LA LUMIERE NE S’ENFERME JAMAIS


.

C’était un jour d’automne. Un jour sans pluie ni soleil. Un jour, tout simplement.

Et pourtant pas n’importe lequel.

2013-08-21_09-47-37-Musée Rolin-042

C’était un jour d’obsèques, un de ces jours où la pensée flotte entre la vie, la vie de tous les jours, celle qui nous façonne. . .  et ce qui vient ensuite.

Un jour où les souvenirs affluent, où les yeux s’attardent sur ce que peut-être, d’habitude, on ne regarde pas si bien, un jour où l’on croise de lointains cousins et des parents très proches, des inconnus et des amis très chers, un jour où l’on pénètre dans une église, une basilique, une chapelle dans laquelle jamais auparavant on se s’était rendu.

C’était alors un jour très différent des autres.

Or, ce jour-là d’automne, l’église dans laquelle nous pénétrâmes était déjà remplie, chaises et bancs occupés pour la plupart, bien qu’il restât encore largement du temps avant l’heure où devaient commencer les obsèques.

Copyright  2012 JMT

Ce qui s’avéra surprenant, ce fut le silence qui régnait dans ces lieux, loin des conversations à mi-voix et demi-mots qui s’échangent en général en pareilles circonstances. Un silence épais, palpable, autour d’une invisible présence.

_1170880

Car justement, celui qui était absent depuis quelques jours, celui qui avait quitté le monde des vivants, était incroyablement présent et unissait dans une même pensée ceux qui l’avaient bien connu comme ceux qui venaient seulement ici, ce jour-là, par lien familial ou amical, sans l’avoir croisé plus d’une fois ou deux.

DSC_1474

Comment décrire cette impression ? Quels mots pour partager avec celles et ceux qui liront ces lignes cette envie de fusion, d’espérance, cette certitude de vie ?

Parce que justement, là, à côté de nous, la vie venait de prendre un nouvel essor. Nous n’assistions pas à une fin mais à un renouveau, à une naissance dans un monde élargi, autre, infini.

DSC_1519

Jamais jusque-là l’ « autre » vie ne m‘avait semblé aussi proche, palpable, éclatante. Il faut être fou, pensez-vous peut-être, pour écrire cela. Sauf… sauf si l’on était présent ce jour-là d’automne, dans cette église à présent bondée, unie, faite de certitude qu’aujourd’hui est devenu l’après auquel on croit quand on chemine dans l’espérance.

Copyright  2012 JMT

Mystère inexplicable de la foi.

C’était un jour d’automne. Un jour sans pluie ni soleil. Un jour où celui qui s’en était allé ouvrait grand la porte pour tous ceux venus l’accompagner, et semblait dire « Allez, n’ayez pas peur, marchez. »

Oui, c’était un jour d’automne. Un jour sans pluie où le soleil venait de s’infiltrer. Parce que la lumière ne s’enferme jamais.

Un jour où Adieu rimait étrangement avec radieux.

DSC_2635.

.

Texte et photos © Jean-Michel Touche

.

4 Réponses

  1. […] Voir aussi La lumière ne s’enferme jamais.. […]

  2. Superbe texte et superbes photos, Jean-Michel. Merci à toi.
    Annie

  3. Que c’est beau !

    Les mots pour dire l’indicible…Merci, Jean-Michel.

    Mifa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :