MANIGOA – QUELQUES MOTS A CONNAÎTRE

 

A l’exception du mot « Eugénisme », les définitions proposées ci-dessous proviennent de sites internet consultables, pour en savoir davantage, en cliquant sur les liens indiqués pour chaque mot.

 

ADN
Molécule présente dans toutes les cellules vivantes et qui sert de support à l’information génétique.
L’A.D.N. constitue le génome des êtres vivants et se transmet en totalité ou en partie lors de la reproduction. Il contient sous forme codée toutes les informations relatives à la vie d’un organisme vivant, qu’il s’agisse d’un organisme animal, végétal, bactérien ou viral. (Voir la suite sur le site Gralon.net)

bé-médicament
Les bébés-médicaments sont fécondés de façon artificielle. Les scientifiques choisissent les gamètes pour concevoir une cellule-œuf, et par embryogenèse, un bébé.
Parce que certaines personnes ont des enfants malades, ce bébé va pouvoir, par ces cellules immunologiquement compatibles, puisque les gamètes sont sélectionnées pour cela, soigner son frère ou sa sœur. Il s’agit peut-être d’une des seules chances de l’enfant malade de guérir. Par contre ce bébé-médicament ne naît pas d’un désir d’enfant, mais uniquement pour sauver son frère ou sa sœur. Comment le vivra-t-il quand il le saura ? (Voir Disney Central Plaza.com)

Bioéthique
La bioéthique, considérée comme l’une des branches de l’éthique, étudie les questions et les problèmes moraux qui peuvent apparaître à l’occasion de pratiques médicales nouvelles impliquant la manipulation d’êtres vivants ou de recherches en biologie. (Voir Toupie.org)

CCNE (Comité consultatif national d’éthique)
Instance pluridisciplinaire de réflexion dont la mission porte sur les « questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé » (Encyclopédia Universalis)

Cellules souche
Cellules un peu particulières programmées pour se multiplier indéfiniment et qui peuvent donner naissance à tous les organes et tissus de l’organisme, et même à un individu complet pour les cellules totipotentes. (Sciences et Avenir)

Cellules pluripotentes induites (IPS)
Il s’agit de pratiquement n’importe quelle cellule prélevée chez un adulte et reprogrammée génétiquement pour la rendre pluripotente, c’est à dire capable de se multiplier à l’infini et de se différencier en types de cellules qui composent un organisme adulte, exactement comme une cellule souche embryonnaire. (INSERM)

Cellules souches embryonnaires
Les cellules souches embryonnaires sont prélevées sur des embryons entre le 5e et le 7e jour suivant une fécondation in vitro (stade blastocyste du développement embryonnaire). L’embryon se présente alors comme un ballon contenant un autre petit ballon accroché à sa paroi interne : la masse cellulaire interne. C’est dans cette masse que sont localisées la trentaine de cellules pluripotentes qui donneront toutes les cellules de l’organisme. (INSERM)

Chromosome
Structure en forme de bâtonnet située à l’intérieur du noyau de chaque cellule. Il sert de support aux gènes qui contiennent l’information héréditaire. (Dictionnaires Doctissimo)
Une cellule humaine contient 23 paires de chromosomes, dont 22 sont communes aux deux sexes (Futura Sciences)

CRISPR/Cas9 (Ciseaux moléculaires)
Permet de remplacer un gène par un autre ou le modifier. CRISPR/Cas9 (prononcez « crispère ») fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite. (Voir site CNRS LE JPOURNAL)

Cortex
Cortex est le terme médical utilisé pour décrire la couche externe d’un organe ou d’une structure, par opposition à sa couche interne. (Voir le site Futura-Santé)

Cybernétique
Science de l’action orientée vers un but, fondée sur l’étude des processus de commande et de communication chez les êtres vivants, dans les machines et les systèmes sociologiques et économiques. (Larousse)

Cyborg
Être humain aux capacités modifiées par des dispositifs cybernétiques (Site Futura.science.com)

Ethique
L’éthique est la science de la morale et des mœurs. C’est une discipline philosophique qui réfléchit sur les finalités, sur les valeurs de l’existence, sur les conditions d’une vie heureuse, sur la notion de « bien » ou sur des questions de mœurs ou de morale. (Voir Toupie.org)

Eugénisme
Ensemble des recherches (biologiques, génétiques) et des pratiques (morales, sociales) qui ont pour but de déterminer les conditions les plus favorables à la procréation de sujets sains et, par là même, d’améliorer la race humaine ». (Centre national de ressources textuelles et lexicales – CNRTL) (Voir « Bébés à la carte », le livre de Jean-François Bouvet, page 67)

Gène
Elément d’un chromosome constitué d’ADN et conditionnant la transmission et l’expression d’un caractère héréditaire déterminé. Les gènes sont les unités responsables de l’hérédité, qui contrôlent les caractères ou aptitudes propres à un organisme. (Dictionnaire Doctissimo)

Génétique
La génétique est la science de l’hérédité. Elle étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et leurs variations (mutations) (Futura Science)

Génome
Le génome est l’ensemble du matériel génétique d’un organisme. (Futura Science)

Génie génétique
Ensemble des techniques de manipulation des génomes, qui rend possible aujourd’hui la création d’organisme génétiquement modifié (OGM). (Voir suite sur le site CNRS : La maîtrise du vivant ).

Ovocytes
L’ovocyte (ou ovule) est la cellule reproductrice féminine, la cellule reproductrice masculine étant le spermatozoïde. L’ovocyte est contenu dans l’ovaire. (Dondovocytes.fr)

Séquençage du génome humain
Séquences : Suite ordonnée d’éléments, d’objets, d’opérations, de mots, etc. (Dictionnaire Larousse)
Séquençage du génome humain : programme de recherche ayant pour but de déterminer la séquence des bases de tous les gènes humains, en vue de les localiser et de déterminer leur fonction. (Dictionnaire Larousse).
Le séquençage du génome consiste en l’analyse du génome pour déterminer la succession de toutes les bases qui composent l’ADN d’un organisme. (Aquaportail.com)

Lire aussi : https://www.aquaportail.com/definition-5116-sequencage-du-genome.html

Transhumanisme
Le transhumanisme est un ensemble de techniques et de réflexions visant à améliorer les capacités humaines, qu’elles soient physiques ou mentales, via un usage avancé de nanotechnologies et de biotechnologies.  (Voir site de Futura-Science)

MANIGOA – ÉCHANGES ET AVIS DE LECTEURS

 

 

COMMENTAIRES DE LECTEURS SUR LE ROMAN MANIGOA

 

     Martine R.

Une large réflexion sur les manipulations génétiques. Un roman bien ficelé, inventif, créatif. Infiniment humain. On a hâte de connaître la suite.

 

     Client d’Amazone

Un très beau roman, bien écrit, facile à lire. Instructif !… Jusqu’où vont aller les manipulations génétiques ? À lire sans modération.

 

     Rozenn R.

Manigoa est un roman captivant, tout à fait d’actualité… Une belle réflexion sur le sens de la vie : manipulations génétiques, liens amicaux et familiaux …et la présence de Dieu. Je recommande vivement, dans l’attente du tome suivant, impatiente de voir évoluer Augustin à la recherche de ses origines et les pensionnaires du centre de formation des mines programmés génétiquement pour y travailler efficacement.

 

     Michel V.

Nous nous sommes rencontrés à ARCACHON en septembre dernier, et vous m’avez vendu MANIGOA. Je l’ai lu en quelques jours et l’ai trouvé passionnant. Désolé pour ce retard à vous en informer. Bien cordialement.

 

    Paul-Marie C.

Tout d’abord, j’aime beaucoup l’aspect physique du livre, sa couleur bleutée même si l’illustration m’a fait imaginer une île exclusivement dédiée aux mineurs. Je ne pensais pas au début de la lecture qu’il y avait autre chose que les mineurs sur Manigoa. J’ai eu donc un peu de mal à rentrer dans l’aventure.
La façon dont les passages du passé étaient amenés m’a également bien plu.

La discrétion du narrateur était véritablement originale ! C’est assez peu courant de trouver des auteurs qui vont jusqu’à respecter l’intimité de personnages fictifs.

Enfin, l’intrigue principale est très bien trouvée. Je m’attendais à un roman beaucoup plus tourné vers l’aventure sur le continent. L’approche de la foi aussi discrète qu’importante dans ce livre est très bien faite.

C’est un très beau roman qui a tout à fait sa place dans mes livres favoris !

 

     Olivier Le C.

Je viens de terminer Manigoa ; passionnant et d’actualité ! je l’ai lu quasiment d’une traite tellement c’est captivant !

Merci pour toutes vos informations et témoignages ; continuez !

 

 

 

Dans la rubrique QUELQUES BONS ROMANS RECENTS POUR LES GRANDES VACANCES 2017 (4e-3e) de Saint-Louis de Gonzague :

Maniqoa : T.1 : Le solitaire   de Jean-Michel Touche. Salvator, 2017 [843 TOU]

Augustin est différent des autres jeunes programmés pour travailler dans la mine. Il va tout faire pour retrouver ses origines. Réunie sous forme d’enquête, l’intrigue n’est pas linéaire, mais demande une agilité d’esprit spatio-temporelle. Un sujet sensible, toujours sur les manipulations génétiques, chez les humains cette fois-ci ! Premier tome.

 

 

 

Commentaires de lecteurs sur DEUX FRERES

 

     Renaud C.  (Premier commentaire 6 jours après la parution du livre)

Bon roman policier qui tient sa promesse de suspens jusqu’à la dernière page. Belles pages également sur l’amour. Belles réflexions sur la procréation artificielle et autres clonages. Belles réflexions sur l’amitié. La deuxième évasion [… la suite à découvrir en lisant le roman…]
On aimerait voir aussi le CDR et le laboratoire secret supprimés ! Voire explosés, interdits !
Bravo, bravo, bravo !

 

MANIGOA – POURQUOI CES ROMANS ?

POURQUOI CES ROMANS ?

 

MANIGOA devait être un livre.
Mais en l’écrivant et en écrivant la suite,
l’idée même de ce titre évolue pour devenir une série !

 

Un roman peut raconter une histoire et s’arrêter là.

Il peut également être porteur d’idées. A travers les événements que vivent les personnages, les dangers qu’ils courent, leurs rencontres, leurs expériences, leurs découvertes, les obstacles qu’ils doivent franchir, leurs larmes parfois mais aussi leurs rires, il est possible de présenter au lecteur une réflexion sur ce qui constitue la vie, la vie véritable et pas celle d’une sorte de marketing humain dans lequel la personne se soumet au service de quelques-uns.

C’est cela qui m’intéresse.

MANIGOA

 Derrière les aventures chargées d’embuches, de rebondissement et de suspens que traverse Augustin, ce roman veut mettre en avant les dangers de la PMA pour tous et de la GPA. Plus qu’une conférence sur ce sujet, la vie si particulière, si remplie d’obstacles et si difficile d’Augustin permet de comprendre les risques et les souffrances que représente pour un être humain une naissance sans père, voire sans père ni mère.

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Après une saga destinée à faire découvrir la Bible aux enfants (Les Messagers de l’Alliance), j’ai voulu attirer l’attention des adolescents (mais aussi des adultes) sur les risques de la manipulation génétique et du transhumanisme dont les dérives peuvent s’avérer dangereuses pour l’humanité à venir.

A travers le personnage d’Augustin se dessine la volonté d’un être humain de prendre sa propre vie entre ses mains, de chercher à  l’accomplir dans la beauté et la grandeur d’un espoir sans limite, à travers un dépassement de soi-même. Les embuches que rencontre Augustin, loin de le faire chanceler, accroissent à la fois sa volonté et son courage, même s’il a parfois la peur au ventre. Se laisser manipuler n’est pas son style.

La vie appartient à chacun. Augustin pour cela est un exemple.

 

DEUX FRERES

Ce roman, paru le 15 mars 2018, aborde le thème du transhumanisme. Vouloir transformer l’être humain est-il un progrès ? Toute innovation est « neutre ». C’est l’usage que l’on en fait qui s’avère positif ou négatif.

Réparer l’homme par des greffes, est un « plus » indéniable. Mais lui implanter des puces électroniques le transformera en quoi ? Que risque-t-il de devenir ? Ce sont les questions que se posent les deux frères (Augustin est l’un d’eux) après ce qu’ils vont découvrir.
Jusqu’où l’homme peut-il se transformer ?  Quelle durée de vie peut-il rechercher ? De quoi sera faite son existence ? Sur quoi reposeront l’espérance et le bonheur ? Deviendra-t-il une sorte de fossile vivant, voire l’esclave du robot ? Quel combat mener pour empêcher une transformation de l’être humain qui pourrait s’avérer suicidaire ?

Autant de questions que l’on se pose au fil de ce roman, en suivant les deux frères dans le parcours dangereux et riche en suspens qu’ils vont vivre.
.
.
.

LA TERRE FRANÇAISE DOIT RESTER FRANÇAISE

Parmi le lot d’informations que l’on reçoit chaque jour, certaines retiennent l’attention tandis que d’autres s’évaporent presque aussitôt, en dépit de leur importance.

L’achat de terres agricoles n’est pas une nouveauté. Mais le niveau atteint devient alarmant.

Franceinfo (22.11.2017) : Après l’Indre, des investisseurs chinois acquièrent 900 hectares de terres dans l’Allier ,
Les Echos (23.11.2017) : Les Chinois continuent de grignoter des champs français,
Le Figaro (2.02.2018) :  Dans l’Allier, l’achat de 900 hectares de terres par un Chinois fait grincer des dents, etc.

« Dans le canton de Chevagnes, un homme d’affaires chinois a discrètement racheté plusieurs terres agricoles, suscitant l’incompréhension et l’agacement des exploitants locaux. L’opération relance le débat sur la souveraineté alimentaire de la France, et la lutte contre l’accaparement des terres. » indique Le Figaro en introduction de son article.

Très intéressants, les articles référencés ci-dessus (ils ne sont pas les seuls) nous apprennent beaucoup de choses. Notamment l’objectif de Keqin Hu, un homme d’affaires chinois : « mettre les céréales françaises sur les tables chinoises. » Et grâce à qui ? Un homme d’affaires français, Marc Fressange, et son entreprise consacrée à la vente de produits français à la Chine.

Au détriment de qui ? Des jeunes agriculteurs français qui voient nos terres accaparées par des sociétés chinoises. Or, souligne La France Agricole (voir son site) « La majorité de ces accaparements se fait via des investisseurs français. »

 

Que les Français puissent produire sur place puis vendre ces produits à des acquéreurs étrangers, pourquoi pas ? Mais vendre nos terres, c’est l’un des plus grands dangers que l’on puisse courir. Imaginons que, par souci de s’enrichir (le souci de l’argent est pour certains une véritable drogue !), quelques sociétés françaises vendent ainsi, de la façon la plus discrète possible, des milliers d’hectares à la Chine. D’où viendra ensuite la nourriture de notre pays ? On la verra s’en aller, emportée par d’énormes containers.

Le gouvernement doit prendre des mesures l’interdisant totalement. C‘est une nécessité absolue pour maintenant et les générations à venir.

Chaque pays doit rester propriétaire de ses terres. Il peut les louer en cas de besoin ou en cas d’impossibilité des les cultiver, mais avec un temps déterminé à l’issue duquel il les récupérera.

LA TERRE FRANÇAISE DOIT RESTER FRANÇAISE !

VOYEZ COMME CETTE TERRE EST BELLE, CONSERVONS-LA

 

LA VENDRE ? MÊME LES CANARDS S’ Y OPPOSENT

.
.

 

Texte et photos © Jean-Michel Touche

.

.

 

POURVU QUE JUPITER NE DEVIENNE PAS JU… PITRE

Parmi les dangers de la politique vis-à-vis de ceux qui l’animent, on peut citer la prétention, l’orgueil, mais aussi la bêtise qui risque d’en devenir le fruit.

On a vu Monsieur Fillon, après des interventions de qualité au moment des primaires,  s’emmêler avec des affaires qu’il n’a pas su gérer, on voit en Turquie un orgueilleux qui se prend pour le sultan mondial, et aux Etats-Unis un milliardaire aux réactions inattendues et potentiellement dangereuses (ne serait-ce que pour le climat.) Arrêtons là, une liste complète serait très longue…

Et chez nous, que voyons-nous ?

La fibre de Monsieur Macron donne l’impression de se mettre à vibrer un peu trop vite. Chef de la France ? C’est vrai. Mais élu avec moins de la moitié des voix des inscrits (voir article précédent).

Un début de mandat un peu cafouilleux avec des informations d’un jour modifiées le lendemain, des chiffres susceptibles de changer du jour au lendemain (après avoir annoncé aux collectivités locales qu’elles devraient faire 10 milliards d’économie, Jupiter annonce que ça sera en réalité 13 milliards.)

Mais le grand cafouillage concerne ses rapports avec l’Armée. Que la France doive faire des économies, c’est une évidence. Mais où ?

Trois questions :

– Est-il logique de confier à l’Armée de notre pays un travail considérable tout en retirant 850 millions d’euros de son budget alors qu’il lui faut rénover son matériel ?

– Est-il anormal que le chef d’état-major de l’Armée mette en garde contre cette réduction (ne s’agit-il pas, au contraire, d’une remarque plus que justifiée, celle d’un spécialiste qui, s’il n’est pas Président de la République, connaît le fonctionnement de notre Armée et ses besoins alors que le Président n’en connaît rien ? Le chef d’état-major n’a-t-il pas tout simplement fait son travail ?)

– Est-il honnête de la part du Président de la République de déclarer qu’il n’est « pas digne d’étaler certains débats sur la place publique » alors que le Général de Villiers a déclaré son désaccord sur cette réduction de budget devant le président de la République lors d’un conseil de Défense, et devant la Commission de la Défense de l’Assemblée ? (cf France Info du 17/07/2017)

Gouverner un pays demande à la fois de l’intelligence, de l’autorité et du courage, mais aussi la modestie de réaliser qu’on ne sait pas tout et que « les autres » peuvent également donner des avis constructifs.

.

.

.

Et maintenant, que vais-je faire…

Le titre de cette chanson déjà ancienne (Gilbert Bécaud), reste criant d’actualité.

La France se retrouve avec un président de la République élu par un peu moins d’un Français sur deux (43.61% des inscrits au second tour et 66.10% des suffrages exprimés, chiffres du Ministère de l’Intérieur), une Assemblée Nationale qui lui est a priori totalement dévouée (en tout cas pour l’instant), une extrême droite heureusement ratiboisée, et des insoumis, style Mélanchon et Ruffin, aux réactions qui rappellent davantage la révolution française qu’elles ne peuvent servir à remonter la France.

Le tout accompagné d’une droite qui ne sait pas très bien ce qu’elle doit dire et faire.

Les grands penseurs de notre pays, les ex-ceci et les ex-cela, les « émérites », très sûrs d’eux et autres Messieurs Je-Sais-Tout, assassinent ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir avec des arguments qui, si on réfléchit, très souvent n’en sont pas et frôlent la fausse information et le déni de réalité.

S’ils savaient à quel point on s’en fiche ! (et je reste poli…)

L’essentiel aujourd’hui n’est pas de jouer à Monsieur-J’ai-Raison. L’essentiel est le devenir de notre pays et la vie de ceux qui en sont les citoyens. A force de croire qu’ils avaient raisons, les politiques de droite et de gauche ont mis la France dans un état dans lequel elle ne doit plus rester.

Ce qu’il faut à présent, c’est chercher des solutions nouvelles puisque les précédentes n’ont pas porté de fruits (quand elles n’ont pas en plus accéléré les problèmes…)

Bien sûr, les mesures à prendre ne satisferont pas tout le monde sur le moment. Mais quand on a mal aux dents et que l’on se rend chez le dentiste, on sait que l’on va avoir mal, mais qu’ensuite le problème sera résolu. Image peut-être caricaturale, direz-vous, mais qui montre bien que toute solution exige le courage de traverser un cap délicat et difficile.

Que l’on admire Monsieur Macron ou qu’on ne l’aime pas, il est nécessaire d’aider le gouvernement à entreprendre les réformes qui permettront à notre pays de retrouver un niveau d’emploi normal et stable, de gommer les inégalités trop choquantes (la course aux super salaires est une véritable folie dont rien ne justifie le niveau des écarts entre les plus petits et les millions des mieux payés, c’est en tout cas mon avis !)

Alors cessons de tout critiquer et réfléchissons aux mesures qui pourront s’avérer les plus efficaces pour que chaque personne puisse avoir une vie normale et heureuse.

Nous avons souvent l’occasion d’adresser une marque de sympathie à ceux que nous croisons, même lorsque nous ne les connaissons pas. Assis en groupe sur notre chemin, des jeunes rient un peu fort et paraissent se moquer des passants ? Un simple « Bonjour jeunes gens, je vois que vous avez le moral » peut les amener à sourire et à se dire que les bourgeois (je n’aime pas ce mot) peuvent leur offrir de la sympathie. Un sans-abri fait la manche près d’un magasin devant lequel vous passez ? « Bonjour Monsieur (ou Madame) » est un signe de respect ou de reconnaissance qu’il ou elle est un être humain. Et ce simple « Bonjour » peut lui remonter le moral pour un bon moment de la journée.

Or, vous savez quoi ? Leurs sourires en reconnaissance vous remonteront le vôtre.

Alors, on essaie ?

Vous avez des idées, des suggestions ? N’hésitez pas. Nous en avons tous besoin !

Jean-Michel
.
.

VOTER EN HOMME LIBRE, une autre approche

Le texte ci-après, reçu comme commentaire à l’article « Voter en homme libre » du 1er mai 2017,
m’a paru mériter une meilleure place qu’un simple commentaire,
c’est pour cette rasion qu’il est présenté
sous la forme d’un nouvel article.

« Voici un message très équilibré qui montre que s’abstenir, c’est mettre au même niveau Le Pen et Macron : il faut choisir Macron, même avec réserve et gérer les législatives.

« En vue du second tour des élections : un texte de l’équipe du Ceras
Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ont engendré espoir pour les uns, déception pour les autres. Quelles que soient nos convictions, il nous faudra pourtant aller voter le 7 mai : pas question de rester, selon l’expression du pape François, « au balcon de la vie » ni de l’Histoire ! Le choix est désormais limité, mais c’est à travers lui que peut et doit s’exprimer notre liberté. L’abstention, dans notre système électoral, laisse le choix aux autres. Elle ne saurait donc être une solution. »

 

Le texte du CERAS, que vous trouverez en cliquant sur
En vue du second tour des élections : un texte de l’équipe du Ceras
est particulièrement intéressant et enrichissant. A LIRE ABSOLUMENT !

.

Centre Sèvres : « Politique : leçons d’une élection, enjeux pour les chrétiens »

Soirée Mardi d’Éthique Publique en partenariat avec la revue Études et le CERAS.
Une soirée pour tenter de tirer les premiers enseignements de cette période électorale, notamment pour les chrétiens, et d’aider à envisager l’avenir.
Avec la participation entre autres de :
Jean-Marie DONÉGANI enseignant à Sciences Po Paris, enseignant-chercheur associé au Cevipof.
P. Grégoire CATTA, jésuite, théologien, enseignant au Centre Sèvres, membre du CERAS et de la revue Projet.
Guy AURENCHE, avocat, ancien président de l’ACAT et du CCFD-Terre Solidaire.
Soirée animée par P. François Boëdec.

.

.

.

.

%d blogueurs aiment cette page :