• Blog Stats

    • 98 660 hits
  • Articles récents

  • LIVRES PUBLIÉS

LA POLITIQUE… ET NOUS ?

 

OÙ VA LA POLITIQUE ?

Cette question n’est certainement pas récente, bien des générations avant les nôtres ont dû se la poser.
Et si nous y réfléchissions tout de même ?

La Politique n’est pas un art facile, ni aujourd’hui ni hier, et peut-être moins encore demain en raison des moyens de communication qui nous arrosent d’informations dont l’authenticité est souvent douteuse.

La presse ne nous dira jamais que le train est arrivé à l’heure, cela n’intéresserait personne. Mieux vaut annoncer des catastrophes à la chaîne, c’est tellement vendeur !
Mais où cela finira-t-il par nous mener ?

Comment faire la différence entre les Fake news et les autres ? Chacun a tendance à accepter ou refuser ce qu’il lit ou entend, en fonction de ses convictions personnelles.
Et notre société n’évolue pas vers une situation plus heureuse, loin de là.

Alors, que faire ? Nous critiquons les politiques (d’ailleurs nous en sommes à un point où seule la critique a du succès, à se demander si la Critique n’est pas devenue la seule chose non critiquable !) Mais nous, pourquoi ne ferions-nous rien pour contribuer à une amélioration de la société ? C’est trop facile de critiquer en restant assis.

Et si nous cherchions ensemble, du moins tous ceux qui désirent améliorer la société, ce qui pourrait s’avérer productif et positif pour permettre à tous d’avoir une vie moins difficile et plus heureuse ?

 

GROUPES DE RÉFLEXIONS

Nous pourrions créer des groupes de réflexion selon les sujets qui intéressent les uns et les autres (et ils sont nombreux : budget, fiscalité, inégalité, logement, vieillesse, formation des jeunes, écologie, énergies renouvelables, chômage, etc.)

L’idée est que le groupe se réunisse après avoir choisi un sujet, pour :

1er temps : faire la liste de toutes les caractéristiques de ce sujet ;

2ème temps : une fois la liste établie, chercher de la manière la plus objective possible ce qui entraîne des résultats négatifs ou des résultats positifs ;

3ème temps : voir dans cette liste les éléments qui se coordonnent ou peuvent se coordonner, et ceux qui s’opposent directement ;

4ème temps : échanger les réactions et idées des uns et des autres après ces trois premiers types d’analyse, chercher comment elles pourraient s’accorder et apporter des améliorations sensibles, réfléchir sur les effets secondaires qu’elles seraient susceptibles de provoquer et vérifier que ces effets secondaires ne puissent créer de nouveaux problèmes.

( Et tant mieux si une organisation différente s’avérait plus productive.)

Si les suggestions paraissent valables, le groupe en informe les autres groupes qui peuvent en tirer profit.

 

QUELS RESULTATS ?

Ces groupes ne changeront pas le monde, bien sûr. Mais leurs réflexions et suggestions pourraient conduire à améliorer la manière d’envisager la société et prêter plus d’attention aux personnes en difficulté, à réduire les inégalités, éviter les catastrophes, améliorer la santé, la sécurité, et bien d’autres résultats, afin que la vie, pour tous, soit plus heureuse.

Il n’est pas dit que ces groupes trouveront des solutions pour tous les problèmes, mais certaines suggestions ou réflexions pourraient conduire à une nouvelle approche, une meilleure considération de tous les êtres humains, dans nos pays et dans les autres régions, à calmer les tensions qui perturbent l’humanité.

Aucun résultat n’est certain, bien évidemment. Mais si quelques améliorations étaient apportées à tout ce qui fait notre monde, alors ces groupes s’avèreraient d’une belle utilité.
.

.
.

.

 

 

 

 

 

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : DORMONS TRANQUILLES ?

 

L’Intelligence Artificielle remonte au début de l’âge moderne, explique Jean-Gabriel Ganascia (chercheur à Sorbonne Université et président du comité d’éthique du CNRS) au cours d’une intervention avec le Figaro, publiée sur Internet le 25.04.2018.

Elle fascine mais également elle effraie, surtout lorsque l’on parle d’algorithmes, mot que l’on prend l’habitude d’entendre, mais dont le sens exact peut nous échapper. A partir de la recherche d’un mot dans le dictionnaire, Philippe Flajolet et Etienne Parizot, sur le site Interstices.info, (un clic pour le télécharger) proposent une explication à la fois simple et claire de ce que sont les algorithmes.

L’IA est-elle un bien ? Un mal ? Tout dépend du sens qu’on lui donne. Ou bien on la considère comme un moyen permettant de réaliser des opérations techniques de toutes sortes, vite et sans erreur, ou bien on lui accorde le sens de l’Intelligence elle-même, cette faculté propre à l’humain de réfléchir, chercher, décider (et bien d’autres choses) en fonction de ce qu’il sait, de ce qu’il cherche et de ce qu’il pense nécessaire et valable (définition qui peut être largement augmentée et améliorée, mais ce n’est pas ici le sujet.)

Dans le premier cas oui, l’IA peut être un plus, dans la mesure où elle peut aller plus vite que l’être humain, amasser des informations, les canaliser, les trier, en faire des synthèses selon les règles établies par les algorithmes, tout simplement parce qu’elle se concentre uniquement sur le sujet choisi.

Dans le second cas, non ! En effet, elle ne sait pas « penser », réfléchir, s’ouvrir à des hypothèses que peut envisager ou imaginer l’être humain. Elle n’a aucun lien avec la conscience, la morale, le courage, l’espoir, le dépassement de soi-même, et l’intimité que possède chaque être humain.

Le danger, souligné lors d’une conférence à Arcachon sur les risques de la bioéthique, n’est donc pas que l’IA dépasse l’intelligence humaine, mais plutôt que l’homme abandonne sa pensée et se retranche derrière elle tout en ignorant de quoi sont composés les algorithmes. Oui, le danger vient de l’homme qui risque de s’effacer totalement devant cette IA.

Risque d’autant plus grand que, dans un article de Science et Vie (I.A. : la faille inattendue, mai 2018 mis à jour le 8 octobre), Vincent Nouyrigat révèle ceci : « … les meilleurs algorithmes du monde (…) peuvent être victimes d’illusions d’optique totalement aberrantes ! » « Montrez-lui une orange dont la valeur de quelques pixels a été changée et l’algorithme de reconnaissance visuelle y voit à 99% un… hélicoptère ! »
Vincent Nouyrigat termine son article par cette phrase : « … cette vulnérabilité nous pousse à nous interroger sur la façon la plus sûre et pertinente d’utiliser ces algorithmes aux comportements parfois si étranges…

Alors, devons-nous dormir tranquilles ou faut-il que l’on se réveille ?

.
.
.

LES MIGRANTS ET L’HORREUR

 

Les abonnés à La Croix ont pu lire, le 3 octobre, l’article stupéfiant d’Antoine Peillon dont le titre annonce crûment le contenu : « PASSEURS, LES NOUVEAUX EXCLAVAGISTES ».

Le problème des migrants excite l’Europe, crée des divisions politiques, alimente le populisme et donne de l’importance aux partis souverainistes.
Or le problème ne se résume pas entre d’un côté des êtres humains à sauver en mer et de l’autre l’impossibilité de recevoir tous ceux qui veulent venir dans nos pays. Le problème est différent et touche à l’horreur !

Il faut lire l’article d’Antoine Peillon. On y découvre l’abomination totale des actes des passeurs qui réduisent les « migrants » à l’état de bêtes, de machines, d’esclaves. La vie dans laquelle ils se trouvent enfermés (vous verrez, le mot n’est pas exagéré), n’a rien à voir avec celle qu’on leur a annoncée. Prostitution, horaires de travail insupportables dans des conditions inhumaines, hébergement repoussant… Une exploitation horrible, parfois sans aucun versement de salaire.

Pour lire cet article, il suffit de cliquer sur  « Passeurs les nouveaux esclavagistes ». Vous verrez, cela donne vraiment à réfléchir surtout quand on découvre que « 129.000 personnes vivraient en France en situation d’esclaves modernes. »

.
.
.

 

 

 

BENALLA, UNE HISTOIRE POUR RIEN !

 

Si l’affaire Benalla est d’un goût douteux, l’emballement politique qu’elle suscite l’est bien davantage.

Les sujets importants ne manquent pas, mais voilà qu’ils sont repoussés en seconde zone pour laisser les représentants de l’opposition répandre leur fureur dans toute la France, la mine menaçante, comme si cette histoire était la plus dangereuse du monde ! Peu importe le fond du problème, semblent-ils penser, puisque l’occasion nous est donnée de hurler, hurlons !

On croirait rêver.

Les informations que l’on reçoit, les affirmations, les démentis, les contradictions, tout cela paraît combler de joie la presse d’une part (mais après tout elle fait son travail), mais plus encore la classe politique.

Ah, quelle joie de pouvoir taper sur le président de la République, de le critiquer, de l’accuser de tous les torts! Enfin une tentative de démolition à laquelle tout le monde peut participer, de gauche comme de droite, de droite comme de gauche. Profitons-en, se disent les hommes politiques, en forçant la voix et en prononçant des accusations qui feraient rire s’il s’agissait d’une opérette.

Mais ce n’est pas une opérette…

Oui, le comportement de Benalla dans sa mission de sécurité, le 1er mai, était inacceptable et répréhensible. Mais pourquoi lui donner une telle importance ? Les sujets de fond ne manquent pas. La recherche d’une amélioration de la société pour les plus précaires et les plus démunis devrait susciter plus de réflexions et d’engagement, de même que la recherche d’une réponse intelligente aux stupidités de l’Américain que se Trump sans arrêt.

Et si la France se mettait enfin à réfléchir pour créer une véritable politique intelligente, plutôt que cracher sur ce qui n’est en fait qu’une regrettable bêtise ?

Il ne s’agit pas ici de prendre la défense d’un Président de la République dont on peut ne pas approuver toutes les décisions, mais de dire aux politiciens qu’ils ont autre chose à faire que de cracher du Benalla.

.
.
.
.

 

 

DÉDICACE SAMEDI 14 AVRIL 2018

 

Si vous vous trouvez du côté de la Rue de Châteaudun  samedi prochain, venez ! Nous pourrons parler de ces romans et des risque auxquels les jeunes devront faire face !

Deux romans riches en suspens mais également soucieux de mettre en garde les jeunes sur les dangers de la manipulation génétique.

 

Un clic sur MANIGOA vous permettra d’en savoir davantage sur ces romans.

.
.

.

 

 

 

MANIGOA – QUELQUES MOTS A CONNAÎTRE

 

A l’exception du mot « Eugénisme », les définitions proposées ci-dessous proviennent de sites internet consultables, pour en savoir davantage, en cliquant sur les liens indiqués pour chaque mot.

 

ADN
Molécule présente dans toutes les cellules vivantes et qui sert de support à l’information génétique.
L’A.D.N. constitue le génome des êtres vivants et se transmet en totalité ou en partie lors de la reproduction. Il contient sous forme codée toutes les informations relatives à la vie d’un organisme vivant, qu’il s’agisse d’un organisme animal, végétal, bactérien ou viral. (Voir la suite sur le site Gralon.net)

bé-médicament
Les bébés-médicaments sont fécondés de façon artificielle. Les scientifiques choisissent les gamètes pour concevoir une cellule-œuf, et par embryogenèse, un bébé.
Parce que certaines personnes ont des enfants malades, ce bébé va pouvoir, par ces cellules immunologiquement compatibles, puisque les gamètes sont sélectionnées pour cela, soigner son frère ou sa sœur. Il s’agit peut-être d’une des seules chances de l’enfant malade de guérir. Par contre ce bébé-médicament ne naît pas d’un désir d’enfant, mais uniquement pour sauver son frère ou sa sœur. Comment le vivra-t-il quand il le saura ? (Voir Disney Central Plaza.com)

Bioéthique
La bioéthique, considérée comme l’une des branches de l’éthique, étudie les questions et les problèmes moraux qui peuvent apparaître à l’occasion de pratiques médicales nouvelles impliquant la manipulation d’êtres vivants ou de recherches en biologie. (Voir Toupie.org)

