Asia Bibi, le cri de l’Abbé Grosjean!


.

Asia Bibi, le cri de l’Abbé Grosjean !

De nombreux articles sont consacrés à cette Pakistanaise âgée d’une quarantaine d’années, condamnée à mort en raison d’un soi-disant blasphème.

L’abbé Grosjean a publié un article dans Le Figaro, que vous pouvez lire en cliquant sur le lien suivant : Le cri de l’abbé Grosjean.

Que pouvons-nous faire, vous, moi, à titre individuel ?

Pas grand-chose pensez-vous ? Bien au contraire !

Tout croyant est invité à prier dans son intimité pour confier au Seigneur Asia Bibi. Le reste est entre les mains de Dieu. Il sait ce que nous ne savons pas, il voit ce que nous ne voyons pas, « … Que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. »

Il faut lire le texte publié par Radio Notre-Dame à l’issue d’une émission avec Anne-Isabelle Tollet, le 22 octobre (cliquer sur : Radio Notre-Dame). Cette journaliste connaît bien Asia Bibi avec laquelle elle a publié le livre intitulé Blasphème. Vous comprendrez en lisant ce texte pourquoi le pape François reste très discret.

Anne-Isabelle Tollet a notamment dit : « Cette histoire n’est pas la question d’une chrétienne condamnée à mort parce qu’elle est chrétienne; c’est encore pire quand c’est un musulman qui blasphème!  » Elle conseille vivement d’agir avec prudence et en donne les raisons.

.

.

8 Réponses

  1. Pourquoi font-ils cela ? Au nom de qui ?…

    Il y a alors la terrible question:
    Qui était Mahomet?

    Dresser le portrait de Mahomet à partir des textes anciens qui le décrivent ne sert pas ici à insulter le personnage dans une volonté d’humilier les musulmans, mais plutôt à montrer que le personnage appartient à une époque révolue où les critères de comportements n’étaient pas ceux d’aujourd’hui.
    Vouloir enseigner qu’au nom d’une croyance il faut imiter les actes et adopter les jugements d’un homme aussi violent ayant vécu il y a 1400 ans dans une société différente de la nôtre est non seulement absurde mais tout simplement criminel.
    Et c’est ce qui se passe au Pakistan arriéré.
    Et c’est ce qui se passe dès que l’on applique l’Islam.
    La notion d’Islam modéré, vaut aujourd’hui ce qu’aurait été la notion de nazisme modéré en 1938.

    Aussi quand on veut se faire une idée de qui était Mahomet, plusieurs méthodes sont possibles:

    La première méthode consiste à demander à un musulman de nous parler du fondateur de sa religion.

    A peu de choses près, nous allons avoir la description d’un saint homme, parangon de toutes les vertus humaines, dont la moindre des actions et paroles, directement inspirée de dieu, doit être considérée avec révérence comme l’exemple abouti et parfait de ce qui, pour l’éternité, est un modèle à imiter par tous les vrais croyants.

    Citez une qualité au hasard, Mahomet l’aura, évoquez un quelconque défaut, il ne peut qu’être étranger à la nature même de Mahomet: admirable, exemplaire, sublime, archétype éternel du musulman parfait.

    Mais d’où les musulmans tirent-ils donc la connaissance si précise d’un personnage qui n’écrivait pas, ayant vécu il y a 1400 ans dans des contrées reculées situées aux confins de l’Empire Byzantin ?

    Cette connaissance est presque exclusivement tirée des « hadith »

    Ces petits récits, généralement courts décrivent la vie, les paroles et les décisions du prophète.
    (ex: Raconté par Mahmud bib Rabi’a: « alors que j’avais cinq ans, je me rappelle, le Prophète pris de l’eau d’un seau (utilisé pour tirer l’eau d’un puits ) avec sa bouche et la projeta sur mon visage. » Bukhari, vol 1, livre 3, n° 77)

    Ces anecdotes parfois très pittoresques, ont été transmises de bouche à oreille au cours des générations avant d’êtres rassemblées et consignées par écrit, plusieurs centaines d’années après la mort de Mahomet.

    La matière même de ces récits (des souvenirs de gens morts depuis des générations) ainsi que le mode de transmission ( x m’a dit que y lui avait dit que z avait vu le prophète faire ceci…) explique que l’authenticité d’un grand nombre de hadith soit douteuse et qu’une part importante de ceux-ci ne sont que pures affabulations.

    Toutefois certains compilateurs (Muslim et Bukhari en particulier) sont tenus pour sérieux dans le monde de l’islam et passent pour n’avoir rassemblé que des « vrais » hadith.

    Ces compilateurs sont qualifiés de « sahih » (authentiques) et leurs écrits sont la base de la « sunna » (les actes, les paroles et les approbations du prophète).

    Une autre source sur la vie de Mahomet est la sira (biographie de Mahomet)
    Les auteurs les plus importants ces biographies sont Ibn Ishaq (mort vers 768), Tabarî (mort en 923) et Ibn Kathir (mort en 1327).

    Les hadith et la sira forment la Sunna (les dires, les actes et les jugements de Mahomet).

    La sunna est le deuxième pilier de l’islam avec le coran, avec lui elle forme la source de la loi islamique.

    Sans « sunna » le coran est majoritairement incompréhensible, le droit islamique n’existe pas et les musulmans ne sauraient même pas comment prier.

    Le musulman que vous venez d’interroger sur Mahomet a-t-il lu ces compilations de « hadith »?

    Non, tout simplement parce qu’il y a des centaines de milliers de « hadith » (sahih et autres) et que pour l’immense majorité d’entre eux ils ne sont même pas traduits en langue vernaculaire.

    Notre musulman ne connait donc du prophète que ce que les gens qui lui ont enseigné l’islam ont bien voulu lui en dire…

    On peut ainsi lire :

    Le messager (de Dieu) dit: « J’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils disent : point de dieu sinon Allah ». (Muslim, Sahih 1/200)

    Le messager (de Dieu) dit: « J’ai reçu ordre de mener la guerre contre les hommes jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’est pas d’autre dieu qu’Allah, que Muhammad est l’envoyé d’Allah, qu’ils accomplissent la prière et qu’ils versent l’aumône. S’ils le font ils sont quittes de leur sang et de leurs biens, sauf en ce qui revient de droit à l’islam. Ils en rendront compte à Allah ». (Bukhari, Sahih 2/17)

    Aussi, l’autre méthode, plus sérieuse, pour avoir un portrait de Mahomet est d’aller à la source. D’aller chercher dans les hadith et les textes historiques ce que le prophète a laissé derrière lui comme trace dans la mémoire des hommes.

    Véridique ou pas, cette trace, la sunna, est celle qui est aujourd’hui acceptée par les musulmans comme « authentique » elle est, avec le coran le fondement de l’islam.

    Portrait de Mahomet selon la sunna :

    * Mahomet est un menteur :

    Hadith: Sahih, Al-Bukhari 7: 67:427
    Le Prophète a dit « Par Allah et s’il plaît à Allah ! Quand je fais un serment et plus tard trouve quelque chose de mieux, je fais ce qui est mieux et expie mon serment».

    * Mahomet commandite des assassinats et incite ses compagnons au mensonge :

    Alors l’Envoyé d’Allah dit : « Qui me débarrasserait d’Ibn Al-Ashraf ? (un poète, opposant politique)». Muhammad b. Maslamah répondit : « Moi, ô Envoyé d’Allah, je m’en chargerai, je le tuerai. » L’Envoyé de Dieu lui dit : « Fais-le si tu peux. » Ibn Maslamah dit : « Ô Envoyé d’Allah ! Nous serons obligés de dire des paroles trompeuses. »

    L’Envoyé d’Allah répondit : « Dites ce que vous voulez : cela est permis. »
    Ibn Ishâq, sira

    * Mahomet est un pédophile :

    Hadith, Sahih Bukhari 7:62:64
    « Le prophète (Mahomet) l’a épousé (Aisha) quand elle avait six ans et il a consommé son mariage quand elle avait neuf ans, et alors elle est restée avec lui pendant neuf années (c’est à-dire, jusqu’à sa mort). »

    Hadith: Sahih Bukhari 8: 73: 151
    « Aisha relaté : J’avais l’habitude de jouer à la poupée en présence du prophète (Mahomet), et mes amies (des petites filles de l’âge d’Aisha) avaient l’habitude également de jouer avec moi. Quand l’apôtre d’Allah entrait, elles avaient l’habitude de se cacher, mais le prophète les appelais à le rejoindre et jouer avec moi »

    Hadith, Sahih Bukhari 1:4:229
    « Aisha a relaté : J’avais l’habitude de laver les traces de Janaba (sperme) des vêtements du prophète (Mahomet) et il avait l’habitude d’aller à la prière avec de l’eau encore dessus. (les traces d’eau étaient encore visibles). »

    Hadith: Sahih Bukhari Volume 7: 62: 17
    « Jabir bin ‘Abdullah a relaté : Quand je me suis marié, l’apôtre d’Allah (Mahomet) m’a dit : A quel type de dame t’es tu marié? J’ai répondu : J’ai épousé une matrone. Il a dit : Pourquoi, tu n’as pas de penchant pour les jeunes vierges et pour les caresser? Jabir a également indiqué : L’apôtre d’Allah a dit : Pourquoi tu n’as pas épousé une jeune fille de sorte que tu pourrais jouer avec elle et elle avec toi ?

    Pour ceux qui avanceront l’argument éculé que les hadith sont peu fiables et que seul le coran est une base véridique, nous rappelons que Sahih signifie « authentique » (reconnu par les savants de l’islam) et que si les hadith ne sont pas une source fiable (les hadith douteux sont toujours ceux qui montrent les aspects gênants de Mahomet, les autres sont toujours véridiques… un peu facile!) alors il faut aussi douter de l’existence de Mahomet et de ses compagnons car c’est par les hadith que nous avons connaissance d’eux.

    Douter des hadith « authentiques » c’est douter de la sunna et donc, de facto, cesser d’être un musulman.

    « Le Coran et la Sunna sont deux sources inséparables. Quiconque nie l’une d’entre-elles a nié et démenti l’autre. Un tel acte est considéré comme de la mécréance et de l’égarement. La personne qui nie la Sunna est considérée comme étant sorti de l’islam selon le consensus des savants et des croyants. »

    Abdul Aziz ibn Abdullah Ibn Baz
    Président général de l’Administration des Recherches Islamiques et de l’Ifta (Arabie Saoudite)

    *Mahomet est un pillard et un racketteur :

    Hadith, Dawud 19:2993
    Nous étions à Mirbad. Un homme avec une chevelure désordonnée est venu tenant un morceau de cuir rouge à la main.
    Nous avons dit:
    -Tu sembles être un bédouin.
    -Oui.
    -Donne nous ce morceau de cuir.
    Il nous le donna et nous l’avons lu. Il contenait le texte suivant:
    De Muhammad l’envoyé d’Allah à au Banu Zuhayr ibn Uqaysh. Si vous témoignez qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Muhammad est l’envoyé d’Allah, que vous faites la prière, que vous payez la zakat, que vous payez le quint (le cinquième) dans le butin, plus la part du prophète et sa part spéciale, vous serez sous la protection d’Allah et de son apôtre.

    ibn Sad, Tabaqat II 106
    L’apôtre d’Allah envoya Abu Ubayda avec 40 musulmans. Ils accomplirent la prière du couchant et marchèrent contre eux. Ils ont atteint Dhu al Qassah, alors qu’il faisait encore nuit, avant le matin. Ils les attaquèrent et les forcèrent à se réfugier dans les montagnes. Il captura un homme qui se soumit à l’islam, et qu’il libéra donc. Il captura aussi certains de leurs chameaux et leurs biens, et les amena jusqu’à Médine. L’apôtre d’Allah, après s’être réservé sa part, fit le partage entre eux.

    Waqidi, Livre des expéditions 29
    … les hommes prisonniers, on les ligota et on les mit sous la surveillance de Burayd ibn al Khusayb, leurs ustensiles, leurs biens, et les armes, on les recueillit, le bétail, on le rassembla et on le mit sous la surveillance de l’affranchi de Muhammad Shuqran, les femmes et les enfants formèrent un troisième ensemble…
    Le butin, les bénéfices sur la revente et les objets, ont été distribués… il s’agissait de 2000 chameaux, 5000 moutons et 200 femmes.

    ibn Sad, Tabaqat II 107
    L’apôtre d’Allah apprit qu’une caravane des Quraysh venait de Syrie. Donc, l’apôtre d’Allah envoya Zayd ibn Haritha avec 170 cavaliers pour l’intercepter. Ils s’en emparèrent avec tout ce qui était dedans, comme une grande quantité d’argent appartenant à Safwan ibn Umayya et capturèrent tous ceux qui étaient dans la caravane, dont Abu al As ibn al Rafi.

    Waqidi, Livre des expéditions 40
    Zayd attaqua avec 15 hommes les Banu Thalaba à al Tharaf et captura 20 chameaux et moutons, avec lesquels ils revinrent contents après une absence de 4 jours. Les
    arabes s’étaient enfuis en croyant qu’ils avaient été attaqués par Muhammad lui-même ; ensuite, ils poursuivirent Zayd, mais sans le rattraper.

    ibn Sad, Tabaqat II 108
    L’apôtre d’Allah envoya Zayd ibn Haritha avec 500 hommes et renvoya Dihyah avec eux. Zayd voyagea de nuit et resta caché le jour. Il avait comme guide un homme des Banu Udhrah qui les conduisit jusqu’à les mener à bon port le matin. Les hommes de Zayd les pillèrent et en tuèrent quelques uns, leur apportant la panique, et tuant aussi al Hunayd et son fils. Ils ont capturé leurs troupeaux et les chameaux, et leurs femmes ; 1000 chameaux, 5000 chèvres, et 100 femmes et enfants comme prisonniers.

    ibn Hisham, Conduite de l’envoyé d’Allah 776
    Quand l’apôtre en eut fini avec Khaybar, Allah frappa de terreur les coeurs des hommes de Fadak, dès qu’ils surent ce que l’apôtre avait fait aux hommes de Khaybar. Ils envoyèrent une offre de paix à condition qu’ils puissent garder la moitié de leur production. Leur messagers vinrent auprès de lui à Khaybar, ou sur la route, ou à Médine, et il accepta leurs conditions. Ainsi, Fadak devint sa propriété privée, parce qu’elle n’avait pas été prise par cheval ou chameau.

    *Mahomet est un meurtrier :

    Tout au long de sa carrière de prophète Mahomet a tué ou fait tuer. Opposants politique, contradicteur, marchand ou simple non croyant, de l’individu jusqu’à la tribu entière, nul n’est à l’abri tant qu’il ne s’est pas soumis au « plus parfait des hommes ».

    Ceci n’est qu’une minuscule sélection des « exploits » de Mahomet, les hadith et les récits de sa vie sont remplis de massacres et de violences infligées aux non musulmans.

    Le prophète passa une fois avec moi à côté d’al Abwa ou de Waddan ; on lui demanda ce qu’il en était quand, dans une attaque nocturne contre des ennemis polythéistes, des femmes et des enfants sont frappés:
    -Ces femmes et ces enfants, répondit-il, font partie des ennemis.

    La torture du juif Kinana.
    ibn Hisham, Conduite de l’envoyé d’Allah 764-5
    Kinana ibn al Rabi, qui était le gardien du trésor des Banu al Nadir, fut amené devant l’apôtre qui l’interrogea à ce sujet. Il nia savoir où il était. Un juif arriva devant l’apôtre et dit qu’il avait vu Kinana autour d’une ruine chaque matin très tôt. L’apôtre demanda à Kinana:
    -Sais-tu que si nous découvrons que tu l’as caché, nous te tuerons?
    Il répondit que oui.
    L’apôtre donna des ordres pour que la ruine fut fouillée et le trésor fut trouvé.
    On l’interrogea alors sur le reste du trésor mais il refusa de le livrer, alors l’apôtre ordonna à al Zubayr ibn al Awwan:
    -Torture-le jusqu’à ce qu’il livre ce qu’il a.
    Alors il alluma un feu avec un silex et lui brûla la poitrine jusqu’à ce qu’il soit presque mort. Alors l’apôtre le livra à Muhammad ibn Maslama qui lui trancha la tête, pour venger son frère Mahmud.

    Baladuri, Livre des conquêtes 27
    A eux, le prophète dit:
    -Je suis conscient de la haine que vous avez contre Allah et son prophète, mais cela ne m’empêche pas de vous accorder ce que j’ai accordé à vos compagnons. Cependant, vous avez promis que si vous me cachiez quelque chose, verser votre sang me sera permis. Qu’est devenue votre vaisselle?
    Ils répondirent:
    -Elle a été perdue pendant le combat.
    Le prophète donna des ordres à ses compagnons d’aller où était enterrée la vaisselle. La vaisselle fut déterrée, et le prophète leur trancha la tête.

    Baladuri, Livre des conquêtes 27

    …dans un fort de Khaybar, il y avait une famille fortement opposée au prophète… Le prophète leur trancha la tête.

    ibn Hisham, Conduite de l’envoyé d’Allah 763.
    Quand l’apôtre a conquis al Qamus, le fort des Banu Abul, Huqayq bint Huyayy ibn Akhtab fut amenée devant lui avec une autre femme. Bilal qui les amenait les fit passer par l’endroit où les juifs avaient été massacrés ; et quand la femme qui était avec Safiya les découvrit, elle hurla, se gifla la figure et jeta de la poussière sur son visage. L’apôtre vit cela et il dit:
    -Eloigne cette diablesse de moi!

    Hadith: Sahih, Muslim 19:4437:4438

    … le messager d’Allah a attaqué Khaybar… Quand il est entré dans la ville, il a dit:
    -Allah est grand. Khaybar va subir la destruction!

    Hadith: Sahih, Muslim 19: 4467

    le messager d’Allah a conduit dix-neuf campagnes militaires et a combattu dans huit d’entre elles.

    * Mahomet est un esclavagiste :

    L’esclavagisme fait partie intégrante du fonctionnement de l’islam dès que les premiers musulmans ont la possibilité de s’en emparer. Alors que les hommes sont tués, les femmes et les enfants sont asservis et deviennent source de richesse et de plaisirs. Le coran fait explicitement mention de l’esclavagisme et de l’usage sexuel des esclaves; cela n’a jamais été ni condamné ni abrogé.

    ibn Hisham, Conduite de l’envoyé d’Allah, notes.
    Zayd était accompagné par Dumayra, un client d’Ali, et un de ses frères. Ils firent plusieurs prisonniers dans le peuple de Mina, qui est sur le rivage, un lot assez mélangé. Ils furent vendus comme esclaves et les familles furent séparées. L’apôtre arriva à cause des pleurs et demanda leur cause. Quand on lui dit, il ordonna:
    -Vendez-les seulement par lots!
    Cela voulait dire: les mères avec les enfants.

    Hadith: Sahih, Bukhari 46/ 717).

    … le prophète avait brusquement attaqué les Banu Mustaliq sans avertissement alors qu’ils étaient sans crainte et que leur bétail s’abreuvait aux points d’eau. Les hommes combattants ont été tués et les femmes et enfants pris comme captifs…

    Hadith: Sahih, Bukhari 64/38, 18
    Le prophète resta trois jours entre Khaybar et Médine pour célébrer son mariage avec Safiya. Comme on n’avait ni pain ni viande, le prophète se contenta de dire à Bilal d’apporter des nappes. On les étendit, on mit dessus des dattes, du fromage et du beurre. Les musulmans ayant demandé si Safiya était une des mères des croyants ou une esclave concubine, on leur répondit:
    -Si elle porte le voile, c’est qu’elle est mère des croyants; si elle n’en porte pas, c’est qu’elle est une esclave concubine.

    * Mahomet est un violeur, il autorise clairement la pratique du viol :

    La technique de séduction du prophète.
    Hadith: Sahih, Muslim 8:3432 & 3433

    D’après Abu Sa’id al-Khudri: Après la bataille de Hanain le Messager d’Allah envoya une armée à Autas… Les ayant vaincus et les ayant capturés, les Compagnons du Messager d’Allah semblèrent se restreindre d’avoir des relation sexuelles avec leurs captives parce que leurs époux étaient polythéistes (note: les musulmans considèrent les chrétiens comme polythéistes).

    Alors Allah le Très Haut révéla (note: Par l’intermédiaire de Mahomet bien évidemment) à ce sujet: « Et les femmes mariées, exceptées celles que votre main droite possède (note: captives et esclaves) » (sourate 4, v 24).

    Note de VV&D: le verset 24 de la sourate 4 décrit avec quelles catégories de femmes le musulman ne peut avoir de relations sexuelles, cet « ajout » permet donc aux musulmans de violer leurs esclaves et captives car leur capture annule leur état de femme mariée. Cette règle est toujours présente dans la Charia.

    ibn Sad, Tabaqat II 111-2

    Un matin, Zayd et ses compagnons firent leur takbir, les cernèrent et capturèrent Fatima bint Rabia ibn Badr, et sa fille al Jariya bint Malik ibn Hudahyada ibn Badr. Celui qui a capturé al Jariyah était Maslama ibn al Akwa. Il l’offrit à l’apôtre d’Allah. Ensuite, l’apôtre d’Allah l’offrit à Hazn ibn Abu Wahb.

    Hadith: Sahih, Bukhari 7:12: 1
    D’après Anas ibn Malik, lorsque l’envoyé d’Allah fit l’expédition de Khaybar, nous fîmes la prière du matin devant cette ville avant qu’il fit grand jour. Le prophète monta ensuite sur sa monture ; Abu Talha et moi, qui étais en croupe de ce dernier, nous eu fîmes autant. Le prophète lanca sa monture dans la rue de Khaybar et mon genou touchait la cuisse de l’envoyé d’Allah. Comme il relevait le voile qui couvrait sa cuisse, je pus apercevoir la blancheur de sa cuisse.
    Une fois entré dans le bourg, l’envoyé d’Allah s’écria :
    -Allah est grand! Khaybar sera détruite! Chaque fois que nous descendrons sur le territoire d’un peuple, sinistre sera le matin de ceux qui ont été avertis de nos menaces!
    Par trois. fois il répéta ces paroles. A ce moment les habitants de Khaybar, qui sortaient pour se livrer à leurs occupations habituelles, s’écrièrent:
    -C’est Muhammad!
    Abdelaziz fait remarquer que quelques-uns de nos compagnons assurent que les habitants ajoutèrent:
    – Avec la khemis, c’est-à-dire l’armée.
    La ville ayant été prise de force, ajoute Anas, on rassembla les captifs. Dihya se présenta alors et dit:
    -Ô prophète d’Allah, donne-moi une des femmes captives.
    – Va prendre une femme, lui répondit le prophète. Et Dihya prit Safiyya ibn Hoyayy. Alors un homme vint trouver le prophète et lui dit :
    -Tu viens de donner à Dihya Safiyya bint Hoyayy, la princesse des Qurayza et des Banu Nadir ; or cette femme ne convient qu’à toi seul.
    -Qu’on les amène tous deux, répliqua le prophète. Quand on les eut fait venir tous deux et que le prophète eut vu Safiyya, il dit à Dihya:
    -reprends une autre femme parmi les captives. Le prophète, ayant alors affranchi Safiyya de sa captivité, la prit pour femme.

    Note de vv&d: Safiyya était d’une très grande beauté, elle était l’épouse de Kinana trésorier des Banu al Nadir que Mahomet venait de faire torturer et tuer le jour même. On imagine aisément l’état d’esprit de la « jeune mariée » lors de la « nuit de noce ».

    Baladuri, Livre des conquêtes 24.
    Safiyya ajouta:
    -De tous les hommes, le prophète est celui que je déteste le plus, parce qu’il a tué mon époux, mon père, mon frère.

    Hadith: Sahih, Bukhari 34:109
    …étant assis auprès du prophète, un homme dit:
    -Ô envoyé d’Allah, nous avons eu des rapports avec nos captives et nous voudrions ne pas en perdre de la valeur. Que penses tu du retrait de la verge au moment de l’éjaculation?
    -Pratiquez vous donc ce procédé? s’écria le prophète, Eh bien, il n’y a aucun mal à ce que vous agissiez ainsi, car il n’est pas une seule âme pour laquelle Allah a décidé qu’elle sortirait du néant qui n’en sorte effecivement.

    Note de vv&d: On remarque que le principal souci des compagnons de Mahomet est d’éviter de faire perdre de la valeur à leur captives au cas où elles tombent enceintes suite aux viols qu’elles ont subi. Mahomet les rassure en leur affirmant que toute précaution est inutile, les enfants ne naissent que par la volonté d’Allah.

    Pour ceux qui pensent que le prophète ne peut avoir ainsi encouragé ses hommes à violer ainsi les captives:

    Hadith: Sahih, Muslim 8: 3371
    Abu Sayd a dit: nous sommes allés avec l’apôtre d’Allah en Expédition contre les Banu Al Mustaliq, et nous avons pris des captives parmi les captives d’excellentes femmes Arabes, nous avons désirés ces femmes parce que l’abstinence devenait difficile à supporter mais nous voulions aussi en tirer rançon. Alors nous avons décidé d’avoir des relations sexuelles avec elles mais en pratiquant le coït interrompu (note: si une femme tombe enceinte le prix de la rançon exigeable diminue). Mais nous nous dîmes: Nous faisons un acte alors que le prophète est avec nous; pourquoi ne pas lui demander?

    Nous lui avons demandé, et il a dit:
    -« Cela n’a pas d’importance , parce que si une âme est destinée à naître, elle naîtra. »

    Et il y en a de nombreux autres…

    Comme on peut le voir par ces quelques extraits, pris parmi une profusion d’écrits provenant de multiples sources d’origine musulmane, le portrait du prophète est conforme à ce qu’on pouvait s’attendre d’un dictateur médiéval illettré: cruauté, brutalité, prédation sexuelle débridée, autoritarisme sans bornes, aucun respect des valeurs humanistes.

    Mahomet n’est dans tout cela guère différent de tous les chefs de brigands qui ont pullulé au long de l’histoire de l’humanité. Dans un contexte moyenâgeux, la violence et la barbarie du personnage sont compréhensibles (bien que tout le monde à cette époque ne se conduisait pas d’une telle manière), mais le monde a aujourd’hui évolué, rendant de tels comportements obsolètes voir criminels.

    Comme il est dit au début, dresser le portrait de Mahomet à partir des textes anciens qui le décrivent ne sert pas ici à insulter le personnage dans une volonté d’humilier les musulmans, mais plutôt à montrer que le personnage appartient à une époque révolue où les critères de comportements n’étaient pas ceux d’aujourd’hui.

    Vouloir enseigner qu’au nom d’une croyance il faut imiter les actes et adopter les jugements d’un homme aussi violent ayant vécu il y a 1400 ans dans une société différente de la nôtre est non seulement absurde mais tout simplement criminel et tombe sous le coup de la Loi française.

    Incitation à la haine.
    Incitation au meurtre.
    Incitation au viol.
    Incitation à la discrimination.
    Etc…

    Ce qui peut rassurer, c’est qu’en réalité, l’Islam n’est pas une religion mais une idéologie violente et arriérée. La première fonction d’une religion est d’établir un lien entre l’homme et Dieu, ce n’est pas le cas ici, il s’agit d’une simple soumission à l’idée qu’un pervers se faisait de Dieu en son temps. C’est très différent.

  2. Si l’abbé Grosjean ne nous appelle pas explicitement à la prière dans son article, je suis certain qu’il nous y invite, comme le fait JMT avec sa foi vive quand il confie Asia BIBI au Seigneur et dans  » les mains de Dieu ». J’ai assez clamé sur ce blog ma conviction de la nécessité de la prière commune dans nos églises de campagnes en particulier, pour y souscrire pleinement.
    Je suis convaincu que la prière personnelle ou en groupe est l’arme première et ultime du chrétien que nul ne peut nous ravir.

    Prions donc pour Asia Bibi mais surtout pour que tous ceux qui la défendent et les instances internationales, soutenus par les opinions publiques quelles que soient leurs croyances, obtiennent sa grâce et sa libération.
    A propos de cette loi inique qui punit de mort le blasphème, rappelons-nous ce fait divers survenu il y a 2000 ans:
     » Le Grand Prêtre lui dit: « Je t’adjure par le Dieu Vivant de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu » –  » Tu l’as dit , lui dit Jésus …………… » Alors le Grand Prêtre déchira ses vétements en disant: » Il a blasphémé, ….. Là, vous venez d’entendre le blasphème !,Qu’en pensez-vous? » Ils répondirent:  » Il est passible de la peine de mort  » (Matthieu 25; 63-65)

  3. Il faut bien sûr prier pour Asa Bibi, chacun à son niveau est juge ensuite des meilleurs moyens diplomatique pour faire pression pour lui sauver la vie avec intelligence .
    Mais j’étais à la manif déconseillée, par Anne Isabelle Tollet ; Puis- je préciser que , personne ne songeait à mettre en cause l’immunité diplomatique ou à la troubler l’Ambassade du Paksitan, mais à faire réfléchir son Excellence l’Ambassadeur. du Pakistan.
    Il donc est scandaleux d’entendre dire, comme le dit cette même journaliste, qu’il ne faut pas intervenir pour Asia Bibi, parce qu’elle est chrétienne mais au nom alors de quoi? D’une laïcité qui d ‘ailleurs n’existe pas au Pakistan et de laisser entendre que les Musulmans seraient encore condamnés plus sévèrement qu’elle en cas de blasphème. .
    Oui, c’est bien en tant que Chrétienne qu’Asia Bibi a été l’objet de d’accusations fausses malveillantes hystériques, et que le tribunal l’a condamnée suite à des pressions indignes comme la cour d’appel sans pouvoir faire preuve du blasphème.et que cela choque toute personne de bonne volonté,- donc des Musulmans- chrétienne ou pas !! Oui cette loi sur le blasphème permet toutes les accusations et est à ce titre épouvantable. Oui les chrétiens ont le droit de dire leur peine et de demander au Pakistan d’agir en état responsable et non appliquant une justice hystérique . Finalement selon cette journaliste, on devrait concéder à ses bourreaux qu’être chrétien est une circonstance atténuante pour leur .justice du lynch. Et cacher et la foi d’Asia Bibi et la notre, alors qu’elle va au martyre lumineuse, refusant se soumettre à l’abjuration. Mais enfin, c’est quoi cette négation !
    Non le devoir des chrétiens, est de proclamer sa foi et d’éclairer, non de se coucher.

    Henri Peter

    • Cher Monsieur,

      Bien sûr, comme vous et comme tous les chrétiens, je suis violemment hostile à une loi qui condamne à mort le blasphème. Comme vous et comme tous les chrétiens, je crois que toute femme et tout homme sur terre doit avoir le droit de pratiquer sa religion sans la moindre hostilité de la part de ceux qui croient autrement.

      Nous réagissons en Occidentaux face à des fanatiques qui ne servent pas la religion mais se servent de la religion pour laisser libre cours à leur violence.
      Le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, et le ministre fédéral des Minorités religieuses, Shahbaz Bhatti, lui-même de confession catholique, qui avaient pris sa défense, ont été assassinés.

      L’argument de Anne-Isabelle Tollet consiste à dire : pour éviter le pire, agissons non en chrétiens, ce qui attiserait le feu et aurait pour résultat l’exécution de la peine, mais par « un dialogue ouvert avec les autorités pakistanaises, qui soit diplomatique et sans argument religieux. »

      Alors, avant de nous emballer, réfléchissons. Que voulons-nous ? Faire d’Asia Bibi une martyre, ou essayer de sauver sa vie ?

      Il ne s’agit pas, comme vous le voyez, de baisser les bras et d’accepter n’importe quoi, mais d’essayer de trouver le moyen le meilleur pour sauver cette jeune femme qui restera désormais une icône de la foi. Alors prions pour savoir intervenir avec intelligence.

      JMT

  4. Ce genre de position devient véritablement insupportable : on peut blasphémer le Christ et sa Parole en toute impunité et a contrario quand il s’agit de l’Islam et du Coran c’est la pendaison qui vous attend…En ce qui concerne Asia Bibi je ne vois pas en quoi l’affirmation par celle-ci de sa croyance dans le Christ serait un blasphème ! Accepter cette logique est d’une lâcheté et d’un renoncement total qui conduira immanquablement à l’instauration de Califats. Cette jeune-femme est bien plus courageuse que vous, et nous tous d’ailleurs.
    NON NON et MILLE FOIS NON à ce chantage pervers !

    • Comme beaucoup, je ne connais pas les détails précis de ce qui est à l’origine du procès intenté à Asia Bibi, mais pour autant que je sache, le blasphème n’est pas l’affirmation de sa croyance dans le Christ. Si tel était le cas, tous les chrétiens du Pakistan seraient condamnés à mort.
      Je crois que souvent nous allons trop vite dans nos réactions, et que cela peut avoir des effets inverses à ceux que l’on cherche à atteindre.
      Ceci dit, chacun réagit avec sa sensibilité, bien sûr, et l’exprime avec ses mots.

  5. C’est effectivement la seule et bonne solution. Merci à l’abbé Grosjean pour cette initiative de prière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :