IL FAUT DÉFENDRE L’EGLISE ET SES SERVITEURS

 

« Vous avez appris qu’il a été dit: Œil pour œil et dent pour dent. Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut te faire un procès et prendre ta chemise, laisse-lui encore ton manteau. » Voilà ce que disait le Christ à ses disciples et que Matthieu a rapporté dans son évangile. Voilà ce que nous devons faire devant le torrent de haine qu’a suscité la demande du pape à Monseigneur Barbarin de reprendre sa démission. Devant le mot de « Judas » lancé comme une gifle au visage du Saint-Père parmi d’autres insultes. C’est ce que nous nous efforçons de faire. Tout en essayant de comprendre comment l’Église peut susciter tant de haine. Tant de haine à une heure où on la donne moribonde, où les appétits terrestres perdent toute mesure et ne devraient refluer que sous la menace d’un désastre écologique. Qui prend peu à peu une forme assez semblable au Déluge.

L’Église que le Christ nous a léguée a connu bien des vicissitudes. Elle a résisté, grâce à saint Dominique, à l’hérésie cathare, elle a survécu aux turpitudes de certains papes comme Alexandre VI Borgia, elle a su mettre fin à la simonie, elle n’a pas cédé devant la poussée des idées luthérienne et calviniste grâce au succès de la contre-réforme, elle s’est grandie lorsque la justice des hommes a supplanté la sienne, son pouvoir spirituel s’est déployé du jour ou le temporel a disparu. C’est dire si l’Église possède une capacité de résistance insoupçonnée par beaucoup.

Dans le même temps, celle que l’on vilipende aujourd’hui a contribué plus que n’importe quelle organisation au progrès du monde occidental. C’est à elle que l’on doit l’amélioration de la condition féminine, la fin de l’esclavage, la condamnation du racisme, la considération due à nos frères en détresse, la marche vers la paix. Parmi d’autres accomplissements.

Les dirigeants de l’Église ont une tendance sympathique et compréhensible mais fâcheuse à ne pas mettre en avant ses mérites. Combien de fois ai-je dû rappeler à l’auteur d’un sermon que le monde allait beaucoup mieux au fil des années, des décennies et des siècles et que l’Église était la première responsable de cette amélioration, lorsqu’il avait décrit une terre en proie à des plaies et des fléaux auprès desquels ceux d’Égypte paraissaient une aimable plaisanterie.

Cette modestie se retrouve parmi ceux qui oeuvrent « en mémoire du Christ ». Comment ne pas être admiratif devant le travail de ces serviteurs qui donnent leur vie, tout entière puisqu’ils ont fait vœu de célibat, pour le bien de leurs semblables. Les pourfendeurs de la religion catholique et de ses prêtres ne parlent jamais de ces milliers de religieux, de ministres de Dieu qui accomplissent leur sacerdoce avec une lumineuse bonté sans jamais se plaindre du caractère écrasant de la tâche à laquelle Dieu les a appelés. Mais ce qui est triste, c’est que les fidèles n’en parlent pas non plus.

Bien sûr, il y a les actes hautement condamnables de certains prêtres ou éminences qui doivent sentir le poids de la justice des hommes. Personne ne le saurait le nier. Que l’Église ait pu croire que le pardon et la justice divine puisse lui permettre de s’exonérer du jugement des tribunaux ordinaires peut, me semble-t-il, se comprendre et compter comme une circonstance atténuante. Mais n’importe quel ministre, quel que soit son rang, doit rendre des comptes lorsqu’il enfreint les lois de la société. En revanche, rien n’autorise les vautours, les bouffeurs de curé, les porteurs et les diffuseurs de haine de jeter l’opprobre sur la religion qui nous a donné, au milieu de tant et tant d’autres prodigieux personnages, saint François d’Assise, saint Vincent de Paul, saint Maximilien Kolbe, saint Jean-Paul II.

Il faut défendre l’Église et ses serviteurs et non pas seulement prier pour elle et pour eux.

.

Michel Tirouflet

.

.

NOËL PARCE QUE L’AMOUR EXISTE, ENCORE ET TOUJOURS

Chaque année, il est un temps où nous pouvons ouvrir  les yeux de façon un peu inhabituelle, afin de regarder  autrement le monde, son histoire et surtout ses espérances.

Ouvrir les yeux, et surtout notre coeur.

Cette année, les poèmes que vous trouverez sur cette page sont l’oeuvre de Michel Tirouflet, un ami de longue date maintenant, que je remercie d’avoir offert pour tous ce mélange de souvenirs, de réflexions, d’affection, de sensibilité et grande délicatesse.

 

 

Ce soir-là, les plus grands avaient le privilège
Du minuit chrétien. Nous partions dans la neige
Et le froid de la nuit. Des aiguilles d’argent,
Déposées par la main d’un semeur négligent
Scintillaient çà et là. Nous suivions le chemin,
Endormis à moitié ; nous nous tenions la main,
Ne vivant que l’instant, avancions en silence,
Un pas après un autre, en demi-somnolence.
Nous descendions grandis dans l’ombre solennelle ;
Nous goûtions le moment, un moment éternel.
Enfin, nous arrivions ; l’église se montrait.
Nous franchissions le seuil comme des conjurés.
Enfants émerveillés, anges de nos campagnes,
Nous entendions vos chants que l’écho des montagnes
Renvoyait dans la nef insolite et glorieuse
Dont nous sentions chacun l’étreinte mystérieuse.
Le retour était long, un peu plus grelottant ;
Je dormais à demi, l’esprit calme et content.
Au chalet, tout là-haut, cuisait le chocolat,
Qui tôt réchaufferait nos corps froidis et las.

 

 

Il y a bien longtemps, nous habitions la Suisse
J’étais adolescent, presque encore une esquisse.
Noël nous rassemblait dans la ville étrangère,
Tout en haut du chemin de la Genevrière.
Nous vivions entre nous comme en un vase clos ;
Nous honorions l’avent, à l’unisson, au chaud.
La maison respirait la tendresse filiale ;
Il régnait une douce ambiance familiale.
Le vingt-quatre à la nuit par le froid et la glace,
Nous allions tous prier sur la petite place
Et dans l’église aussi dedans notre coquille
Etroitement unis, nous priions en famille.

 

 

Je m’en souviens si bien comme un moment d’hier
La foule avait rempli l’œuvre de Niemeyer
Une foule éclectique et vibrante de foi
Soudée par l’Esprit-Saint comme il se peut parfois.
Nous étions tous les trois enveloppés d’amour
Dans ce Brésil lointain dans ce soir un peu lourd.
On sentait dans l’air chaud une ferveur étrange
Innocente et naïve où voletaient les anges.
Nous étions tous les trois mes mère et père et moi
Liés comme jamais par un céleste émoi.
Nos pensées se mêlaient nous formions tous unis
Une autre trinité qui priait dans la nuit.

 

C’est une humble chapelle au creux d’un vallon vert
Qui dort toute l’année mais revit à Noël
Quand le fidèle vient fêter l’Emmanuel.
Les voisins se pressaient en foule silencieuse,
Savouraient en leur for cette heure tant précieuse,
Se glissaient dans l’église en longeant les tombeaux.
Au dehors alentour, éclairaient les flambeaux.
La nuit était si belle, émouvante et discrète
Que l’on voyait planer nos prières secrètes
Vers cet enfant Jésus que le moment venu,
L’on couchait doucement, si pauvre et si menu,
Sur un coussin de paille au centre de la crèche.
Puis, nous étions bénis, sortions dans l’ombre fraîche,
Allants, ragaillardis dans nos âmes et nos cœurs,
Tout notre esprit rempli de l’enfançon vainqueur.

Bethléem lieu de la naissance et de la renaissance
Bethléem de Judée là où tout a commencé
Bethléem où cette année-là ce Noël-là nous étions trois parmi la multitude
Bethléem assiégée
Bethléem encerclée
Bethléem menacée
Bethléem ce jour-là avait détrôné Jérusalem
Bethléem était céleste divine et immortelle
Nous attendions dans le froid du jour
C’était un jour comme tous les autres jours d’hiver en Palestine
Un jour triste de tous les malheurs d’un peuple
La lumière était pâle dans le jour triste
Le soleil presque incolore s’inclinait vers la terre
Tout près la basilique de la nativité trop riche trop opulente dominait encore les alentours
Nous attendions dans le jour qui fonçait
Le crépuscule s’en vint enveloppa l’endroit d’un voile de velours brun
Des gardes défendaient le chemin de la Basilique
Qui se mourait entre chien et loup
Le troupeau parlant bas se massa près des portes
Il était incertain plein d’un espoir respectueux mêlé de crainte d’être déçu
On sentait dans l’air grandir la fièvre qui embrasait les esprits électrisés
Le froid se fit plus vif
Nous fîmes comme les autres nous nous levâmes nous approchâmes et attendîmes aussi
Alors que minuit venait les portes s’ouvrirent
La ruée fut vive tempérée par la retenue que confère le sacré
On entra dans le lieu saint en désordre joyeux un peu effrayé et comme écrasé sous le poids du mystère
L’immense oratoire se remplit dans un épais silence
Alors le temps n’exista plus
Chacun se retrouva berger dans une noire nuit d’hiver que seule éclairait l’étoile
Nos âmes tressaillaient devant le Verbe qui se faisait chair
La messe se déroula dans une atmosphère inconnue jusqu’ici
Les paroles s’élevaient
Retombaient en rosée fertilisante sur les têtes avides et courbées
Même le sermon dit en arabe parut enrichissant tant l’heure était d’une divine gravité
Quand on apporta l’enfant la foule frissonna d’un frisson ineffable
Les mots d’adoration palpables se devinaient montant vers les voûtes antiques
C’étaient pour les fidèles comme un avant-goût du ciel.

 

         . . .  alors  Il est  né, le divin enfant !

 

 

Poèmes  © Michel Tirouflet
Photos © Jean-Michel Touche

 

SAUVER NOTRE PATRIMOINE RELIGIEUX RURAL

 

Les priants des campagnes :
s’engager pour sauver notre patrimoine religieux rural

(Article d’info catho, rédigé par Marie Ordioni, journaliste à InfoCatho,
suite à une interview du 9 septembre 2017)

 

“Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.”

Philippe de La Mettrie, président de cette jeune association,  nous a longuement, et avec passion, présenté le cœur de son engagement, et nous l’en remercions !

Le but de l’association “Priants des campagnes” est de contribuer, par toutes actions et tous moyens, humains, spirituels, politiques, juridiques, matériels et financiers, à la conservation et la sauvegarde de tous lieux de culte constitutifs du patrimoine cultuel et culturel de la France et de ses territoires, en particulier des églises et chapelles et ainsi leur conserver leur vocation de lieu de prière commune.

Nous devons avoir la fierté d’aller prier publiquement, l’enfouissement c’est fini ! Le primat de notre action, c’est la prière, et nous invitons tous ceux qui le souhaitent à nous rejoindre… mais comme nous sommes des êtres incarnés, il nous faut évidemment des moyens., nous avons besoin de “choses visibles”, qui nous touchent. Les églises nous permettent d’accéder à l’Invisible.

Nous croyons en la force de la prière commune fréquente dans nos églises de campagnes. Ainsi “habitées” par la prière, elles seront sauvegardées et maintenues comme lieux de culte. Nous croyons en outre que le patrimoine historique et civilisationnel qu’elles représentent constitue une telle richesse culturelle qu’elles doivent être entretenues et conservées, par un engagement spirituel et, si nécessaire, financier.

Dans un village, l’église est la mémoire des familles ! C’est pourquoi nous invitons tous les amoureux de ce patrimoine, qu’ils soient croyants ou non croyants, pratiquants ou non pratiquants, habitant les villes, grandes ou petites, ou la campagne, à nous rejoindre en manifestant leur soutien par adhésion ou aide quelconque.

Alors, concrètement, quels sont les différents engagements que nous proposons ?

Notre association a besoin d’adhérents pour avoir du poids avec les différents interlocuteurs. Mais pour nous, il s’agit en premier lieu de promouvoir la prière dans le maximum d’églises de nos campagnes et petites villes. Marquer le début de la prière par le son des cloches est une manifestation de notre foi ; sans faire de prosélytisme, les chrétiens, et les catholiques en particulier, ont le devoir de manifester au monde leur attachement à la prière commune et fréquente. C’est pourquoi, nous recommandons de faire sonner quelques instants les cloches de l’église en début et/ou en fin de prière.

Si les catholiques manifestent ainsi leur attachement à leurs lieux de prière, ils seront sauvegardés.

Je suis touché par ce “blanc manteau d’églises” (l’expression est de Raoul Glaber et date du XI°siècle) qui recouvre la France et forme comme un immense monastère invisible… Monastère qui nous est confié à nous, laïcs, et il nous appartient de permettre le maintien de rites tels que l’Angélus.

Et je rêve d’un jour où les 42.000 églises de France seraient éclairées à la même heure pour une même prière : cela se verrait, cela s’entendrait ! Si les catholiques retournent prier dans leurs églises, cela se saura !

 

Philippe de La Mettrie

 

Retrouvez l’association :
www.priantsdescampagnes.org  ou
«  priantsdescampagnes@gmail.com »

Le « OUI » de JOSEPH

Réflexions de Philippe de La Mettrie
Président de «  Priants des campagnes »

 

(Évangile selon St Matthieu , 1 ; 18-25)

L’homme que je suis cherche plus volontiers dans les évangiles l’exemple des hommes qui ont dit « oui » au Christ, sans pour autant négliger la foi extraordinaire des saintes femmes qui ont suivi Jésus. 

C’est pourquoi cet évangile sur Saint Joseph résonne en moi. Il m’inspire des réflexions propres non seulement à faire grandir en moi la dévotion envers saint Joseph, mais aussi, et plus intimement, à m’interroger moi-même, sur le « oui » que je dis, ou que je ne dis pas, à Dieu chaque jour de ma vie.  Car, c’est à chaque instant, chaque jour, que Dieu m’appelle et attend mon « oui ».

Joseph nous offre, dans ce seul récit, un merveilleux témoignage de foi,  Il n’est que justice d’exalter cette adhésion totale à la volonté de Dieu et de lui rendre hommage, lui l’oublié, le délaissé du nouveau testament.

L’évangéliste n’évoque pas le sentiment éprouvé par Joseph quand il eut connaissance de l’état de Marie : est-ce une confiance absolue en elle ? ou une grande déception ? sinon un doute douloureux, blessé par ce qu’il apprend de la conduite, supposée, de celle qu’il épouse ?

Alors qu’il eût pu le faire dans le contexte de la société juive de l’époque, « Joseph, son mari, qui était un homme juste … ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit» (1)

Evitant ainsi de livrer la réputation de Marie au jugement de la réprobation publique, il choisit de ne pas la répudier en public, ce qui est déjà un acte de charité.  C’est-à-dire qu’il renonce à juger, à la condamner, et à la faire condamner par la société de son temps.  Il manifeste ainsi le respect dû à la personne de Marie.  En même temps, il refuse l’application littérale et systématique de la loi juive à cette époque, la loi de l’ancienne alliance, celle de Moïse – décrite dans le Deutéronome.  Il me semble que Joseph a déjà dit OUI à la nouvelle alliance du Christ, non encore annoncée.

Mais Dieu lui demande plus. Dieu va lui demander plus qu’un acte de charité. II lui demande par l’intermédiaire de l’ange qui lui apparait en songe un engagement plus radical, celui dans lequel la foi et l’obéissance sont indissociables.

Notons qu’il n’est pas relaté un dialogue entre l’ange et Joseph, comme nous le voyons dans l’annonciation à Marie. Joseph est, en quelque sorte, privé de droit de réponse. La grandeur de sa réponse à Dieu n’en est que plus éloquente.

« Une fois réveillé, Joseph fit comme l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui sa femme ». Cette phrase lapidaire de l’évangéliste donne  une force particulière à la décision de Joseph: Ici, point d’hésitation, c’est le OUI total. Pas de « OUI mais », pas de « OUI peut-être », pas de « OUI demain » ; pas de : « je vais réfléchir ».

Ce OUI, donné chaque jour, est sans doute le premier pas à franchir pour quiconque veut avancer sur le chemin étroit de la sainteté.

Dieu a voulu associer Joseph à ce mystère de l’incarnation de son Fils en lui confiant cette charge de père nourricier. Certes, il fallait à Jésus une famille, un père et une mère, une « sainte famille ». Mais après le OUI de Marie, il fallait non seulement un « père » mais aussi et surtout un homme qui adhère au dessein de Dieu en prononçant, lui aussi, un OUI radical. Pour qu’advienne son règne, Dieu ne peut se passer de la coopération de l’homme et de la femme. Or, qui d’autre que le couple formé par l’union d’un homme et d’une femme, indissociables dans la création (« Homme et Femme, Il les créa ») symbolise le mieux                             l’Humanité ? En la personne de Marie et de Joseph, même s’ils sont choisis au sein du « Peuple élu », c’est à chacun de nous mais aussi à l’Humanité entière que Dieu lance son appel à le suivre.                                    Jésus, dans son enseignement, élargira à « toutes les nations », donc à l’humanité entière, cet appel à écouter sa parole et à la mettre en pratique.

Proposant ces réflexions à un prêtre ami, à la retraite, celui-ci me fit la remarque suivante : « Vous oubliez, dans votre commentaire, la liberté que Dieu laisse aux hommes et aux femmes de le suivre ou de ne pas le suivre, et il a laissé Joseph libre de son choix. »

Je me penchai alors à nouveau sur cet évangile de Saint Matthieu pour y déceler cette liberté laissée à Joseph, qui m’avait sans doute échappée. Je lus alors plus attentivement les mots prononcés par l’ange :   « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme ; car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint …….. »

En effet, Dieu, qui parle à travers l’ange, ne donne pas un ordre impératif à Joseph. C’est plutôt une invitation, une exhortation à ne pas craindre, et Il lui en donne aussi les raisons : «  ….car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint …. »  Dieu connait les pensées de Joseph, son trouble, son doute, mais aussi sa connaissance de la prescription souvent reprise dans le Deutéronome : «Tu feras disparaître le mal du milieu de toi ».  Dieu ne lui impose pas un choix ; Il lui accorde pleine liberté de croire ou de ne pas croire en les paroles de l’ ange, donc de poser ou de ne pas poser un acte de foi.

Cette formulation de l’ange nous éclaire d’ailleurs sur la motivation première de Joseph de répudier Marie,  certes en secret, mais de la répudier quand même: la peur, la peur de prendre en conscience une décision à contre -courant  des convictions bibliques de son peuple, sans doute préférant se conformer à la loi juive en vigueur, même atténuée par la confidentialité du renvoi qu’il avait envisagé.

Mais tout change après le songe : Sa foi lui donne la force d’agir en vérité, à contre-courant des codes formels et rigides de l’ancienne alliance, où la lettre prend le pas sur l’esprit.

Ne suis-je pas moi- même, ne sommes-nous pas timides, voire timorés ou lâches, pour ne pas oser penser, parler, et agir, 2000 ans après Joseph, à contre-courant des idéologies déicides de notre société, dans nos choix de vie pour suivre le Christ ?

 

Philippe de La Mettrie,

.
.

 

DANS L’ATTENTE DE NOËL !

Chaque jour, sur cette page et sur Facebook, une ou plusieurs photo(s) de Noël

Si vous aimez, n’hésitez pas à partager ces photos avec vos amis.
Plus nous serons nombreux à les regarder, plus nous serons nombreux à fêter dans la joie la NAISSANCE DE JÉSUS !
Que nous nous connaissions ou pas, IL  est venu pour nous tous.

Photo du 5 décembre

La dame depuis sa fenêtre : « Il paraît qu’on attend un nouveau-né ?
C’est pour bientôt ? »

..

.Photo du 6 décembre

La foule, très excitée :

« Oui, il paraît qu’il va y avoir une naissance, mais on ne sait pas où ni dans quelle famille. Peut-être des nomades ? C’est ennuyeux pour eux, tous les hôtels sont pleins !
Si le petit naît dans la rue, ça ne sera pas marrant pour les parents. Pour lui non plus, d’ailleurs. »

 

Photos du 7 décembre
La foule (suite) : « C’est vrai, chaque année on nous l’annonce. Mais pas pour aujourd’hui. Ça serait plutôt vers la fin du mois. »

Photo du 8 décembre

L’annonce de cette naissance à venir est une joie pour tous. Certains la chantent.

Photo du 10 décembre

Tiens, vous entendez ? On dirait qu’une musique vient du ciel ! C’est surprenant, vous ne trouvez pas ?

Photos du 13 décembre

Un peu partout, l’excitation commence à frétiller. Que va-t-il donc se passer ? On dirait qu’une musique vient du ciel, c’est entendu, mais pourtant certains affirment que l’amour ne vient pas du ciel. Alors il faudrait sortir ?

Photos du 16 décembre

A droite et à gauche – non, ce n’est pas politique – on sent bien que ça s’agite.

Photos du 18 décembre

Un peu partout, on bouge. C’est bientôt Noël, tout de même. Pas n’importe quoi.
– Peut-être, disent certains, mais c’est quoi exactement, Noël ?
Et ils cherchent, d’un côté puis d’un autre, des éléments susceptibles d’apporter réponse à leur question.

Non, la réponse ne se trouve pas là.

Là non plus !

Alors, où est-elle ?

Photos du 18 décembre

Un peu partout, des femmes et des hommes cherchent, attendent, se préparent !
Regardez.

Et même…

Alors, à suivre ?

Photos du 23 décembre

Indiscutablement, on s’agite partout !
Cette naissance, ce doit vraiment être quelque-chose pour remuer tant de monde !

Même les bêtes s’interrogent.
C’est vous dire ! ! !

Quant aux futurs parents, il suffit de les regarder pour deviner qu’il va se passer quelque chose d’extraordinaire.

A suivre, mais très vite !

24 décembre

NOËL

Tu es enfin là, Divin Enfant !

Femmes et hommes de tous âges, depuis les plus jeunes enfants jusqu’aux ceux dont les années s’accumulent, vivez un moment de Joie. Pas uniquement grâce à des invasions de cadeaux, de champagne ou de foie-gras, mais avec au moins un petit temps de réflexion.
Sur Dieu pour les croyants. Pour ceux qui ne le sont pas, sur l’existence qui reste mystérieuse même si la science nous ouvre de plus en plus de nouvelles portes par les nouvelles découvertes.

Aujourd’hui, « un enfant nous est né, un fils nous est donné ».

Qu’à tous il donne espérance, amour et profonde joie intérieure.

La crèche que vous pouvez voir ici vous propose de fermer les yeux quelques minutes après l’avoir regardée, juste pour laisser s’épanouir cette espérance, cet amour et cette joie intérieure.

JOYEUX NOËL POUR TOUS.

 

 

 

 

Photos © Jean-Michel Touche

 

 

 

 

LE TABLEAU RETOURNÉ (conte de Noël)

Un conte écrit en 1996, étrange (mais un conte se doit de l’être, à quoi servirait-il autrement ?), à découvrir petit à petit avant Noël.

Vous plaira-t-il ? Je ne puis le dire… mais je l’espère !

 

1

LA DÉCOUVERTE DU TABLEAU

Entrez donc, monsieur, vous le verrez mieux de l’intérieur.”

Gabriel rougit de surprise, se redressa, sourit, répondit “Oui, euh! non. Enfin oui, pourquoi pas ?” et il pénétra dans la galerie.

– Ce tableau vous intrigue, n’est-ce pas ? Ça fait plusieurs fois que je vous vois l’examiner.

Un peu gêné d’avoir été remarqué, Gabriel se contenta de sourire. Depuis des semaines, c’est vrai, il faisait fréquemment un détour afin de passer devant la galerie Félicien et de s’arrêter un moment pour regarder cette grande toile sombre, empreinte de mystère. Il se sentait attiré par cette composition curieuse dont il cherchait à deviner le sens, mais les reflets de la vitre masquaient en grande partie les détails essentiels.

Suzanne son épouse, à qui il avait tenu à montrer le tableau un jour où le vent d’est soufflait désagréablement, l’avait vivement refroidi en décrétant tout à trac :

– Mais c’est horrible, mon ami, ça n’a ni queue ni tête, ce tableau. D’abord qu’est-ce que ça représente ?

– Je n’en sais trop rien, avait répondu Gabriel. Mais avouez que c’est étrange : on dirait qu’il se passe quelque chose, un événement exceptionnel, mais que le peintre a voulu seulement éveiller notre curiosité et puis… plus rien, comme si nous devions rester sur notre faim.

– Ce que je trouve étrange, rétorqua Suzanne, c’est l’effet que produit cette chose sur vous.  Alors écoutez, mon ami, regardez-la tant que vous voulez, mais moi je suis gelée, je rentre.
Puis  elle avait ajouté, un rien autoritaire, “Vous venez ?”

Gabriel avait souri comme d’habitude car il souriait beaucoup, mon grand-père. C’est un homme qui ne se fâchait jamais. “Allez devant, Suzanne, je vous rejoins.”

° ° °

Gabriel et Suzanne sont mes grands-parents. Des grands-parents adoptifs, en réalité, car mes parents m’ont recueilli petit enfant sans savoir très exactement d’où je venais. J’ignore tout de mes origines mais qu’importe : ma vraie famille c’est celle avec laquelle je vis. Voilà, vous savez tout de moi. Je ne trouve rien d’autre à dire parce que vraiment, quand je me regarde dans une glace, je ne vois guère de traits particuliers à vous signaler. A l’exception peut-être de mes cheveux bruns et bouclés qui tranchent sur la blondeur naturelle de mes parents. Ah! j’oubliais : mon père se prénomme Gervais et ma mère Felicity (elle est Anglaise). Moi, c’est Hubert.

° ° °

Mais revenons donc à ce jour de printemps où Gabriel put se pencher tout à loisir sur ce curieux tableau.

– Puis-je vous offrir une tasse de thé ? proposa l’homme de la galerie.

– C’est trop aimable, je ne voudrais pas abuser…

– Pas du tout, pas du tout. Permettez-moi de me présenter : René Félicien. Je suis le propriétaire de cette galerie et mon père l’était avant moi.

Mon grand-père se présenta à son tour et les deux hommes se serrèrent la main.

– Je suis très heureux que vous soyez ici, cher Monsieur. Figurez-vous que ce tableau m’intrigue et je me réjouis de l’intérêt que vous semblez lui porter.

Gabriel, amateur de peinture averti, ne comprenait rien à cette toile. L’opacité qui ombrait fortement le tableau ne correspondait à aucune école, aucune époque, aucun style.

– De quoi s’agit-il exactement ? finit-il par demander.

– Je n’en sais rien. J’ai trouvé ça dans un grenier, au milieu de quelques belles pièces. Apparemment, personne n’en connaissait l’existence. Au premier abord j’ai pensé qu’il s’agissait d’un tableau de la Renaissance abandonné sans soin et meurtri par les siècles. Regardez tous ces personnages. Malgré cette espèce de croûte sombre qui gâche la toile, n’évoquent-ils pas les fresques dont regorgent les musées de Sienne et de Florence ? Et cet homme, au premier plan sur la gauche, voyez comme il se détache du reste de l’œuvre.

Gabriel porta son attention sur un jeune homme que les reflets de la vitre empêchaient de voir depuis la rue. Un beau jeune homme au visage d’une finesse extrême, qui se tenait debout, sur la gauche de la toile. Il portait un vêtement de couleur indéfinissable et son visage penché du côté gauche paraissait regarder quelque chose ou quelqu’un. Mais il n’y avait rien à l’endroit où se posait son regard.

– C’est étrange, n’est-ce pas ? On dirait que le peintre n’a pas eu le temps de terminer la scène.

– C’est curieux, très curieux ! fit mon grand-père de plus en plus excité.

 

Le tableau, fort sombre, représentait un paysage de nuit. Le jeune homme au beau visage se détachait sur une masse foncée, une sorte de rocher à côté duquel se dressaient des cyprès. De la partie supérieure droite du tableau descendait une longue colonie de personnages qui avançaient en dessinant des sinuosités, sans que l’on parvînt à distinguer les traits des hommes et des femmes qui composaient cette foule en marche.

– Incroyable, s’exclama Gabriel, ce tableau nous cache quelque chose. De quoi peut-il bien s’agir ? Et ce jeune homme aux yeux tournés vers on ne sait quoi… ou on ne sait qui…, comme il est beau! Comment avais-je pu ne pas le voir depuis la rue ? Vous allez rire : il me rappelle…  Ah! oui, c’est stupéfiant.… Sait-on le nom du peintre ?

– J’ai cherché longtemps et j’ai fini par trouver quelque chose. Mais là encore c’est le mystère. Regardez, cher Monsieur, là, en bas à droite. Vous ne voyez rien ?

Les deux hommes s’accroupirent, mon grand-père chaussa ses lunette tandis que René Félicien releva les siennes sur son front et montra du doigt une zone du tableau que Gabriel se mit à fixer attentivement.

– Ça y est ! s’écria Gabriel dans un état d’excitation avancé. Ça y est, je le vois. Mais je ne distingue pas tout. Voyons, on dirait “Umbr…o, Umbr…a” quelque chose.

– Félicitations,  Monsieur, moi je n’étais pas arrivé à lire quoi que ce soit.

– Attendez, attendez, reprit Gabriel. Voilà, j’y suis. C’est “Umberto da…”

– Da quoi ?

– Da… rien. Il n’y a rien d’autre. Enfin si, peut-être. mais le reste du nom est caché par un trait de peinture brune. Je suis certain que quelqu’un a voulu masquer partiellement le nom du peintre.

– Ah ! Monsieur, Monsieur… bégaya René Félicien, c’est inouï, je possède ici une autre toile signée “Umberto da…” mais de façon beaucoup plus lisible. Et comme sur celle-ci le reste du nom a été masqué par une peinture épaisse. Ah ! Monsieur, venez voir.

René Félicien se précipita vers l’arrière de la galerie, déplaça fébrilement plusieurs toiles et finit par trouver celle qu’il cherchait. Il la prit avec soin, la tint à bout de bras un bref instant puis l’installa sur un chevalet. Il tourna ensuite sa belle tête grisonnante vers mon grand-père et demanda :

– Qu’en dites-vous ?

Gabriel resta muet de saisissement, incapable de prononcer le moindre mot.

– Alors, Monsieur, qu’en pensez-vous ?

René Félicien ne tenait plus en place. Il marchait de droite à gauche, de gauche à droite, s’approchant de mon grand-père, prenant ensuite du recul pour admirer l’œuvre qu’il venait de tirer de ses trésors.

Gabriel murmura : “C’est extraordinaire…”

Posée sur un chevalet, une jeune femme peu vêtue regardait timidement les deux hommes, dans une attitude pudique. Et cette jeune femme ressemblait à s’y méprendre à la Vénus de Botticelli.

 

René Félicien et mon grand-père ne cessaient de pousser des petits “Oh !” et des petits “Ah !” Quand ils reprirent leurs esprits ils se penchèrent pour déchiffrer la signature. A n’en pas douter c’était bien “Umberto da…”, comme sur la grande toile de la galerie. Les deux hommes pensaient la même chose, et d’émotion, eux qui ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, ils s’embrassèrent. C’est vous dire l’effet qu’avaient produit sur eux ces deux toiles !

Le tableau de la jeune femme, comme la grande toile mystérieuse, avait souffert de l’agression du temps, des taches d’humidité dessinaient comme les contours d’un puzzle sur le corps laiteux. René Félicien avançait par instants la main pour essuyer la toile mais la retirait immédiatement par pudeur.

 

– A votre avis, Monsieur Félicien, demanda mon grand-père, cette toile est-elle antérieure ou postérieure à celle de Botticelli ?

René Félicien fit une moue, écarta les bras, se racla la gorge et dit “Ça va vous paraître fou, cher Monsieur, j’aurais tendance à dire que cette toile est antérieure.”

– Alors… qui donc est Umberto ?.
.
.
.A

La suite dans quelques jours.

© Jean-Michel Touche

Seco,d épisode : cliquer sur   LE TABLEAU RETOURNÉ (2)

.

.

AMAZON et LES MESSAGERS DE L’ALLIANCE

AMAZON met en place des Pages réservées aux auteurs pour les présenter et présenter leurs livres.

Elle permet de découvrir l’ensemble des commentaires des lecteurs. Si vous avez la curiosité de découvrir celle qui me concerne, cliquez sur Page Auteur JMT .

Et si vous ne connaissez pas encore Les Messagers de l’Alliance, découvrez ci-dessous ce que pensent les lecteurs de cette saga qui ont publié leurs commentaires sur Amazon. Ils ne vous laisseront sans doute pas indifférents.

 

Commentaires des lecteurs sur Amazon

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

 

Passionnant

On vit l’histoire avec ces 3 enfants comme si on était avec eux! je le conseille à partir de 10 ans

J’achète beaucoup par l’intermédiaire d’AMAZON, pratique, rapide, efficace, vendeurs consciencieux, articles impeccables.
J’ai été particulièrement satisfaites de :
Les messagers de l’alliance (Prodiges en Galilée – la porte du Royaume- l’oracle de Babylone – Menace sur le temple.)

Un saut dans la bible

Ce livre suit les grandes étapes de la bible. Le mélange d’aujourd’hui et d’hier est un peu trop hachuré. On passe d’une histoire biblique à une autre en suivant la chronologie. C’est un livre bien écrit et qui peut permettre à un enfant de vouloir aller plus loin, les références bibliques sont indiquées.

Magnifique!

Enfin un peu de repos pour les trois collégiens Nicolas, Caroline et Frédéric ? Après avoir vécu « en direct » à Jérusalem, la mort et la Résurrection de Jésus, ils mériteraient bien un peu de tranquillité chez leurs parents ! Eh bien, non : les voilà encore une fois – la dernière, leur assure leur ange gardien – renvoyés dans le passé pour vivre avec les premiers chrétiens les temps difficiles et enthousiasmants des débuts de l’Eglise. Comment échapper à Saül, ce juif si déterminé à les pourchasser ? L’apôtre Pierre ordonne aux trois jeunes de partir à Damas avec la première caravane. Les aventures vont commencer quand ils découvriront que  » l’homme de Tarse  » fait partie de l’expédition…
Ce sont bien sûr les Actes des Apôtres qui sont revisités dans ce dernier tome. Les voyages de Pierre et Paul révèlent leur personnalités et l’importance de la Bonne Nouvelle de Jésus. Pierre, le courageux apôtre, devient un exemple magnifique de chef de l’Eglise, soucieux de son unité. Paul, le converti, le teigneux, le tisserand, l’infatigable marcheur, donne une leçon essentielle : rien ne doit empêcher un chrétien de témoigner de ce trésor qu’est la Parole de Dieu.Tout s’éclaire à la dernière page qui donne « la pointe » des 7 tomes : Nicolas en personne invite le lecteur qui a partagé avec lui toutes ces aventures, à réfléchir sur le sens de sa vie : à son tour, a-t-il envie d’être un Messager de cette Alliance que nous propose le Dieu de Jésus Christ ?
Un vrai programme, une mission, qui peut animer ou ranimer la foi de beaucoup d’adolescents.

L’Ancien Testament vivant

Très bien écrit, ce récit romancé très vivant met en scène des jeunes collégiens qui se retrouvent projetés dans le passé, au temps de Noé, et qui vivent ces épisodes « en direct ». Très bien documentée, cette histoire rend les choses plus concrètes pour les enfants qui peuvent se les approprier, et même pour nous parents (et catéchistes) c’est très bénéfique !

Un voyage au sein de la bible

Comme les 4 volumes déjà parus, Le Tome 3 des messagers de l’alliance nous entraine dans l’histoire biblique de façon plaisante et facile à aborder.
A lire par les adolescents ou par les adultes qui cherchent une approche plus facile de l’histoire sainte.

Tome 2 aussi réussi que le Tome 1

Toujours la même qualité d’écriture, de finesse. Le mot et le ton juste pour nous entraîner au cœur de la bible d’une façon originale. Cette série est incontestablement à découvrir !

 

° ° ° ° ° ° ° ° °
° ° ° ° ° ° ° °.
.Découvrir ces commentaires, pour un auteur, c’est évidemment une joie !
Je me suis permis de mettre certaines phrases en rouge.

.
.
.