LA MORT, SOURCE DE VIE ?


.

La mort pourrait-elle être source de vie ?

Copyright  2012 JMT

.

C’est un vendredi de juillet.

On annonce gros temps sur l’Aquitaine comme sur d’autres régions de France. Groupés en masse orageuse, les nuages semblent se préparer à intervenir. Que vont-ils faire ? Le vent doit être en embuscade quelque part, on ne le voit pas, on ne le sent pas. A peine si quelques aiguilles de pins tombent de temps en temps, grillées par le soleil des jours d’avant. Alors l’orage s’efface, timide, sans bruit.

Dans le village, l’église se remplit peu à peu. Une belle église de Chalosse dont les pierres, tannées par les siècles à l’extérieur, sont restées pures et blanches à l’intérieur.

De rangs en rangs, les uns et les autres se voient, se reconnaissent, s’appellent, changent de chaises pour se rapprocher et retrouver, au moins pour un moment, le clan tissé au fil des années, des mariages et des naissances.

Copyright  2012 JMT

Non, aujourd’hui ce n’est pas un mariage. Il n’est plus là, le patriarche autour de qui tout le monde se rassemble. Parti depuis quelques jours pour ce domaine qui reste mystérieux, où nous sommes tous conviés lorsque viendra notre tour, et où l’on rencontrera enfin celui qui, au Buisson Ardent, nous a donné son nom, « JE SUIS ». Celui qu’on nomme Dieu ou encore Père.

Il est des temps qui nous dépassent, nous font grandir, nous aident à regarder d’en haut ce que l’on vit ici. Ce vendredi de juillet en était un. Pas de larmes, elles avaient coulé au tout début, le jour où le patriarche s’en était allé, poignante séparation. C’était plutôt un abandon confiant, entre espoir et tendresse, où rire et sourire avaient toute leur place. Entre souvenir et prière, la silhouette du patriarche se profilait, vu par ses proches de tous âges qui le décrivaient, le comparaient ou lui parlaient. Comme il était présent, celui qui nous avait quittés !

Il est des temps qui nous font prendre conscience de notre devenir, du formidable appel que nous adresse l’auteur de la création mais auquel parfois nous restons sourds. Il est des temps où l’on peut dire, comme nous y étions invités ce vendredi : « Maintenant, Seigneur, Tu peux me laisser m’en aller dans la paix. Maintenant, Seigneur, Tu peux me laisser reposer […] Car mes yeux ont vu le salut que Tu prépares à la face des peuples. » (Luc 2, 29-32)Copyright  2012 JMT

 

Joie de revoir des visages dont les années, nombreuses, nous avaient séparés, et des amis plus proches (dans le temps et l’espace), joie de se rappeler que Dieu nous a créés à son image et à sa ressemblance, joie de voir que la famille, dans le projet splendide de Dieu, est un joyau qu’il faut à tout prix conserver, surtout en un temps où certains voudraient la faire disparaître…

Merci, Michel !

Jean-Michel

.

.

Une Réponse

  1. Merci Jean-Michel pour ce témoignage si profond et vrai ; celà nous touche beaucoup tant par l’affection qu’il dégage que par la réalité du vécu de ce beau jour plein d’espérance que fut l’enterrement de papa.
    Nous avons avons été heureux de vous voir parmi nous et vous embrassons affectueusement. Evelyne et Louis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :