François Fillon (Réflexion du Prieur des Dominicains de Montpellier)

Voici  la réflexion du Prieur dominicain de Montpellier, que plusieurs amis m’ont envoyée.

Chers amis,

Il n’est pas dans mes habitudes de quitter le domaine spirituel, mais je me demande s’il est si loin de l’affaire dont je vais parler… Bizarre, oui, de constater aujourd’hui à quel point les médias et réseaux sociaux s’emballent sur une affaire qui, pour le moment, n’en est pas une, mais est révélatrice d’une société fragilisée, en perte totale de repères et de confiance : je veux parler de la prétendue, jusqu’à maintenant, « affaire Fillon ». Je suis surpris, enfin pas vraiment tellement j’ai l’habitude d’Internet, de constater avec quelle facilité des insinuations deviennent des faits. Surtout à partir des réseaux sociaux que plusieurs d’entre vous ne fréquentent pas.

Je ne sais absolument pas si François Fillon est coupable de quoi que ce soit, il l’est peut-être, je ne l’exclus aucunement, mais me situe à un autre niveau…

Pour l’heure, je suis effaré de constater qu’il n’y a rien d’avéré, mais que tout le monde a l’air de considérer que ça l’est : je rappelle, entre autres et pour ceux qui l’auraient oublié, la prétendue « affaire Eric Woerth », dont « l’accusé » a été, pour autant que je sache, entièrement blanchi ! Au bout de quelques années et après avoir été « mis en quarantaine ». Pour François Fillon, au moment où j’écris :

  1. Rien d’illégal, quelles que soient les sommes en jeu (qui sont loin d’égaler ce que certains footballeurs gagnent eux en un mois). Et sachant que la pratique parlementaire mise en cause est peut-être discutable, mais très courante.
  2. Une attaque virulente qui, faute de pouvoir s’en prendre directement à un homme, vise sa femme au prétexte d’un emploi fictif, ce qui, je le répète, est peut-être vrai, peut-être faux, en tout cas difficile à prouver dans un sens ou dans un autre. Et pour le moment appuyée sur quelques modestes témoignages douteux.

Voilà à peu près tout, non tout je crois : un point de départ qui est aussi, pour l’heure, un point d’arrivée.

Puisque polémique il y a sur des fondements aussi ténus, et donc certainement orchestrée, on peut en apporter d’autres dans un autre sens qui manifestent des intérêts cachés, enfin plus ou moins cachés.Je le fais à partir d’un extrait d’une page Facebook, sans avoir pu retrouver l’auteur tellement les infos passent vite sur Facebook, et sans avoir pu vérifier là non plus tous les éléments avancés, et d’un dessin humoristique : juste pour souligner qu’on peut se poser certaines questions bien occultées et qu’il faut être prudent et patient dans les appréciations portées. Dans quelque sens que ce soit

« Les journalistes ne sont pas là pour informer, ils sont les serviteurs de groupes financiers qui manipulent l’opinion publique dans le but de réaliser leur stratégie de développement !

Posez-vous les bonnes questions ; A qui appartient BFM qui «casse du Fillon» à longueur d’antenne ?

A Patrick Drahi, un homme d’affaires franco-maroco-israélien, propriétaire du groupe SFR mais surtout d’Altice médias (une dizaine de chaines d’info, 20 magazines, 7 sites Internet, 7 Applis Mobile, 11 Applis Tablette) les plus connus BFM, RMC, L’Express, Libération, Côté Maison, L’Expansion, Mieux Vivre, Votre Argent, Studio Ciné, Libération, i24 News… Une audience qui lui permet de faire passer ses messages en permanence à… 50% de la population Française (chiffres ACPM)

Pourquoi alors ces médias cassent-ils François Fillon pour faire monter Emmanuel Macron ?

Il suffit de frapper dans google «Drahi Macron» et de lire des centaines de commentaires comme :

Bernard Mourad, ancien Banquier et patron d’Altice Media Group (groupe de Drahi} a abandonné ses fonctions pour rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron comme conseiller spécial et pour structurer le mouvement «en marche».

En 2014, le rachat de SFR par Drahi en concurrence avec Bouygues, Montebourg s’y oppose en disant ; «Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Nous avons des questions fiscales à lui poser !» Nous connaissons la suite qui se termine par un feu vert discrètement donné. Macron, lui, soutient le rachat de SFR par Numéricable qui appartient à Drahi.

L’énarque Emmanuel Macron, ex banquier de la Banque Rothschild et ministre des finances de F. Hollande, ose se présenter comme un candidat hors du Système. La machine à bourrer les crânes tournant à plein régime. Mais les éléments s’amoncellent qui prouvent que Macron est bien le candidat de l’oligarchie capitaliste ».

Sans parler du silence tranquille de Mme Le Pen qui se réjouit de ce genre de polémique. Elle n’a même pas à défendre « son » programme….

 

Voir aussi :
– Un ex-attaché parlementaire témoigne
– Fillon, l’auteur du piège identifié  (sur Boursorama)
– L’assassinat politique de François Fillon » – Régis Desmarais sur Le Club de Mediapart

(Remarque : le Club de Médiapart « est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction. »)

 

.

.

.

Au revoir Monsieur Fillon.

Où va le monde politique ?
La Gauche est de moins en moins adroite, et la Droite de plus en plus gauche.

Le clivage gauche-droite devient d’ailleurs totalement hors-jeu. De bonnes idées, il y en a à gauche et à droite. Même chose pour les mauvaises.

Au lieu de laisser les hommes politiques s’étriper de manière désastreuse, la France ferait mieux de recenser toutes les idées courageuses et nécessaires, d’en faire une sorte de grand organigramme et de les analyser pour voir celles qui peuvent utilement s’harmoniser afin que notre pays se débarrasse de la pauvreté dont trop de Français sont victimes.

Dans le cadre de la prochaine élection présidentielle, après l’amateurisme de la primaire de gauche, nous voici plongés dans l’affaire Fillon.

img_1298

Aujourd’hui, elle est allée trop loin. Au lieu de prendre une ligne de défense  correspondant à ce dont on l’accuse, le candidat choisi par les Républicains rétorque avec des mots et des phrases comme  « Boules puantes », « forces qui sont à l’œuvre pour me faire taire et tenter d’affaiblir ma candidature », « misogynie », « Si on veut m’attaquer qu’on m’attaque droit dans les yeux, mais qu’on laisse ma femme tranquille ». (cf. sur Internet Le Monde 30.01.2017)

Mais quid au sujet du travail de son épouse et de ses enfants ? Réel ? Fictif ? C’est ça, la question. C’est là que les Français attendent une réponse. S’il estime que ce travail est authentique, François Fillon doit l’affirmer haut et fort. Le reste, « boules puantes » etc., relève d’un niveau de bagarre politique à la hauteur des pâquerettes (et encore, au-dessous des pétales !) Par maladresse ou plus, François Fillon a démoli son image aux yeux des Français.

La seule chose qu’il devrait faire à présent c’est donner sa démission.

Quant au plan B, aucune nécessité.  Il y a eu des primaires. Un candidat est arrivé second, à lui de remplacer le premier devenu hors-jeu.

.

.

.

PAYS QUE J’AIME ET QU’ON APPELLE FRANCE

16112015-DSC_0036_modifié-1

Où vont les souvenirs quand vient un cri de haine
Et que d’un geste fou on massacre des femmes,
Des hommes, des enfants, en recherchant le drame,
La violence et la mort qu’un seul homme déchaîne ?

 

Jusqu’où dans l’univers vont se perdre les cris
De ces martyrs qu’un assassin a désiré tuer
Parce qu’un jour d’été, soumis à la folie,
Il a loué la mort pour aller la semer.

14072014-14-07-14-Arcachon-Feu-d'artifice-095

 

 

 

 

 

 

 

Pleure, Ô mon pays, on a pris des enfants,
Des hommes et des femmes qui étaient leurs parents,
Tous des êtres libres venus pour une fête,
Et massacrés de nuit comme de simples bêtes.

 

Pleure, Ô mon pays, je pleure à tes côtés,
Regrettant de n’avoir pas connu ces martyrs
Bien avant que n’arrive l’heure de partir :
J’aurais tant voulu dire que je les aimais !

Copyright 2012 JMT

Pays, Ô mon pays qu’on appelle la France,
J’aime champs et brebis, et odeurs de campagne,
Tes clochers dont j’entends l’écho dans les montagnes
Lorsque sonnaient les cloches au seuil de mon enfance.

Copyright 2012 JMT

J’aime voir tes bovins explorer les limites
Des prés à l’herbe mûre et des derniers bosquets,
J’aime sentir l’odeur émanant des sentiers
Et voir danser les fleurs qu’un coup de vent agite.

 

Mais vous, fauchés si vite et partis pour toujours,
Vous, jeunes ou vieux,  oui, quel que soit votre âge
Vous dont je voudrais tant connaître le visage,
Vous jeunes ou vieux, nous nous verrons un jour.

27082015-DSC_0142

Les lieux auront changé, comme aussi les sourires
La paix sera venue. Ce que verront nos yeux
Sera l’œuvre infinie, la présence de Dieu.
Je vous regarderai enfin et pourrai dire :

27082015-DSC_0096

Hommes et femmes de France que l’on vient de tuer
Si vous saviez combien vous me manquez !

.

.

.

Texte et photos © Jean-Michel Touche

.

.

 

HOMMAGE A CEUX QUI ASSURENT NOTRE SECURITE

.

.

De tout temps, l’homme a révélé une disposition particulière pour la violence.
Caïn n’a-t-il pas tué Abel ?

.

Cette violence, certains la dominent tandis que chez d’autres c’est elle qui prend le dessus dès que la machine à adrénaline commence à fonctionner.

Que la colère s’exprime, c’est certainement une nécessité. Mais l’être humain devrait savoir s’imposer une limite, fruit de sa raison. Or les limites paraissent s’évanouir et disparaître totalement chez un nombre croissant d’individus.

Dans ce monde de violence, Daech retient toute l’attention.

Mais réfléchissons : quelle différence entre :

– les comportements d’un calife auto-proclamé et ses sbires qui mettent la religion au service de leur brutalité et de leur orgueil, et qui répandent la terreur au nom d’Allah ;

–  les djihadistes fous furieux, en mal de réflexion, qui semblent avoir totalement perdu la raison et être formatés pour tuer ;

– les fous américains avec leurs armes à feu, qui tirent dans les collèges, les universités et à présent les boîtes gay ;

– les houligans qui perdent la tête dans leurs pintes de bière et s’entretueraient si on les laissait faire ;

 – les casseurs qui s’infiltrent à la suite des manifestants et s’en prennent à tout ce qu’ils peuvent détruire ou chercher à détruire (les policiers notamment, cibles les plus exposées), poussés par une haine incompréhensible pour ceux qui ne la partagent pas… ?

En France, assurer la sécurité est la lourde tâche des policiers, gendarmes et militaires mobilisés à cet effet.

Leur engagement, les risques auxquels ils font face, leurs blessures, leur assassinat, agrémentés des affiches scandaleuses de la CGT, doivent nous inciter à leur déclarer notre soutien et notre reconnaissance, et leur dire un profond et respectueux MERCI.

C’est la raison de cette page du blog.

Si vous la partagez, merci de la faire suivre autour de vous.

.

.

 © Jean-Michel Touche

HOLLANDE SUR FRANCE 2

5717685_cfcd3d62647a3b681388cfcf8b86d904460a8fd8_545x460_autocrop

(Photo Le Parisien)

Sans vouloir être méchant, notre pauvre président aurait largement pu se passer d’un exercice de style… sans style.

Etait-il convaincu lui-même par ses paroles ? Allez savoir.

La plus vraie des critiques que nous pourrons faire sur lui, à l’avenir (et pourquoi pas dès aujourd’hui), sera de dire que Hollande aura au moins réussi une chose : mettre le pays bas.

.

.

.

QUAND LES REMUNERATIONS DEVIENNENT FOLLES

.

     Diriger une entreprise requiert des qualités que tout le monde ne possède pas. Piloter à travers les secousses de l’économie un gros bateau porté par des centaines ou des milliers de salariés n’est pas un talent donné à tout le monde. Il est donc important de rechercher des acteurs possédant les compétences nécessaires.

On comprend que ces talents particuliers soient généreusement rémunérés. Mais jusqu’où ?

Comment expliquer des niveaux sidérants comme ceux atteints notamment dans le monde de l’automobile ? Le quasi doublement de la rémunération de Carlos Tavares, président du Directoire de Peugeot Citroën, fait beaucoup parler, et cela se comprend : 5,2 millions d’euros en 2015 contre 2,7 millions en 2014 ! Après tout, pourquoi pas, s’il s’agit de rémunérer le redressement de l’entreprise. D’autant qu’une prime de 2.000 euros en moyenne a été versée à chaque salarié.

Pourtant on est en droit de se demander où se trouve la justification d’un tel écart. La compétence du dirigeant ne fait pas de doute, mais 8.000 suppressions de postes tout de même chez PSA !

Il est vrai que du côté de Renault-Nissan, la même question se pose avec un salaire de dirigeant qui, lui, atteint les 15 millions ! (Voir Libération du 24 mars 2016)

On comprend aisément la réflexion de Fabienne Gâche, déléguée CGT chez Renault : « Ceux qui expliquent aux autres qu’il faut qu’ils se serrent la ceinture ne manquent pas de s’attribuer des salaires extravagants et qui coûtent de plus en plus cher à l’entreprise.»

Car le résultat d’une entreprise ne dépend pas uniquement de l’excellence de sa gestion mais aussi de la qualité du travail de ses salariés. A quoi serviraient les idées et les choix d’un chef d’entreprise si le travail de ses salariés était de mauvaise qualité ? Chacun doit apporter la meilleure contribution possible. C’est à ce moment qu’on se pose la question des écarts de rémunération.

Des lecteurs penseront que l’auteur de cet article est un homme de gauche. Pas du tout. Mes idées sont plutôt de droite (encore que la division entre la gauche et la droite paraisse de plus en plus artificielle,  la vérité n’étant pas le propre de l’une et l’erreur le propre de l’autre.) Il s’agit simplement de bon sens. Ces rémunérations extrêmes dans un pays qui compte un si grand nombre de chômeurs sont mal venues et choquantes. Comme choquantes sont les folles rémunérations de certains footballeurs.

Elles conduisent à se poser une autre question : que fait-on avec une rémunération d’un tel niveau ? Où va l’argent ? Une partie en impôts, d’accord. Mais le reste ? Finance-t-on des fondations, comme le font certains des plus riches aux Etats-Unis ? Fait-on des dons importants à des organisations qui agissent en faveur des plus pauvres ? Peut-être. Et pour le reste ? Si l’on possède trois voitures, on ne va pas s’en acheter une quatrième puis une cinquième. Des montres de luxe, on n’en remplit pas ses tiroirs. Alors, à quoi cela sert-il ?

Il est vrai que l’être humain a trois besoins : être, avoir et paraître.

Nous avons besoin de disposer (avoir) de ce qui est nécessaire pour exister (être). C’est avec le troisième besoin (paraître) que  commencent les excès. Sommes-nous plus heureux parce que nous paraissons extrêmement riches tandis que tant de femmes et d’hommes sur terre  mènent une vie de galère ?

A chacun sa réponse.

.

.

.

HEBERGEMENT DE SDF DANS LE 16ème

Triste manifestation du 14 mars !

p-La Croix

Les injures ne volaient pas bien haut, le 14 mars, dans l’amphithéâtre de l’Université Paris-Dauphine, lors de la présentation du futur hébergement pour SDF à la lisière du Bois de Boulogne.

Inutile de reprendre la scène, tout le monde l’a lue, entendue ou vue sur les écrans des télévisions, des ordinateurs, Ipad et autres smartphones. On peut comprendre que ce projet ne réjouisse pas les voisins les plus proches, mais comment peut-on se conduire de la sorte ? En  tant qu’habitant du 16ème, je ne suis vraiment pas fier de ces opposants. Leur attitude n’est même pas digne d’une cour de récré de primaire.

Un adversaire ne s’insulte pas mais se respecte. Dans tous les sens.

Oui, dans tous les sens.  C’est pour cela que j’ai trouvé tout aussi insupportable la critique de Bruno Frappat dans La Croix des 19/20 mars, pour qui, semble-t-il, tous les habitant du 16ème sont des nantis égoïstes, des riches intolérants, des « m’as-tu-vu qui garent leurs 4×4 sur les trottoirs près des crottes de leurs chiens. »

Déclarer que « l’homme est ainsi fait que, même dans le 16ème arrondissement, dès que quelqu’un prétend venir sur son herbe, l’occupant se conduit comme un chien de garde, et montre les crocs : Ôte-toi de mon herbe ! » est insultant et ne relève pas hélas d’un niveau plus élevé que celui des opposants évoqué ci-dessus !

p-Article

Je ne possède ni chien qui fait des crottes, ni 4×4. Comme la plupart des habitants du 16ème arrondissement, j’ai ressenti de la honte en découvrant ce qui s’est passé à Dauphine. Pas besoin cependant d’être sorti de l’X ou l’ENA pour comprendre que ces opposants ne représentent qu’eux, et rien d’autre.

J’invite Monsieur Frappat à faire la liste de tous les mouvements, associations, groupes indépendants, individus, croyants ou non, bénévoles ou professionnels, qui sont engagés pour venir en aide aux personnes les plus précaires dans cet arrondissement. Il constatera que cela fait beaucoup de monde, et que les réunions mensuelles organisées par la mairie du 16ème pour lutter contre la précarité sont une vraie recherche d’assistance et d’humanité. Car c’est vrai, l’humanité est la richesse des richesses.

Je l’invite également à venir faire une maraude avec nous, de nuit, dans le 16ème.

Jean-Michel Touche
Equipe de maraudes
Notre-Dame de Grâce de Passy

.

%d blogueurs aiment cette page :