CCNE (Comité consultatif national d’éthique)
Instance pluridisciplinaire de réflexion dont la mission porte sur les « questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé » (Encyclopédia Universalis)

Cellules souche
Cellules un peu particulières programmées pour se multiplier indéfiniment et qui peuvent donner naissance à tous les organes et tissus de l’organisme, et même à un individu complet pour les cellules totipotentes. (Sciences et Avenir)

Cellules pluripotentes induites (IPS)
Il s’agit de pratiquement n’importe quelle cellule prélevée chez un adulte et reprogrammée génétiquement pour la rendre pluripotente, c’est à dire capable de se multiplier à l’infini et de se différencier en types de cellules qui composent un organisme adulte, exactement comme une cellule souche embryonnaire. (INSERM)

Cellules souches embryonnaires
Les cellules souches embryonnaires sont prélevées sur des embryons entre le 5e et le 7e jour suivant une fécondation in vitro (stade blastocyste du développement embryonnaire). L’embryon se présente alors comme un ballon contenant un autre petit ballon accroché à sa paroi interne : la masse cellulaire interne. C’est dans cette masse que sont localisées la trentaine de cellules pluripotentes qui donneront toutes les cellules de l’organisme. (INSERM)

Chromosome
Structure en forme de bâtonnet située à l’intérieur du noyau de chaque cellule. Il sert de support aux gènes qui contiennent l’information héréditaire. (Dictionnaires Doctissimo)
Une cellule humaine contient 23 paires de chromosomes, dont 22 sont communes aux deux sexes (Futura Sciences)

CRISPR/Cas9 (Ciseaux moléculaires)
Permet de remplacer un gène par un autre ou le modifier. CRISPR/Cas9 (prononcez « crispère ») fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite. (Voir site CNRS LE JPOURNAL)

Cortex
Cortex est le terme médical utilisé pour décrire la couche externe d’un organe ou d’une structure, par opposition à sa couche interne. (Voir le site Futura-Santé)

Cybernétique
Science de l’action orientée vers un but, fondée sur l’étude des processus de commande et de communication chez les êtres vivants, dans les machines et les systèmes sociologiques et économiques. (Larousse)

Cyborg
Être humain aux capacités modifiées par des dispositifs cybernétiques (Site Futura.science.com)

Ethique
L’éthique est la science de la morale et des mœurs. C’est une discipline philosophique qui réfléchit sur les finalités, sur les valeurs de l’existence, sur les conditions d’une vie heureuse, sur la notion de « bien » ou sur des questions de mœurs ou de morale. (Voir Toupie.org)

Eugénisme
Ensemble des recherches (biologiques, génétiques) et des pratiques (morales, sociales) qui ont pour but de déterminer les conditions les plus favorables à la procréation de sujets sains et, par là même, d’améliorer la race humaine ». (Centre national de ressources textuelles et lexicales – CNRTL) (Voir « Bébés à la carte », le livre de Jean-François Bouvet, page 67)

Gène
Elément d’un chromosome constitué d’ADN et conditionnant la transmission et l’expression d’un caractère héréditaire déterminé. Les gènes sont les unités responsables de l’hérédité, qui contrôlent les caractères ou aptitudes propres à un organisme. (Dictionnaire Doctissimo)

Génétique
La génétique est la science de l’hérédité. Elle étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et leurs variations (mutations) (Futura Science)

Génome
Le génome est l’ensemble du matériel génétique d’un organisme. (Futura Science)

Génie génétique
Ensemble des techniques de manipulation des génomes, qui rend possible aujourd’hui la création d’organisme génétiquement modifié (OGM). (Voir suite sur le site CNRS : La maîtrise du vivant ).

Ovocytes
L’ovocyte (ou ovule) est la cellule reproductrice féminine, la cellule reproductrice masculine étant le spermatozoïde. L’ovocyte est contenu dans l’ovaire. (Dondovocytes.fr)

Séquençage du génome humain
Séquences : Suite ordonnée d’éléments, d’objets, d’opérations, de mots, etc. (Dictionnaire Larousse)
Séquençage du génome humain : programme de recherche ayant pour but de déterminer la séquence des bases de tous les gènes humains, en vue de les localiser et de déterminer leur fonction. (Dictionnaire Larousse).
Le séquençage du génome consiste en l’analyse du génome pour déterminer la succession de toutes les bases qui composent l’ADN d’un organisme. (Aquaportail.com)

Lire aussi : https://www.aquaportail.com/definition-5116-sequencage-du-genome.html

Transhumanisme
Le transhumanisme est un ensemble de techniques et de réflexions visant à améliorer les capacités humaines, qu’elles soient physiques ou mentales, via un usage avancé de nanotechnologies et de biotechnologies.  (Voir site de Futura-Science)

MANIGOA – ÉCHANGES ET AVIS DE LECTEURS

 

 

COMMENTAIRES DE LECTEURS SUR LE ROMAN MANIGOA

 

     Martine R.

Une large réflexion sur les manipulations génétiques. Un roman bien ficelé, inventif, créatif. Infiniment humain. On a hâte de connaître la suite.

 

     Client d’Amazone

Un très beau roman, bien écrit, facile à lire. Instructif !… Jusqu’où vont aller les manipulations génétiques ? À lire sans modération.

 

     Rozenn R.

Manigoa est un roman captivant, tout à fait d’actualité… Une belle réflexion sur le sens de la vie : manipulations génétiques, liens amicaux et familiaux …et la présence de Dieu. Je recommande vivement, dans l’attente du tome suivant, impatiente de voir évoluer Augustin à la recherche de ses origines et les pensionnaires du centre de formation des mines programmés génétiquement pour y travailler efficacement.

 

     Michel V.

Nous nous sommes rencontrés à ARCACHON en septembre dernier, et vous m’avez vendu MANIGOA. Je l’ai lu en quelques jours et l’ai trouvé passionnant. Désolé pour ce retard à vous en informer. Bien cordialement.

 

    Paul-Marie C.

Tout d’abord, j’aime beaucoup l’aspect physique du livre, sa couleur bleutée même si l’illustration m’a fait imaginer une île exclusivement dédiée aux mineurs. Je ne pensais pas au début de la lecture qu’il y avait autre chose que les mineurs sur Manigoa. J’ai eu donc un peu de mal à rentrer dans l’aventure.
La façon dont les passages du passé étaient amenés m’a également bien plu.

La discrétion du narrateur était véritablement originale ! C’est assez peu courant de trouver des auteurs qui vont jusqu’à respecter l’intimité de personnages fictifs.

Enfin, l’intrigue principale est très bien trouvée. Je m’attendais à un roman beaucoup plus tourné vers l’aventure sur le continent. L’approche de la foi aussi discrète qu’importante dans ce livre est très bien faite.

C’est un très beau roman qui a tout à fait sa place dans mes livres favoris !

 

     Olivier Le C.

Je viens de terminer Manigoa ; passionnant et d’actualité ! je l’ai lu quasiment d’une traite tellement c’est captivant !

Merci pour toutes vos informations et témoignages ; continuez !

 

 

 

Dans la rubrique QUELQUES BONS ROMANS RECENTS POUR LES GRANDES VACANCES 2017 (4e-3e) de Saint-Louis de Gonzague :

Maniqoa : T.1 : Le solitaire   de Jean-Michel Touche. Salvator, 2017 [843 TOU]

Augustin est différent des autres jeunes programmés pour travailler dans la mine. Il va tout faire pour retrouver ses origines. Réunie sous forme d’enquête, l’intrigue n’est pas linéaire, mais demande une agilité d’esprit spatio-temporelle. Un sujet sensible, toujours sur les manipulations génétiques, chez les humains cette fois-ci ! Premier tome.

 

 

 

Commentaires de lecteurs sur DEUX FRERES

 

     Renaud C.  (Premier commentaire 6 jours après la parution du livre)

Bon roman policier qui tient sa promesse de suspens jusqu’à la dernière page. Belles pages également sur l’amour. Belles réflexions sur la procréation artificielle et autres clonages. Belles réflexions sur l’amitié. La deuxième évasion [… la suite à découvrir en lisant le roman…]
On aimerait voir aussi le CDR et le laboratoire secret supprimés ! Voire explosés, interdits !
Bravo, bravo, bravo !

 

%d blogueurs aiment cette page :