Objets inanimés, avez-vous donc une âme…


.

Cet article pourrait aussi s’intituler « Brocante en Bourgogne »

Chacun d’entre nous a eu la curiosité de parcourir les trésors que contiennent les Brocantes. Au moins une fois dans sa vie.

Peut-être « trésors » est-il un grand mot.

Et pourtant !.. On prend dans sa main un objet, on le retourne, on le sent, _33on le pèse, on le regarde. Puis on le repose. Mais quelque chose agit et nous le fait reprendre, bien qu’on se dise « Je n’en ai pas besoin, qu’en ferais-je ? »

… Au cœur de la Puisaye, dans l’Yonne, Saint-Fargeau est réputée pour son château, millénaire et magnifique. Ce n’est pourtant pas lui qui a retenu tout d’abord mon attention, mais une maison entièrement dédiée à la brocante, le dépôt-vente de Nicole Duperrier.

Si vous vous dirigez vers le château en passant par la place de Lattre de Tassigny, vous ne pouvez manquer cette étrange caverne d’Ali Baba. Dès le trottoir, des louches accrochées aux volets, des casseroles, des pots à lait, de la faïence, des paniers d’osier. . .  un curieux bric-à-brac qui éveille la curiosité.

.

_34

Près de la porte d’entrée, des tableaux de toute sorte, en équilibre contre le mur.

Vous gravissez deux marches et là… bienvenue dans le monde des souvenirs hétéroclites.

.

_36

Innombrables verres de toutes tailles, rangés les uns à côté des autres, lampes à huile en cuivre, tableaux divers pour tous les goûts, ours en peluche qui n’ont plus d’âge, maquettes, petites voitures avec ou sans roues, cafetières des années quarante et plus si affinité, petits personnages divers, et une poupée qui pourrait être aujourd’hui arrière grand-mère et qui, toute sage et silencieuse, attend on ne sait quoi.

.

_37

Pas un centimètre de libre dans cette maison. L’étroit escalier qui mène à l’étage est lui aussi colonisé par quantité de bibelots, et dès le palier on comprend qu’il faudra faire moult attention si l’on veut entrer dans les deux ou trois pièces de l’étage sans rien casser ni abîmer, ni faire tomber. Il y en a partout.

.

_35

Alors, intuitivement, remonte à la mémoire cette réflexion de Lamartine:

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme

qui s’attache à la nôtre et la force d’aimer ? »

Quelle est l’histoire de cette robe encore fraîche ? Qui l’a portée ? Quand? Qu’a-t-elle visité, cette petite robe ?

_38

Et ces clubs de golf, à qui ont-ils servi ? Qui les a pris dans ses mains pour frapper une balle peut-être indocile, perdue dans quelque marais et jamais retrouvée ?

_39

Et cette grande affiche de Jane Avril, fille d’une demi-mondaine et d’un noble italien, qui si souvent servit de modèle à Toulouse-Lautrec, qui donc la possédait ? Sur quel mur trônait-elle ?

_40

Une promenade en brocante est un questionnement permanent en histoires inconnues, un fil tendu avec le passé, avec les autres, ceux qui ont aimé ces objets, les ont conservés, peut-être même cachés quelque temps pour qu’on ne les oblige pas à s’en séparer, et puis un jour. . .

.

_42.

_43

.

_44

Allez, bye-bye, et surtout, parole de clown, ne nous oubliez pas !

_45

.

Photos © Jean-Michel Touche

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :