DEDICACES

Dans le cadre des FÊTES DES FAMILLES et des JOURNÉES MISSIONNAIRES,

GERSON,      SAINT-JEAN DE PASSY      et      FRANKLIN

organisent  des séances de dédicaces à Paris avec de nombreux  écrivains.

J’aurai le plaisir d’y participer et de dédicacer « MANIGOA »

Samedi 20 mai

de 14h00 à 16h00 à Saint-Louis de Gonzague (12 rue Benjamin Franklin)

de 16h00 à 18h00 : à Gerson (31, rue de la Pompe)

Dimanche 21 mai

de 14h00 à 18h00 à Saint-Jean de Passy (72, rue Raynouard)

 

Alors, peut-être à bientôt ?

Jean-Michel Touche

Flânerie en pays burgonde

.

     Le saviez-vous ? Avant d’être Bourgogne (Bregogne en morvandiau), cette belle et riche région s’appelait la Buregondie, du nom des Burgondes qui en firent un royaume. Celui-ci devait ensuite devenir Royaume des Deux Bourgognes, puis se diviser en comté et duché de Bourgogne.

     Mais ce n’est pas un historique de la Bourgogne que je vous propose. Seulement une courte balade en pays Burgonde, à l’aide de photos prises ici ou là au gré des virages, des paysages, des moments inattendus et de la lumière.

     Mézilles, tout d’abord, non loin de Saint-Sauveur en Puisaye, premier arrêt. Brève flânerie auprès d’un cours d’eau et d’un gué.

_95.

_94

° ° °

     Un certain nombre de lieues et virages plus tard, nous entrons dans Saint-Fargeau, où le château attire tous les regards par sa taille et sa couleur. Deux tours rondes et massives en gardent l’entrée, tandis qu’un parement de briques roses et des lanternons au-dessus des toitures lui donnent une belle élégance.

_96

.

_97.

_103.

_104

.

_98

     C’est la Grande Mademoiselle, cousine de Louis XIV, exilée à Saint-Fargeau par son royal cousin en raison de son engagement dans la Fronde, qui tranforme en château, avec l’architecte François Le Vau, l’ancien pavillon de chasse devenu à l’époque  forteresse .

Perdons-nous quelque temps dans ses combles.

_101

.
.
.
.
.
.
.
..
.
.

.

.
.
.

.

_102

.

_99.

_100.

     Saint-Fargeau est aussi l’occasion d’assister à un splendide spectacle de Son et Lumière, et de rêver dans la brocante de Nicole Duperrier.

° ° °

     Poursuivons notre route. Allez jusqu’à Donzy, nous recommande un couple avec lequel nous partageons un petit déjeuner à la sympathique Maison d’Hôtes l’Orée des Vignes. Entrez au Moulin de l’Île. Vous y trouverez…

     Mais voyez plutôt.

_106

.

_107.

_105

      Au bord de la Talvane (à moins que ce ne soit le Nohain car Donzy s’est installée au confluent de ces deux rivières), on peut voir la maison des maîtres du Moulin.

     Si vous vous y rendez, vous verrez le moulin lui-même, juste à côté. Bien que la hauteur de la chute d’eau soit minime, une conduite forcée pousse l’eau vers une roue qui actionne tout le moulin, à commencer par une énorme meule sous laquelle s’écrasent selon le cas les noix ou les noisettes._108

.

_109.

_111.

_110.

_113.

_114.

_112.

_116.

_115

° ° °

     Aux environs de Donzy, voici Saint-Sauveur en Puisaye, ville natale de Colette. Elle se caractérise par l’existence d’un monumental donjon du XIème siècle, la tour Sarrazine, dont on ignore à peu près tout, et dont l’esthétique ne laisse pas un souvenir impérissable (mais évidemment il n’était pas construit dans ce but.) St-Sauveur en Puisaye possède également un musée consacré à Colette.

_120.

_122.

_123.

_124

° ° °

     L’étape suivante, La Charité sur Loire, est particulière. Pour deux raisons. L’église Notre-Dame, tout d’abord, le rayonnement du livre ensuite.

     Edifiée à partir de 1059, la prieurale mesurait 122 mètres de long, à peine moins que Notre-Dame de Paris qui en mesure 130. Malheureusement, plusieurs travées sont détruites par un incendie en 1559 (il n’en reste aujourd’hui que quatre) ainsi que le clocher. Le porche d’origine et la tour Sainte-Croix se trouvent donc séparés du reste de l’église, comme le montrent les photos ci-dessous, et des habitations ont été construites dans les arcs des travées disparues.

_136

Quatre travées séparaient la porte que vous voyez ci-dessus, du porche de l’église (photo suivante).  Dans les arcatures de ces travées se trouvent aujourd’hui des logements et l’office du tourisme._129.

_128Cela crée à l’extérieur un mélange assez étonnant, que l’on oublie une fois entré dans l’église.

_150.

_149.

_133.

_135Ce tympan représente la Transfiguration

_132Détail du tympan (la présentation de l’enfant Jésus au Temple)

° ° °

La Charité sur Loire se distingue par une autre caractéristique : une douzaine de librairies se sont ouvertes dans la partie basse de la ville, près de la Loire, dans le sillage de Christian Vallériaux, libraire parisien venu s’y installer en 1995. C’est ainsi que La Charité sur Loire est devenue « La Ville du Livre ».  On y trouve toutes sortes d’ouvrages, et de nombreux lecteurs installés un peu n’importe où, lisant livres ou journaux.

_127

.

_131._137.

_138.

_142(photo à l’ancienne)

.

_144.

_140.

_139.

_141.

_145.

Il est une autre caratéristique surprenante, à La Charité sur Loire : le nombre de sentences que l’on peut lire sur les murs de la ville. En voici quelques-unes.

_147

L’humanité devrait y réfléchir !

_148Ben… Dame oui !

_146J’avoue avoir moi-même grimpé le raidillon en hérétique, ravi de ce clin d’oeil à mes très proches amis protestants.

. . . et peut-être à bientôt pour un autre aperçu burgonde ?

.

Photos © Jean-Michel Touche

.

.

EDITEURS INDEPENDANTS, VERITABLES ARTISANS DU LIVRE

 

Comment se porte le livre, dans le beau pays de France ?

Toutes les opinions sont permises, et on aurait plutôt tendance à répondre « Très bien » si on considère le nombre de parutions annuelles :

–  67.278 titres publiés en 2010 (source: Livres Hebdo/Electre ; cf le site du Centre National du Livre)

–  tirage moyen de 8.147 exemplaires par titre (Source : Syndicat National du Livre)

– 654 nouveautés publiées à la rentrée littéraire 2011 (mais cette moyenne n’a pas grande signification – question : les libraires peuvent-ils toutes les lire ?..)

Nous avons la chance, en France, d’avoir d’excellentes maisons d’édition qui proposent une gamme de collections extrêmement riche et variée dont les livres envahissent les librairies grâce à une organisation de diffusion et distribution efficace, qui ne laisse plus beaucoup de place aux autres.

Les autres ? Oui, ceux qu’on appelle les « éditeurs indépendants », ces petites maisons qui cultivent l’amour du livre et œuvrent avec le talent des artisans. Ces indépendants luttent pour porter sur les tables des libraires les ouvrages qu’ils aiment et pour lesquels ils s’engagent à fond mais qui, trop souvent, n’apparaissent que furtivement aux yeux du public.

Je voudrais rendre hommage à trois d’entre eux pour qui l’édition est une véritable vocation. Bien sûr, les moyens du blog sont limités, mais à vous de les promouvoir à votre tour en faisant circuler cet article, si vous prenez plaisir à découvrir Eclats d’Encre, Les Editions du Jasmin et Les 3 Orangers.

.

.

.

ECLATS D’ENCRE

Honneur aux dames, commençons par cette jeune maison d’édition crée en 2000 par Sandrine Fay, spécialisée dans la publication de recueils de Poésie et de pièces de Théâtre. Avec un catalogue d’une soixante-dizaine de titres, Eclats d’encre se positionne sur la découverte d’auteurs francophones peu ou pas connus.

En 2010, Eclats d’Encre a repris le fonds de la collection « Dé bleu » des ex-éditions de l’Idée bleue (anciennement Dé bleu), soit plus de 80 titres disponibles.

« Notre catalogue présente des textes aux univers contrastés, ayant en commun des écritures soignées, poétiques, souvent épurées mais toujours accessibles. Des textes qui ne s’épuisent pas dès la première lecture et dont les résonnances peuvent être multiples. »

Au cours du premier semestre 2012 les titres du catalogue seront proposés en version numérique (PDF Ebook et Epub), diffusés sur le site Internet et sur toutes les grandes plates-formes.

Eclats d’encre participera en 2012 au Salon du livre (Stand IDF) et au Marché de la poésie (Paris, place St Sulpice).

.

.

Présentation d’un ouvrage 

Visage de la neige, de Thierry Cazals

(Poème pour un nouveau-né)

« d’ici un an ou deux

ton babil aura pris son envol

tu nommeras chaque flocon de neige

l’un après l’autre

le monde aura davantage de contours

un peu moins de couleurs

tu voudras

savoir comment, savoir pourquoi

mes yeux, tes yeux jetés en l’air

sauront-ils voir encore

le visage de la neige ? »

Cliquer pour visiter le site d’Eclats d’Encre

.

.

.

EDITIONS DU JASMIN

Crées en 1997 par Saad Bouri, les Éditions du Jasmin ont publié à ce jour environ 150 titres.


Deux lignes directrices ont guidé leur choix de publication :

– éditer des livres pour la jeunesse : de la petite enfance aux jeunes adultes, dans des genres très différents comme les albums, les contes, les romans, les biographies…

– faire découvrir les cultures du monde entier, notamment au travers de contes, de livres bilingues, de récits de voyage et d’essais.

– Certains livres ont également été publiés hors-collection.

Si les Éditions du Jasmin publient des auteurs confirmés, ils sont aussi découvreurs de talents : une partie de leur catalogue comprend les premières œuvres d’auteurs aujourd’hui reconnus.

En 2012, les Éditions du Jasmin fêtent leur quinzième année d’existence. Tout en continuant à œuvrer pour la littérature-jeunesse, ils créent une nouvelle collection : Jasmin littérature, non spécifiquement destinée aux jeunes.

.

Présentation d’un livre phare

Contes des six trésors, de Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas

(prix littéraire européen 2007 et prix des incorruptibles 2008). Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas ont également écrit les Contes de l’Alphabet, succès de la littérature Jeunesse.

Cliquer sur Contes des six trésors pour voir la présentation de ce livre.

Cliquer pour visiter le site des Editions du Jasmin

.

.

.

LES 3 ORANGERS

Les Éditions Les 3 Orangers ont été créées en novembre 1997 pour concevoir, élaborer et réaliser toute une gamme d’ouvrages dans les domaines Jeunesse, Histoire, Littérature générale, Documents, Essais et Témoignages, avec prolongements audiovisuels possibles.

Ligne directrice : redonner pleine mesure à la transmission de l’expérience, de l’émotion et du savoir – toutes générations confondues – à travers l’édition de textes, illustrés ou non, propices à un véritable échange esthétique, culturel et intellectuel en prise directe sur le monde.

Animée par Olivier Gillissen, périodiquement épaulé par des stagiaires enthousiastes, la Maison a publié près de 70 ouvrages, dont certains en coédition.

Le dernier en date est l’autobiographie émouvante et revigorante d’une jeune sourde qui a transcendé son handicap au point de pratiquer la danse, de parler plusieurs langues, d’entreprendre des études de psychologie, couronnées par une thèse de 3è cycle, et d’ouvrir son propre cabinet. Parcours exemplaire qui prouve qu’à force de volonté, de discipline et de persévérance, chacun peut – quel que soit son problème – repousser ses limites et se réaliser pleinement.

.

Nouveauté

Au rythme du silence, récit-témoignage de Sarah Neef

Cliquer sur Communiqué de presse Sarah Neef pour voir la présentation de ce livre

Cliquer pour visiter le site des 3 Orangers

.

.

Photos du Salon du Livre de Paris 2011  © Jean-Michel Touche

.

%d blogueurs aiment cette page :