autant que nous pouvons, soyez infiniment remerciés !

Jean-Michel

 

 

.

.

UN SALON DU LIVRE JEUNESSE ET SPIRITUALITE

.

Du jamais vu : un salon jeunesse réunissant des auteurs de confessions différentes, organisé par l’Association Ecritures et Spiritualité (autrefois Association des Ecrivains Croyants.)

Une aventure passionnante.

flyer-salon-jeunesse-et-spiritualites-2_modifie-1

29 auteurs, philosophes, illustrateurs, conteurs… (5 de plus qu’annoncé sur le flyer) présenteront et dédicaceront leurs ouvrages selon un programme que vous découvrirez, ainsi que la liste des auteurs, en cliquant sur « Il était une foi(s) »

Une initiative jamais encore réalisée, qui reçoit un bel accueil de la part des médias. Une occasion à ne pas manquer.

Personnellement, j’aurai le plaisir de dédicacer « Les Messagers de l’Alliance », saga pour faire découvrir la Bible aux jeunes (et peut-être à leurs parents.)

Retrouvons-nous le 6 novembre prochain au
FORUM 104
104, rue de Vaugirard (Paris 6ème)
de 11h00 à 18h00

Jean-Michel Touche

.

.

SI JE NE PEUX PLUS MARCHER JE COURRAI

 

Un livre étonnant. Dans sa préface, Philippe Pozzo di Borgo écrit : « Comme j’aurais été heureux d’être l’ami de Léo », ce jeune père de famille peu à peu détruit par la maladie de Charcot.

Un livre à la fois journal intime et témoignage, qui nous secoue dans la question que parfois nous nous posons : « qui suis-je ? »

Par son récit, ses réflexions, son exploration du mystère de la vie qui se construit (celle de ses enfants) et se détruit tout en demeurant d’une présence surprenante (celle de Léo), Axelle Huber, l’auteur, dépasse le simple contenu narratif. Elle ouvre des portes par lesquelles nous ne sommes pas habitués à passer, découvre l’intime d’un mari qui ne faisait qu’un avec elle et qui s’avère de plus en plus  rayonnant alors même que la maladie le détruit.

S’il fallait utiliser une image, je prendrais celle d’un château fort qui reste debout et présent malgré les assauts du temps et la violence des éléments.

livre-axelle

Voir aussi La lumière ne s’enferme jamais..

.

.

QUE PERSONNE NE SE TRUMP !

Alors, lequel des deux ?

Faut tout de même pas rigoler.

lequel-des-deux

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre Hillary . . .

hillary

. . . et Donald . . .

20082016-dsc_0047_modifie-1

. . . pourvu que personne ne se trump.

        C’est pourtant important !

.
.
.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

.

.

%d blogueurs aiment cette page :