Pèlerinage paroissial à l’eau bénite

Grande journée que ce 24 juin, premier jour de l’été, pour les paroissiens de Notre-Dame de Grâce qui ont participé au pèlerinage paroissial.

Ne pouvant tremper nos pieds dans l’eau du Jourdain, en cette fête de Saint-Jean Baptiste, c’est l’eau du ciel qui est venue jusqu’à nous.

Une eau bénite, naturellement !

Nous ne pouvions que nous réjouir puisque nous avons vu dès le départ (c’était écrit) que nous avions la part des anges.

.

Arrivés à la Part-Dieu, sous le pilotage vigilant d’un chauffeur aguerri, nous avons négocié avec la pluie afin qu’elle nous laisse nous installer dans l’amphithéâtre de plein air.

.

.

.

Cinq minutes pour chercher les fraises sauvages…

.

.

…ensuite, des fleurs splendides, que l’on appelle communément « Parapluies »,  se sont épanouies spontanément, donnant un genre très particulier à cette réunion, et soulignant l’introduction d’un Père Würz absolument impassible malgré les gouttes qui tombaient autour de lui.

.

.

.

Invités à réfléchir en petits groupes sur le corps défiguré de Jésus et celui d’un SDF défiguré par la misère, vint ensuite le temps de mettre en commun le fruit de ces réflexions, de voir en l’autre, quel qu’il soit, un corps appelé à ressusciter, un corps créé à la ressemblance de Dieu.

.

.

.

Quelques photos pour souligner la beauté de La Part-Dieu…

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Repas de partage, rencontres entre paroissiens dont certains, n’ayant pas les mêmes horaires, ne s’étaient peut-être jamais croisés, mélange des âges, échange de saveurs, de chips et de cerises… mais aussi partage d’idées… jusqu’à la découverte de la Collégiale pour ceux qui ne la connaissaient pas.

.

.

.

.

.

.

.

.

Visite en deux groupes de cette église romane construite aux 11ème et 12ème siècles et très restaurée par Viollet-Le-Duc, où Saint-Louis fut baptisé en 1214.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Point d’orgue de cette journée, l’Eucharistie, concélébrée par le Père de Laigue, le Père Würz et le Père de Bellescize.

.

.

.

Retour tout aussi mouillé quà l’aller, sous une pluie peut-être encore plus bénite que celle du  matin, après une pareille journée !

.

.

Merci au Père de Laigue, curé de Notre-Dame de Grâce, et à ses vicaires. Merci également à Saint Jean-Baptiste pour la qualité de la pluie, aux chauffeurs qui nous ont ramenés à bon port, et à Vincent Guibout qui a organisé cette journée.

.

Photos © Jean-Michel Touche

PÂQUES 2012

Pour découvrir ou retrouver les moments forts du Vendredi Saint et de la Vigile Pascale 2012 à Notre-Dame de Grâce de Passy, trois séries de photos vous sont proposés :

Vendredi Saint,

Feu et Lumière  La Lumière du Christ dissipe les ténèbres,

Chemin de Vie  Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité. (Marc 16, 1-8).

.

Remarque : une fois arrivés sur Vendredi Saint Feu et Lumière  ou  Chemin de Vie,  vous pouvez choisir de voir les photos soit en mode Galerie (une colonne de vignettes apparaît à gauche de votre écran), soit en mode Diaporama (pas de vignette, les photos au centre de l’écran sont plus grandes).

Pour effectuer votre choix, cliquez sur « Affichage », en haut et à gauche de l’écran, puis sur Galerie ou Diaporama.

.

.

Un mois à la campagne (Tourguéniev)

En février dernier, le blog vous recommandait de venir assister à la pièce de Tourguéniev, qui sera présentée à Notre-Dame de Grâce de Passy le 16 mars 2012 pour les œuvres caritatives des Conférences Saint-Vincent de Paul.

Nous sommes parvenus à approcher quelques acteurs au moment où ils travaillaient leurs rôles…

Pour vous, et pour vous seulement, voici quelques photos prises au cours d’une répétition.

.

Acteurs relisant leurs rôles…

.

.

Quelques scènes au hasard d’une répétition (sans les décors de la grande salle…)

.

.

.

.

.

.

.

.


.

.

Vous avez oublié le sujet de cette pièce ? Pas de problème, vous le retrouverez en regardant de nouveau l’article « Que faites-vous le 16 mars au soir ?

Alors, à bientôt !

.
Photos  ©  Jean-Michel Touche

Venez participer à notre «NUIT DOUBLE A »

Pendant que le monde de la finance et de la politique s’excite sur le Triple A, Notre-Dame de Grâce de Passy, elle, vous invite à une « NUIT DOUBLE  A » : 

A pour Accueil et

A pour Adoration.

Comme elle le fait une fois par mois durant l’hiver, Notre-Dame de Grâce organise durant la nuit de vendredi à samedi  (20/21 janvier), un accueil pour nos amis de la rue, afin qu’ils puissent passer une nuit au calme et à l’abri du froid. C’est cela que nous appelons « NUIT  DOUBLE   A » : A pour accueil et A pour adoration.

Pendant que nos frères sans abri se trouveront dans l’atrium, les paroissiens sont invités à veiller sur leur sommeil, tout en donnant à Dieu un temps d’adoration, dans l’ancienne église. Naturellement, toute autre personne qui  désirera participer à cette Nuit Double A sera la bienvenue.

La présence de deux personnes dans l’ancienne église, chaque heure de la nuit, est indispensable pour que cette opération soit menée à bien.

Cette présence, en petit comité, devant l’Eucharistie, est un moment intense d’intimité avec Dieu, et un geste d’amitié pour ceux que Jésus nous a demandé d’aimer comme nos frères.

Merci à toutes celles et tous ceux qui s’inscriront sur le planning de la nuit (en cliquant sur NDGP).  Si vous ne pouvez pas vous engager pour une heure, venez tout de même. Vous verrez : s’associer ne serait-ce que 10 minutes à ce moment privilégié en face de l’Eucharistie, est un vrai bonheur !

Vous demeurez loin ? Vous êtes empêchés de venir pour toute autre raison ? Pas de problème ! Vous pouvez durant cette nuit, et là où vous êtes, vous associer à cette opération en donnant un temps de prière pour ceux que la vie a durablement et profondément blessés.

Sur les photos ci-dessous, prises lors de la précédente Nuit Double A, vous pouvez apercevoir quelques uns de nos amis dormant dans l’atrium pendant que, tout près d’eux, des paroissiens veillent sur leur sommeil et prient  dans la pénombre devant l’Eucharistie.

NOTRE-DAME DE GRÂCE DE PASSY – Rentrée paroissiale

Notre-Dame de Grâce de Passy a vécu une rentrée paroissiale particulièrement dense, les 1er et 2 octobre 2011, avec au programme:

– une récollection sur le thème « Eucharistie et engagement »

– une assemblée paroissiale dans la ligne de la récollection

– un forum pour présenter l’ensemble des activités paroissiales.

Pour revivre des deux journées, voici, dans le désordre, quelques photos prises sur le vif.

Une grande soif ? Merci Wallace !

Le moment des confidences !..

Sachons à présent tirer les fruits de ces deux journées.

5 – JESUS : que dit-on de lui ?

QUE DIT-ON DE LUI ?


Avant Lui, les prophètes

Ils annoncent un « Messie » (en grec on utilise le mot « Christos ».)  Messie, celui qui est « Oint », c’est-à-dire celui qui est choisi par Dieu (les rois d’Israël reçoivent l’ « Oint », l’onction.)

Isaïe, qui a vécu environ 750 ans avant notre ère, annonce au peuple d’Israël menacé par des armées étrangères, « la naissance d’un enfant qui assurera son avenir, et qu’on appellera Emmanuel, « Dieu avec nous », en reconnaissance de la protection divine dont il sera le vivant témoignage. » (Dictionnaire de la Bible, d’André-Marie Gérard, p.920).

Les disciples de Jean Baptiste iront donc le trouver et lui demanderont : « Es-tu celui qui doit venir, ou bien devons-nous en attendre un autre ? » (Mt 11 ; 3 et Lc  7 ; 19-20)

Cette annonce du Messie, entretenue par les prophètes, explique pourquoi les Juifs attendaient un sauveur temporel, un homme qui viendrait bouter les Romains hors de leur pays. Mais Jésus n’est pas venu pour cela. Aussi s’est-Il toujours méfié que l’on puisse lui prêter un tel pouvoir. De même il interdit à ses disciples de révéler ce qu’ils ont appris de Lui, car Il se méfiait de l’interprétation temporelle que les hommes faisaient du mot Messie.

De son vivant

Les disciples qui se trouvaient dans la barque le jour où il est venu les rejoindre en marchant sur l’eau : « Vraiment, tu es Fils de Dieu : » (Mc 6 :  47-50  et  Mt 14 : 25-33)

Pierre s’enflamme. Jésus demande à ses disciples ce que l’on dit de lui au sein de la population. Puis il leur dit : « Et pour vous, qui suis-je ? » Pierre répond : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » (Mc 8 ; 27 et s)

Quant au centurion qui se trouvait de garde au pied de la croix, il l’affirme également au moment de la mort de Jésus (« Vraiment, celui-ci était le Fils de Dieu ! », s’exclamera-t-il, cf  Mt 27 ; 54).

Les prêtres juifs, eux, ont prétendu, nous l’avons déjà vu, que c’est un blasphémateur.

Et aujourd’hui ?

Jésus, l’Homme Dieu qui donne sa vie pour que nous vivions

Nous abordons là le plus grand des mystères : Jésus, Fils de Dieu, mort et Ressuscité. Au cœur de la foi, c’est ce que nous sommes invités à croire, mais en toute liberté.

Parce que son enseignement dérangeait, tant le pouvoir religieux en place que le pouvoir politique, les hommes l’ont condamné. Il est mort.

Est-ce que le message d’amour de Dieu serait le don le plus difficile à accepter ?

Le troisième jour, ce sont les femmes qui, les premières, trouvent le tombeau vide (les femmes, dont le rôle social est infime, à cette époque !)

Thomas (si semblable à nous) veut en voir davantage. Et Jésus, ressuscité, lui déclare :

Vois mes mains

Vois la plaie de mon côté

Tu vois, c’est bien moi.  (Jn, 20 ; 24-28)

Alors…    Jésus :  un homme qui a aimé son temps, le Fils de Dieu venu nous parler de son Père… de notre Père…

Jésus de Nazareth, l’homme en qui Dieu s’est fait chair !

La Concile de Chalcédoine, en 451, avait donné cette définition que les conciles suivants ont confirmée :

« Jésus est l’Homme véritable uni à Dieu véritable »

J.M.T.

Lire aussi :

1 – Jésus devant l’Histoire

2 – Jésus pleinement homme

3 – Jésus pleinement Dieu

4 – Jésus, qu’a-t-il dit ?

Vigile Pascale 2011 à Notre-dame de Grâce de Passy


Chaque année, pour les chrétiens, Pâques marque le sommet de la foi, moment particulier où chacun est invité à s’ouvrir à Dieu par la Résurrection de Son Fils.
On se demande parfois pourquoi Dieu a choisi un acte d’une telle intensité et d’une telle souffrance pour sauver l’humanité. Avait-il besoin d’aller « jusque-là ? », jusqu’au martyre et la mort de ce Fils tant aimé ?
Or justement, ce qu’Il nous a donné, c’est Son bien le plus précieux : Son Fils ! Rien ne pouvait être plus douloureux pour le Père que le don de Son Fils. Cela marque à quel point Il nous aime !

La Vigile Pascale est également le temps où les catéchumènes, en chemin depuis des mois et des mois, reçoivent enfin le baptême.
Voici, en images, comment a été vécue cette année  la Vigile Pascale à Notre-Dame de Grâce de Passy.

%d blogueurs aiment cette page :