La mante religieuse (second article)


.

027581

Après l’article publié le 4 juin, voici une autre approche du film de Natalie Saccaro, par Caroline de Fouquières, intéressante parce qu’elle exprime une vision très différente. Cette critique justifie plus que la place d’un simple commentaire, aussi a-t-il été jugé préférable d’en faire un article à part entière.

 

Décevante Mante Religieuse…

Le sujet du film à savoir la renaissance dans le Christ d’un être déchu n’était pas pour me déplaire d’autant plus que j’avais à l’esprit le bouleversant témoignage de Natalie Saccaro devant Jésus et son Sacré- Cœur meurtri par l’indifférence des hommes. Un film prometteur indubitablement se profilait…

Lors de son interview sur KTO, la réalisatrice compare son héroïne Jézabel à une Marie Madeleine des temps modernes ; excusez du peu ! Or, la sainte des courtisanes n’a JAMAIS cherché à séduire Jésus. Devant l’infinie tendresse miséricordieuse de Notre Seigneur, Marie Madeleine a pleuré ses péchés et n’est en rien une prédatrice. Notre mante prénommée Jézabel, artiste peintre bi-sexuelle, fait le pari avec sa compagne de mettre le bel abbé dans son lit. Le trophée de l’exploit sera son col romain tel le chasseur mandaté par la méchante reine de rapporter le cœur de l’innocente et pure Blanche Neige ; tout un symbole…

Alors certes, Jézabel à la fin, sera sur la voie de la conversion en trouvant la paix dans un carmel (admirable Geneviève Casile en mère supérieure) mais à quel prix ? la mort du père David dans un accident de moto ! Bien sûr, il sera sauvé en exprimant son désir de se confesser in extremis et on pourra toujours dire que leur passion conduisant à une impasse, il se sera sacrifié. Mais zut, zut et zut ! Le héros meurt et c’est trop triste !

Revenons quelques décennies en arrière et penchons-nous sur un film assez similaire ;   Léon Morin Prêtre  de Jean-Pierre Melville.

Durant l’Occupation, dans un petit village, une veuve communiste Barny, par simple jeu dialecticien, cherche à ébranler les convictions d’un jeune vicaire (étonnant Jean Paul Belmondo dans sa prime jeunesse !). Une de ses amies, blonde fantasque, est résolue à séduire le beau prêtre et Barny à son tour, va s’éprendre de l’abbé Morin… Je ne déflorerai pas le dénouement afin de vous encourager à voir ou à revoir ce chef- d’œuvre.

Ce qui fait la grandeur du film de Melville est de montrer comment un prêtre devant la passion amoureuse d’une femme s’efface pour accomplir sa mission sacerdotale. Il est un alter Christus, un homme de Dieu, un berger irréductible qui avance malgré les tempêtes, uniquement habité par ce pourquoi il a été consacré, à savoir le salut des âmes.

Ce qui désole dans la Mante religieuse c’est primo, cette timidité à montrer le combat intérieur d’un prêtre. Bon sang de bois, en huit ans d’études, j’ose espérer qu’on apprend aux séminaristes à résister aux tentations du monde !!! (La femme en est une, ne soyons pas naïfs) Quid de la présence d’un directeur spirituel, quid de la lecture de son bréviaire, de l’examen de conscience ? Du discernement des esprits ignacien ?

Deuzio, le film pèche par l’attitude démagogique du prêtre face aux marginaux. S’il est vrai que les prostituées et les brigands nous précéderont dans le royaume des cieux, oublier qu’un travesti vendant ses charmes est un objet de scandale pour les enfants est surprenant de la part d’une réalisatrice catholique.

Enfin, et ce n’est pas un détail, pourquoi avoir aussi explicitement montré une scène de saphisme ainsi qu’un acte sexuel dégradant ? Suggérer eût été tout aussi efficace pour exprimer la déchéance du personnage.

C’est dommage, ce film aurait pu être un Léon Morin des temps modernes il n’en a ni le souffle ni la maîtrise.

.

Caroline de Fouquières

.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :