MIGRANTS. . . QUE FAIRE ?


Qu’on le veuille ou non,
les migrants sont un véritable problème !

 

 

Sur un plan humain tout d’abord
On ne peut pas laisser des gens mourir en pleine mer parce qu’ils sont migrants. Nous sommes tous des êtres humains et personne n’est arrivé sur terre après avoir choisi son endroit de naissance, sa famille et ses propres qualité (ni ses points faibles.)

Chacun de nous a droit à la vie, et donc on ne peut pas laisser des gens se noyer en pleine mer sans faire le maximum pour les sauver
C’est ce qu’on fait plusieurs associations, et elles ont eu raison.

 

Sur le plan économique ensuite
Il est certain que l’Europe ne peut pas accueillir toute l’Afrique et une partie de l’Asie. On comprend bien que cela est impossible.

Au niveau de l’horreur
Un article publié le 5 octobre 2018 sur ce blog (disponible en cliquant sur LES MIGRANTS ET L’HORREUR) décrivait, grâce à un article publié dans La Croix (« Passeurs les nouveaux esclavagistes ») les horreurs dont ces migrants sont les victimes. Si vous n’avez pas lu l’article, vous pouvez cliquer sur son titre.

Des soi-disant « passeurs » gagnent un argent fou en allant persuader des jeunes qu’ils doivent aller en Europe s’ils veulent trouver des situations formidables. Ils les poussent à dépenser de l’argent pour partir, et ensuite soit ils les laissent dériver sur des rafiots au risque de périr en mer, soit ils leur font faire des travaux dans des conditions épouvantables, parfois sans les rémunérer. Et ces jeunes se retrouvent perdus, sans savoir que faire, alors que le trafique des passeurs serait de l’ordre de 7 milliards de dollars, selon l’ONU. (pour en savoir plus, vous pouvez cliquer sur Les revenus du trafic de migrants évalués à 7 milliards de dollars par l’ONU

 

Alors, que faire ?

Pour diminuer le nombre de migrants, il n’y a qu’une seule solution : aider les candidats au départ à rester dans leur pays, en y trouvant du travail et la possibilité d’une vie heureuse.
Des sommes sans doute considérables sont données à des pays en situation difficile pour aider leurs habitants à vivre normalement.
Mais qui reçoit cet argent ? A quoi est-il utilisé ?
Si nous voulons diminuer le nombre de migrants, il faut que cette aide soit efficace, organisée, sous contrôle de comités internationaux dotés d’un pouvoir de décision.

Lundi 18 février, France 2 a publié lors des actualités de 20h00 une information intéressante que vous pouvez voir ou revoir en cliquant sur SÉNÉGAL, RETOUR DE  L’AGRICULTURE.
Un bel exemple montrant qu’une activité réelle peut revenir en Afrique.

Dans les années 1975, grâce à un bon nombre d’habitants de Rambouillet, il avait été créé un jumelage avec Abomey, la capitale de l’ancien royaume du Dahomey (aujourd’hui appelé le Bénin). Pour aider les habitants de cette région, le jumelage a réalisé une plantation d’orangers puis un lac pour permettre d’y organiser ensuite une activité de pêche. Nous n’avions pas la prétention de changer le monde, mais des actions de ce genre pourraient largement contribuer à redonner une possibilité de vie dans un grand nombre de régions africaines, réduisant le nombre de jeunes poussés à partir vers l’Europe.

Alors, changeons notre politique vis à vis des migrants en aidant réellement le plus grand nombre d’entre eux à rester dans leur pays..

 


.
.
.
.
.
.
.
.

5 réflexions sur « MIGRANTS. . . QUE FAIRE ? »

  1. Je sais que le mot va faire hurler bien des gens, mais je pense que nous devrions réfléchir à une « néo-colonisation » en essayant de refaire ce qui a été fait de bien dans le passé tout en interdisant tout ce qui peut porter atteinte à la liberté et à la dignités des populations locales.
    Leur donner de l’argent pour se donner bonne conscience est la pire des choses.
    Il faut leur envoyer des équipes bien organisées, composées d’agriculteurs, d’artisans,d’instituteurs, de professeurs,d’ infirmiers, de médecins etc.. qui les aident à mettre en place une économie locale avec l’objectif de les rendre autonomes le plus rapidement possible.
    Ce pourrait être une belle mission pour l’Europe de monter une telle organisation, un peu sur le modèle de l’armée, et à laquelle participeraient massivement des jeunes effectuant un service « supra-national ».

  2. Message du Père Gwenolé Jeusset envoyé par mail : Tout à fait ce que je pense. C’est l’évidence même. C’est plus difficile d’agir pour les migrants que de crier sur eux. C’est plus profitable pour eux et pour nous et pas seulement matériellement. Gwenolé, ofm
    Couvent franciscain
    1 rue Colonel Desgrées du Lou
    44100 Nantes
    tel: + 33 (0)7 83 52 00 24

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.