MANIGOA Le Solitaire suscite des questions

MANIGOA Le Solitaire suscite des questions ?

Il est vrai que le thème est  particulier : Alerte sur les dangers de la manipulation génétique.

L’action elle aussi est particulière, portée par AUGUSITN, un garçon comme on en rencontre peu !

Sa vie, riche en suspens, est également bien différente de celle des autres. Que masque-t-elle ?

Pourquoi ?

Comment ?

Ce livre s’engage entre suspens et réflexion. De quoi ensuite alimenter les conversations en famille !

Vous avez des questions ? Des suggestions ? Des remarques ?  Alors, vos enfants et vous, rejoignez MANIGOA sur FACEBOOK   Vous ne le regretterez pas !

A très bientôt !

L’Auteur

Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours

Napoléon le disait, « Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours ».

Un bon dessin également.

Le Croix me pardonnera, j’espère, de mettre sur le blog un dessin (de grande qualité, il faut le reconnaître) par lequel Rémi Malingrëy en dit plus (avec une lucidité et une vérité remarquables) qu’un article de trois pages. (Dessin paru dans le numéro du mercredi 7 juin 2017)

Alors, d’où vient-il le bonheur  ?

 

 

 

Dessin © Journal La Croix

.

.

 

Deux textes sur Saint Benoît-Joseph Labre

 Saint Benoît-Joseph Labre

1 – Texte de Gaëtan de Salvatore

          Né le 26 mars 1748, Benoît-Joseph Labre est l’aîné des quinze enfants d’un couple de paysans aisés d’Amettes (Pas-de-Calais). Après avoir fréquenté l’école de son village, il complète son instruction auprès d’un de ses oncles paternels, curé d’Erin. Attiré par la prière et le recueillement, il veut d’abord devenir trappiste, mais devant l’opposition de sa famille, il y renonce et entre chez les Chartreux du Val-Sainte-Aldegonde. Cependant, les Chartreux le jugent trop austère et sujet aux angoisses et ne le gardent pas ; il essaie alors, mais sans plus de succés, la chartreuse de Neuville-sous-Montreuil (Pas de Calais), puis  la Grande Trappe de Soligny (Orne), et c’est finalement à l’abbaye de Sept-Fons (Allier) qu’il reçoit l’habit le 11 novembre 1769 et prend le nom de frère Urbain. Il côtoie les pauvres, les marginaux et rejette toute compassion vis-à-vis de lui-même. Portant une croix sur sa poitrine, un chapelet autour du cou et, dans son baluchon,  l’Evangile, le bréviaire, l’Imitation de Jésus-Christ et la Règle de saint Benoît, ce jeune pèlerin d’une grande austérité déroute les hommes d’Eglise qu’il rencontre.

Le 3 décembre 1770, Benoît arrive à Rome, visite chaque église. Il dort dans une infractuosité du Colisée. Distribuant le pain reçu à ceux qu’il estime plus pauvres que lui, il demeure à Rome jusqu’en 1771, puis se rend au sanctuaire marial de Lorette où on le découvre absorbé dans la prière, indifférent à la foule qui l’approche. Voyageant de basiliques en églises, il s’arrête à Naples, puis à Bari. Au Mont Cassin, Benoît retrouve les traces de son saint patron et il prie saint François à Assise. Il découvre la Suisse et ses sanctuaires, revient en France, part en Allemagne, à Compostelle et s’arrête de nouveau à Lorette, où il séjournera onze fois, après avoir parcouru bien d’autres pays encore, l’Autriche et la Pologne notamment.

À 28 ans, il rencontre le père Temple qui, pour l’éprouver, l’interroge sur les vérités de la foi et les enseignements de l’Église. Après de longs entretiens, le prêtre reconnaît la profondeur de la foi de Benoît. Il écrit à son sujet : « Benoît-Joseph vit en continuelle union avec Dieu et demeure en Sa présence ».

Il meurt le 16 avril 1783 à Rome, à l’âge de trente-cinq ans. Béatifié par Pie IX en 1860, il est canonisé par Léon XIII le 8 décembre 1881. C’est le patron des vagabonds, des mendiants, des sans-logis, des pèlerins et des personnes inadaptées, mais aussi des célibataires.

Verlaine écrit de lui : « Benoît Labre est une gloire immense du XVIIIe siècle. Quelle pierre d’achoppement pour nos titubantes cervelles d’aujourd’hui ! »

Comme le dit si bien Marie-Thérèse Avon-Soletti : « Dans cette figure de vagabond, les hommes de bonne volonté ont vu le Christ ». Elle ajoute que « Saint Benoît Labre se présente comme le prophète de la dignité de la personne humaine, qu’aucune déchéance humaine, qu’aucune loi humaine, qu’aucune volonté humaine, ne peut entamer. »

 

2 – Texte de Jean, séminariste

Pour lire cette étude, cliquer sur   Patron des SDF Benoît-Jospeh Labre

.

.

.

 

DEDICACES

Dans le cadre des FÊTES DES FAMILLES et des JOURNÉES MISSIONNAIRES,

GERSON,      SAINT-JEAN DE PASSY      et      FRANKLIN

organisent  des séances de dédicaces à Paris avec de nombreux  écrivains.

J’aurai le plaisir d’y participer et de dédicacer « MANIGOA »

Samedi 20 mai

de 14h00 à 16h00 à Saint-Louis de Gonzague (12 rue Benjamin Franklin)

de 16h00 à 18h00 : à Gerson (31, rue de la Pompe)

Dimanche 21 mai

de 14h00 à 18h00 à Saint-Jean de Passy (72, rue Raynouard)

 

Alors, peut-être à bientôt ?

Jean-Michel Touche

Découvrir l’association ENTOURAGE

Entourage est né rue des Martyrs.

Le fondateur y passait tous les jours à pied, vers son lieu de travail.

Petit à petit il a crée des liens avec les personnes de la rue qu’il y croisait. Jusqu’au jour où l’un d’eux lui demande de l’aide. Il s’était battu, ses dents étaient cassées et il pleurait.

Comment faire quand on est un riverain et  que le système social nous est totalement étranger. Il a pris son téléphone, a fait une demande sur twitter.., « quelqu’un connait-il un dentiste dans le 9ème qui prendrait une personne de la rue en urgence et gratuitement? »
Quelqu’un a répondu….

Plusieurs histoires similaires plus loin, le projet d’un réseau collaboratif sur smartphone mettant en lien les personnes de la rue, les riverains et les associations qui œuvrent dans la rue est né.

La vision d’Entourage est de créer des liens et une synergie entre toutes les actions de rue qu’elles soient professionnelles, bénévoles ou de simples initiatives de riverains. La promesse que nous faisons aux riverains c’est qu’ils ne sont pas seuls dans leur relation avec les personnes de la rue. Entourage met en contact les personnes bienveillantes du réseau et les associations.

Le premier volet de notre action est de proposer aux associations sur le terrain qui font des maraudes, un outil simple de coordination, de communication et de compte-rendus. Les maraudeurs dotés de l’appli peuvent ainsi visualiser sur la carte les différentes maraudes de leur quartier et éventuellement communiquer avec elles si besoin. Ils reçoivent sur leur mail le CR de maraude dès la maraude terminée.

Le deuxième volet d’Entourage, et sa vraie raison d’être, vise à aider et encourager les riverains à entrer en relation avec la ou les personnes qu’ils croisent tous les jours et à changer leur regard afin de lutter contre l’ exclusion relationnelle des habitants des rues. Nous avons l’intime conviction que la bienveillance des riverains et l’action des associations sont complémentaires.

Nous travaillons depuis le début avec des personnes de la rue qui forment le « Conseil de la Rue » dont les membres sont des personnes vivant ou ayant vécu à la rue.

  • Kader nous partage que, pire que le manque d’argent, il y a la solitude et qu’il va chez son kiosquier tous les matins juste pour avoir son bonjour.
  • Pablo, lui, nous dit qu’un sourire, cela vaut 100 sandwichs…

  • Et Pedro nous fait remarquer qu’il a un sac plein de nourriture que les passants généreusement lui donnent, mais que personne ne lui demande s’il a faim…
  • Les riverains, eux, nous confient le fait qu’ils se sentent « démunis » et seuls face à des situations qui les bouleversent, les scandalisent et les choquent.

L’appli a trois fonctionnalités :

S’informer: Nous avons digitalisé le guide de solidarité de Paris et bientôt de toutes les grandes villes de France.

Se former: Accès à de la pédagogie pour connaître et aller à la rencontre des personnes de la rue.

Agir: vous pouvez rejoindre ou lancer des initiatives solidaires dans votre quartier.

L’appli ne permet pas de géolocaliser les personnes de la rue, ni de stocker des informations sur elles. Elle permet une mise en relation des personnes d’un même quartier.

L’appli Entourage pour le Grand Public est disponible depuis novembre et a déjà plus de 10 000 téléchargements et 600 actions crées par des riverains et certaines par des associations. En tant qu’association, il est donc possible de voir et éventuellement entrer en contact avec les riverains de notre quartier qui ont posté des entourages.

Entourage est une association de loi 1901, crée fin 2014. Nous sommes financés par des fondations et avons été en janvier lauréat de La France S’engage qui récompense des innovations sociales.

Nous avons de précieux soutiens tels que Olivier Lebel, ex directeur de la Croix Rouge et des médecins du Monde ou Klaus Drexel, réalisateur du magnifique film sur les personnes de la rue « Au bord du monde »…

Bénédicte Potdevin

Partenariats associations

06.12.34.39.89

Un peu de chaleur humaine

Twitter : @R_Entour

Facebook : Réseau Entourage

.

.

VOTER EN HOMME LIBRE, une autre approche

Le texte ci-après, reçu comme commentaire à l’article « Voter en homme libre » du 1er mai 2017,
m’a paru mériter une meilleure place qu’un simple commentaire,
c’est pour cette rasion qu’il est présenté
sous la forme d’un nouvel article.

« Voici un message très équilibré qui montre que s’abstenir, c’est mettre au même niveau Le Pen et Macron : il faut choisir Macron, même avec réserve et gérer les législatives.

« En vue du second tour des élections : un texte de l’équipe du Ceras
Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ont engendré espoir pour les uns, déception pour les autres. Quelles que soient nos convictions, il nous faudra pourtant aller voter le 7 mai : pas question de rester, selon l’expression du pape François, « au balcon de la vie » ni de l’Histoire ! Le choix est désormais limité, mais c’est à travers lui que peut et doit s’exprimer notre liberté. L’abstention, dans notre système électoral, laisse le choix aux autres. Elle ne saurait donc être une solution. »

 

Le texte du CERAS, que vous trouverez en cliquant sur
En vue du second tour des élections : un texte de l’équipe du Ceras
est particulièrement intéressant et enrichissant. A LIRE ABSOLUMENT !

.

Centre Sèvres : « Politique : leçons d’une élection, enjeux pour les chrétiens »

Soirée Mardi d’Éthique Publique en partenariat avec la revue Études et le CERAS.
Une soirée pour tenter de tirer les premiers enseignements de cette période électorale, notamment pour les chrétiens, et d’aider à envisager l’avenir.
Avec la participation entre autres de :
Jean-Marie DONÉGANI enseignant à Sciences Po Paris, enseignant-chercheur associé au Cevipof.
P. Grégoire CATTA, jésuite, théologien, enseignant au Centre Sèvres, membre du CERAS et de la revue Projet.
Guy AURENCHE, avocat, ancien président de l’ACAT et du CCFD-Terre Solidaire.
Soirée animée par P. François Boëdec.

.

.

.

.

UN MONDE HEUREUX SERAIT-IL UNE UTOPIE ?

UN MONDE HEUREUX
SERAIT-IL UNE UTOPIE ?

.

Je n’ai pas le souvenir que les Français aient été plongés dans une période aussi pauvre en réflexion de la part des femmes et des hommes qui veulent jouer un rôle politique important (j’entends, bien sûr, les candidats à la présidentielle).

Après des assassinats verbaux relevant du niveau des pâquerettes (et même au-dessous des pétales), et les regroupements d’individus qui rejoignent celle ou celui qu’ils ont traité de tous les noms avant le premier tour, espérant un rôle important après le second…) nous, les Français du quotidien, porteurs à la fois de points forts et de points faibles, sommes soumis au choix entre moins bon et moins-moins bon.

Aucune espérance dans cette élection où on a vu et entendu la foule vibrer comme des pantins lors des réunions de masse de prétendants, dès que ceux-ci disaient un mot injurieux pour un autre candidat.

J’espère que ce théâtre minable va nous réveiller et nous poussera à réfléchir sur ce dont a véritablement besoin une nation, afin que ceux qui y vivent aient droit au respect, à l’estime, à l’aide des uns et des autres.

Participant depuis plus de 15 ans à différentes activités avec des personnes sans argent, sans abri, la plupart du temps catalogués comme « SDF », je peux témoigner de la richesse du respect mutuel, de la force d’amitié qui peut se nouer avec ces hommes et ces femmes qui dorment dehors et n’ont aucun moyen de vivre autrement.

Si nous mettions davantage nos regards et nos actions au service mutuel des uns et des autres, sans référence à des tendances politiques d’autrefois, simplement en voulant que ceux que nous croisons soient heureux (et nous aussi, évidemment), dans le cadre de nos espoirs de croyants pour ceux qui se tournent vers de Dieu, et nos espoirs sociaux pour ceux qui ne croient pas, la vie pourrait changer.

CE QUI EST ENCOURAGEANT, C’EST LE NOMBRE DE JEUNES QUI SE LANCENT DANS  DES ACTIVITÉS POUR VENIR A L’AIDE A CEUX QUI EN ONT BESOIN !

Encore une utopie ?
Essayons de le vivre, on jugera après.

 

Jean-Michel Touche

.

.

.

%d blogueurs aiment cette page :