BREXIT, ET ALORS ?


langfr-810px-Flag_of_Europe.svg

 

 

 

 

 

On aurait pu imaginer qu’au dernier moment, une partie des Anglais hésitent à quitter l’Union Européenne, et que le résultat du référendum serait favorable au maintien de leur pays dans l’UE.

Il n’en a rien été. Aussitôt les réactions sont multiples, ouvrant à tous les «conosophes », pour reprendre le mot utilisé sur le site « Liberté Politique » (qui le reprend lui-même de Georges Pompidou) qui vont nous accabler de perspectives toutes plus effrayantes les unes que les autres.

Parmi les réactions publiques, il est intéressant de noter cependant que, sur le sondage immédiat lancé par le Figaro auprès de ses lecteurs, 61.4% sont satisfaits de ce résultat. Bizarrement, ce pourcentage n’est pas très éloigné de celui des Français (de gauche et de droite) désirant que la France reste dans l’Union (64%). Il y a donc une volonté d’UE à condition que chacun joue le même jeu.

Cette sortie de l’Angleterre peut avoir, c’est évident, des conséquences sur l’économie de ce pays, de l’Europe et peut-être mondiale. Mais il ne faut pas tout jouer sur des réactions immédiates, c’est-à-dire « primaires » et trop rapides. La chute des bourses, bien qu’importante, n’est pas le début de l’enfer : plus de 8% à Paris à la mi-journée, plus de 7% à Francfort et 5% à Londres. Tiens ! Alors que certains annoncent un « séisme » pour le Royaume Uni, la bourse de Londres décroche moins que celles de Francfort et de Paris.

La catastrophe prédite ne se produira que si les décisions sont prises en urgence et sans la moindre analyse de la situation. Ce « coup dur » pour l’Union Européenne doit au contraire être compris comme une incitation forte à la réflexion et à la reconstruction.

L’UE a eu au moins un résultat positif : la fin des conflits à l’intérieur de l’Europe. Cela n’a pas de prix.
Mais comment est-elle gérée ? Par qui ? D’où viennent ces fonctionnaires dont le public européen ignore totalement qui ils sont, comment ils ont été recrutés et de quel droit ils gèrent l’Europe comme si nous étions des élèves de maternelle et eux de brillants experts… Qui a l’impression d’être représenté par les députés européens dont on n’entend si peu parler ? Quels droits s’est octroyés l’UE pour gérer l’Europe en infligeant des obligations par-ci, et en laissant ses membres installer des inégalités fiscales flagrantes par-là ?

Oui l’Europe est une nécessité. Mais chacun doit jouer à jeu égal. C’est aujourd’hui le moment de se mettre à la reconstruire, en cherchant non pas l’enrichissement pour certains aux dépens des autres, mais la création d’un espace où chacun puisse voir s’épanouir sa vie. Long à réaliser peut-être, mais si nous y allions tous ensemble ?

Naïf, diront certains. Et pourtant…

.

.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :