Augustodunum


.

Augustodunum (en passant par Autun)

.

Savez-vous qui, entre 27 avant et 14 après Jésus-Christ, a fait construire Augustodunum, sur les bords de l’Arroux ?

L’empereur Auguste lui-même. Par la suite, et assez rapidement, Augustodunum devait devenir « Sœur émule de Rome ». Pas mal, non ?

S’il revenait aujourd’hui, l’empereur serait un peu perdu. Certainement il ne reconnaîtrait rien de l’Augustodunum d’antan aujourd’hui devenue Autun. Mais peut-être aimerait-il marcher dans la ville et se promener dans les environs ?

Contentons-nous de trois haltes, la première à la Maison Sainte-Barbe, la seconde à la Cathédrale Saint-Lazare en complément des photos qui illustrent l’article « Belle Bourgogne, tes pierres nous parlent » (cliquez si vous souhaitez le revoir), enfin la troisième à l’Exposition de Chantal Dunoyer.

° ° °

. . . Maison Sainte-Barbe

« La maison Sainte-Barbe doit son origine à la fondation du dortoir du chapitre cathédrale d’Autun par l’évêque Jonas en 858, poursuivie par Augier en 877. »

Ainsi commence la présentation de cette belle demeure, sur le site qui lui est consacré et que je ne saurais trop vous conseiller de visiter en cliquant sur Maison Sainte-Barbe.

Même si l’on n’est pas empereur romain, on appréciera la manière dont on est accueilli, bien sûr, l’originalité des chambres, de la salle de petit-déjeuner, de l’entrée et du jardin, et de manière générale, le charme des lieux. Charme peut-être difficile à commenter, mais que vous pourrez découvrir grâce à quelques photos.

.

_161.

_164.

.

_151.

_194.

_170.

_184.

La nuit, autour de la Maison Sainte-Barbe

_152.

_153

.

. . . Et, tout près, la cathédrale Saint Lazare

_205

.

-198Admirateurs du tympan de la cathédrale

_206Le maître-autel

_197Relique de Saint Lazare (dans le maître-autel)

Au Vème siècle, l’évêque d’Aix en Provence, qui s’appelle Lazare, se rend à Jérusalem où il doit assister à un synode. A son retour, son diocèse adopte le culte de Lazare, ressuscité à Béthanie par Jésus son ami (Jean, chapitre 11).

Avec le temps (cela prend tout de même trois siècles), on finit par mélanger allègrement le culte de Lazare ami de Jésus avec le tombeau de l’évêque retrouvé sous Charlemagne. Assurément, la relique conservée en la cathédrale d’Autun ne provient pas du Lazare ressuscité à Béthanie, mais de l’ancien évêque d’Aix. Vous en saurez davantage en consultant le site de l’Abbaye de Notre-Dame de Venière.

.

_160.

_204.

_203.

_201.

_202

 ° ° °

Chantal Dunoyer

Si vous n’avez pas encore la chance de connaître son talent, et si vous voyez dans la rue une oie qui vous toise à la manière de celle-ci. . .

_191

. . . n’hésitez pas, entrez ! Vous allez découvrir une étonnante exposition de la personne qui vous regarde. . .

_192. . . Chantal Dunoyer elle-même.

De cette artiste tout à fait originale, voici ce qu’écrit l’écrivain Maurice G.Dantec :

« Installée depuis 40 ans dans les dépendances du domaine familial de Toulongeon, et depuis près de 60 ans dans l’indépendance d’une vie d’artiste pas vraiment comme les autres, Chantal Dunoyer a fait faire à ses poules morvandelles leur entrée dans les galeries d’art et les musées. [… ]

Ses poules de luxe ont la rondeur généreuse de l’artiste elle-même, la plénitude des croupes des Monts du Morvan qui les abritent. Ebourrifées par l’hiver, conquérantes ou humbles, pensives ou farceuses, elles ont la vérité d’une basse-cour morvandelle et la boue de l’Autunois colle à leur plumage de papier.

Chantal est technicienne en avicollage. Ses volailles fermières ont une autre saveur que nos poulets prêt-à-cuire, et le poulailler de Chantal Dunoyer est à notre langue-de-bois artistique ce que le chapon de Bresse est au Chikengburger de boulevard. »

Allez, plutôt que de vous laisser mijoter, voici quelques-unes de ses réalisations.

_199 _185

.

_186

._188

_189_modifié-1.

_200

.

. . . Enfin, vu en chemin . . .

_159Etranges fruits du terroir. . .

_182Le temple de Janus

_156Clin d’oeil bourguignon à la Bretagne.

Et pour finir, un coup de chapeau en vitrine !

_158

.

Photos ©Jean-Michel Touche

.

2 Réponses

  1. Saint Germain de Paris (VIème siècle après J.C.) était originaire d’Autun. Après des études à Avallon, il fut un temps abbé de Saint-Symporien d’Autun. Le roi de Paris, Childebert, fils de Clovis et de sainte Clotilde, le découvre et se prend d’amitié pour lui. Saint Germain devient le vingtième évêque de Paris et le fondateur de l’abbaye Sainte-Croix-Saint-Vincent qui deviendra Saint-Germain-des-Prés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :