PÂQUES : s’abandonner au mystère de l’amour

Copyright  2012 JMT

.

Dans le mystère d’un sacrifice total, d’un amour qui va jusqu’au bout de la souffrance…
jusqu’au bout du pardon…
dans l’abandon total de soi par le Fils qui se donne à nous en réponse à l’incroyable demande de son père,
la Cène,
la Passion,
la Mort et la Résurrection du Christ sont autant de moments où nous sommes invités à nous abandonner à l’incompréhensible. Copyright  2012 JMT

« Mes pensées ne sont pas vos pensées et mes voies ne sont pas vos voies », déclare l’Eternel par la bouche d’Isaïe (55, 8-11).
Cette annonce de Dieu est peut-être la clé pour s’ouvrir entièrement au mystère de cette Résurrection qui, sans que l’on s’en aperçoive, change le rythme du monde.
Alors oui, on peut s’abandonner à la joie nouvelle à laquelle nous invite PÂQUES, tout en portant en nous les Chrétiens d’Orient, les victimes de massacres, les victimes de guerres, de pauvreté, d’abandon, les souffrances de toutes et de tous, comme si nous leur donnions la main.

.

.

.

Copyright  2012 JMT

.

Copyright  2012 JMT

Copyright  2012 JMT

.

Copyright  2012 JMT

.

.

Photos © JMTouche

.

Dieu nous serait-il ennuyeux ?

Les homélies sont un temps important de la Messe. Celui où la Parole est mise à notre portée . Mais le message nous échappe parfois car, pris par la vie quotidienne qui revient au galop, si nous n’y repensons pas très vite, il risque de s’effacer de notre mémoire.

Aussi j’aimerais remettre l’accent sur une homélie  qui pourrait nous servir de base de réflexion pour le Carême. Son titre : « Dieu nous serait-il ennuyeux ? »

Prononcée le 13 mars (1er dimanche de Carême) par le Père Antoine-Louis de Laigue, curé de Notre-Dame de Grâce de Passy, elle fait largement référence au livre de Benoît XVI : « Jésus de Nazareth », et mérite d’être lue et méditée.

Voici le lien pour télécharger ce texte : « Dieu nous serait-il ennuyeux ? ». Vous pouvez y accéder également par l’intermédiaire du site Notre-Dame de Grâce de Passy (onglet Documents)

Enracinement et ouverture (5ème conférence de carême)

La cinquième conférence de carême, prononcée en la cathédrale Notre-Dame de Paris le 21 mars 2010 par le Rabbin Rivon Krygier et Dominique Folscheid, portait sur les déclarations de Vatican II concernant la permanence d’Israël, l’œcuménisme, le dialogue interreligieux et la liberté civile de religion.

Des incidents ont malheureusement marqué le début de la conférence (voir l’article de La Croix dans son édition datée du 23 mars).

L’écriture de la saga des « Messagers de l’Alliance », qui m’a conduit à une lecture attentive et en profondeur des livres de l’Ancien Testament, m’a personnellement fait progresser dans la connaissance et la compréhension du judaïsme. On ne peut oublier que les descendants d’Abraham ont, les premiers, reçu la révélation puis l’Alliance de Dieu avec les hommes, ses créatures.

Comment rester indifférent devant le sublime récit du Buisson Ardent où Dieu, à qui Moïse avait demandé de lui dire son nom, répond : « JE SUIS » ?..  Ce verbe minuscule qui suffit à dire tout Dieu ! Cela donne à réfléchir !

Pour écouter la conférence, cliquez sur Enracinement et ouverture et laissez-vous diriger vers KTO.

Jean-Michel Touche

Dix nouvelles pistes pour mieux vivre le Carême

Avec FEU ET LUMIERE, sœur Marie de la Visitation nous a proposé dix pistes pour mieux vivre le Carême.

En voici dix nouvelles, pour la période du 27 février au 8 mars. Une pour chaque jour.

11. Passe du temps avec Marie. Marie, notre mère, ne cherche qu’à nous aider sur notre chemin de foi. Ouvre-lui ton cœur aujourd’hui et écoute quel est son message pour toi.

12. Mets de l’ordre. Le désordre dans notre maison ou notre lieu de travail peut refléter un désordre dans notre âme. Range un tiroir encombré ou une armoire en désordre et demande au Seigneur quelle est sa façon d’organiser ta vie, Il est le Créateur, Il s’y connaît…

13. Jeûne de radio. Nous laissons parfois nos vies se remplir de tellement de bruit que nous n’entendons plus ce que nous murmure notre cœur. Aujourd’hui goûte au silence et voit quel message de Dieu tu as pu manquer.

14. Sois un samaritain en secret. Fais une bonne action envers un membre de ta famille sans que personne ne le remarque. Dieu le verra et s’en réjouira.

15. Souviens toi d’un saint ancêtre. Nous avons reçu le don de la foi grâce à la fidélité de ceux qui nous ont précédés. Pense à un proche parent ou ami de famille, vivant ou décédé, qui a été une inspiration pour ta propre foi.

16. Offre quelque chose. Renonce à un festin, des cigarettes, des bonbons, ou à la location d’une vidéo pour la journée et donne cet argent économisé aux pauvres.

17. Jeûne de violence. Mets de côté aujourd’hui, toute action ou mots agressifs et reçois tous ceux que tu rencontreras avec bienveillance et patience.

18. Prends du temps pour jouer. Un des signes de la foi en Dieu est la joie. Prends le temps de jouer avec tes enfants – chanter, jeux de société, raconter des histoires…

19. Bénis tes enfants. Prends un temps avec chaque enfant. Regarde son visage avec amour, dis lui une raison pour laquelle tu l’aimes, puis bénis-le (ou la) sur le front.

20. Demande la bénédiction de tes enfants. Commence ou finis la journée en demandant à tes enfants de te bénir.

Auteur : Sœur Marie de la Visitation
copyright : Feu et Lumière (avec son aimable autorisation)

Réflexion sur le Carême proposée par dom Olivier

C’est aujourd’hui, le jour des beignets ! Ou tout au moins le dernier avant ce temps du Carême qui semble arriver toujours trop vite.

Qui donc aime faire pénitence ?
La meilleure manière d’y entraîner époux et enfants ne serait-elle pas celle de la joie ?
La joie qui est bel et bien la caractéristique du chrétien.

Il puise la joie dans la prière confiante en Dieu qui se révèle à nous comme un Créateur et Rédempteur.
Quelle joie plus grande que celle d’être présent à l’Amour ?

ll attise la joie par la pratique du jeûne qui, en faisant attendre l’heure du dé-jeune (rupture du jeûne), creuse le désir.
Combien la joie est grande lorsque l’attente se trouve récompensée par l’accueil de la nourriture accueillie comme le don qui rassasie.

Il fait grandir la joie par le partage, l’aumône faite en secret, respectant la dignité de celui qui la reçoit lui qui est enfant du même Père.
Là se construit, profondément, la communion des saints, la joie de l’amour donné et reçu.

Dom Olivier – Abbaye de Saint-Wandrille

Sondage sur le carême

Le carême 2010 commence le 17 février, mercredi des cendres.

Cela est-il important de nos jours ? Qu’en pensez-vous ?

Les Messagers de l’Alliance vous proposent de participer au sondage ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :