NEPAL – Janvier 1982 – Etape 3


.

     Série de cartes postales. Les dernières roupies, par la même occasion, partent en petits cadeaux. Il me restera juste assez de monnaie népalaise pour, le jour du départ, payer le taxi, la taxe d’aéroport et placer les ultimes roupies dans quelque tronc d’œuvres.

Aujourd’hui, le temps n’a guère favorisé les sorties. Les nuages masquent les montagnes.

Départ cependant à 8h30, dans la voiture conduite par un Népalais. Première étape : Bhadgaon. Son ancien nom, Bhaktapur, figure encore sur certains panneaux.

Une fois franchie la porte qui ouvre sur le Durban (c’est à dire la place sur laquelle donne le palais royal, si J’ai bien compris les explications), on débouche sur une vaste esplanade où s’élèvent, outre le palais aux 55 fenêtres dont la partie supérieure n’est que dentelle de bois, une multitude de temples dont celui de Pashupatinath avec ses sculptures érotiques, le temple de Batsala avec ses cloches, le temple de Durga avec son escalier encadré de cinq paires de sculptures.

Kathmandou-1982-24

Après avoir emprunté une petite rue étroite, on arrive sur une place où se dressent deux temples remarquables. L’un connu sous le nom de Nyatapola, est le plus haut temple du Népal. Le roi Bupatindra aurait demandé aux habitants de Bhadgaon de participer à sa construction et aurait lui-même porté trois briques pour donner l’exemple. Un exemple qui a galvanisé la population de la cité dont les membres ont dû, chacun, porter beaucoup plus que trois briques car autrement jamais le temple n’aurait acquis la fière allure qu’il conserve encore aujourd’hui.

Ici également, les marches qui accèdent à la partie sacrée de l’édifice (gravissant les 5 paliers qui en constituent le socle) sont encadrées de 5 paires de statues aux dimensions impressionnantes : Jaimal et Patta, lutteurs locaux, les éléphants, les lions, les griffons, puis deux déesses à tête d’animal (Singhini et Bahini). Et au-dessus, cinq toits en pagode. Le nom du temple (Nyatapola Deva) signifie paraît-il temple aux 5 étages.

Kathmandou-1982-50

Le second temple s’appelle Bhaivaranath. Plus ancien que le premier il est également plus animé puisqu’à son pied les fidèles apportent en permanence leurs offrandes.

Kathmandou-1982-3

.

Kathmandou-1982-1

Près du Bhaivaranath, des marchands vendent des pantalons et des vestes posés en vrac à même le sol. Des femmes passent. Elles portent des robes en tissu noir bordées d’un galon rouge et, par-dessus, un large châle d’étoffe blanche. Les plus jeunes sont souvent très belles.

-Népâl 1982 diapos-036

Je n’avais jamais remarqué comme aujourd’hui à quel point certains visages de femmes âgées de cette région évoquent ceux des lndiennes d’Amérique du Sud.

L’une des ruelles mène sur une nouvelle place où des potiers ont étalé leur production. Ailleurs ce sont des écheveaux de fil rouge. Enfin voici la place des temples Bhimsen et Dettatreya. A l’extrémité, un monastère hindou également appelé la maison des paons à cause de la présence répétée de ce motif dans la décoration des fenêtres. Depuis la terrasse, à l’étage, très belle vue sur la ville.

En quittant le monastère, je croise une procession. D’abord des enfants qui portent des bannières, puis viennent des musiciens et enfin des femmes vêtues de rouge, qui chantent en tenant dans leurs mains une offrande.

Kathmandou-1982-143

Banepa, où nous nous rendons ensuite, ne mérite pas un détour. Nous continuons vers Dhulikhel d’où l’on voit en général toute la chaîne de l’Everest. Hélas il pleut aujurd’hui, les nuages encombrent le ciel et bouchent entièrement l’horizon..

A signaler que chaque fois que l’on passe sur un pont, le chauffeur (de religion hindoue) trace des signes sur son front avec ses doigts.

 ° ° °

Le voyage au Népal s’achève le lendemain matin. Kathmandu pleure sous la pluie. Dans un moment, l’avion s’envolera pour Bénarès et une autre découverte. C’était janvier 1982, c’était le Népal, c’était un monde différent, particulier par ses couleur, sa culture et sa beauté.

Que sont devenus les Népalais de cette époque ? Les enfants croisés dans les ruelles, sur les places et dans les monastères ont-ils été épargnés par le séisme des jours derniers ?

Bien que très bref, ce voyage comme tous les autres était une fenêtre ouverte sur un monde différent, beau, attachant. Un monde qui attend notre aide pour se reconstruire après le tremblement de terre qui vient de faire tant de victimes !

Mais que sont aujourd’hui devenus les enfants ?

Kathmandou-1982-15

.

Kathmandou-1982-87Kathmandou-1982-2

.

.

Pour revoir les deux articles précédents :

NEPAL – Janvier 1982 – Etape 1

NEPAL – Janvier 1982 – Etape 2

– Cliquer sur « Népal – carnet de voyage » pour voir un recueil de photos du Népal prises au cours de ce voyage.

.

Texte et photos © Jean-Michel Touche

.

.

 

Une Réponse

  1. Un grand merci cher Jean-Michel. Grâce à toi j’ai remué des souvenirs d’un magnifique voyage de 1976 – Inde du Nord et Népal – et dont mon frère a des traces sous forme de diapos, ce qui veut dire qu’on ne les regarde plus.
    On a le coeur serré du drame qui frappe ce pays pauvre si attachant.
    Amitiés
    Claude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :