Flânerie en pays burgonde


.

     Le saviez-vous ? Avant d’être Bourgogne (Bregogne en morvandiau), cette belle et riche région s’appelait la Buregondie, du nom des Burgondes qui en firent un royaume. Celui-ci devait ensuite devenir Royaume des Deux Bourgognes, puis se diviser en comté et duché de Bourgogne.

     Mais ce n’est pas un historique de la Bourgogne que je vous propose. Seulement une courte balade en pays Burgonde, à l’aide de photos prises ici ou là au gré des virages, des paysages, des moments inattendus et de la lumière.

     Mézilles, tout d’abord, non loin de Saint-Sauveur en Puisaye, premier arrêt. Brève flânerie auprès d’un cours d’eau et d’un gué.

_95.

_94

° ° °

     Un certain nombre de lieues et virages plus tard, nous entrons dans Saint-Fargeau, où le château attire tous les regards par sa taille et sa couleur. Deux tours rondes et massives en gardent l’entrée, tandis qu’un parement de briques roses et des lanternons au-dessus des toitures lui donnent une belle élégance.

_96

.

_97.

_103.

_104

.

_98

     C’est la Grande Mademoiselle, cousine de Louis XIV, exilée à Saint-Fargeau par son royal cousin en raison de son engagement dans la Fronde, qui tranforme en château, avec l’architecte François Le Vau, l’ancien pavillon de chasse devenu à l’époque  forteresse .

Perdons-nous quelque temps dans ses combles.

_101

.
.
.
.
.
.
.
..
.
.

.

.
.
.

.

_102

.

_99.

_100.

     Saint-Fargeau est aussi l’occasion d’assister à un splendide spectacle de Son et Lumière, et de rêver dans la brocante de Nicole Duperrier.

° ° °

     Poursuivons notre route. Allez jusqu’à Donzy, nous recommande un couple avec lequel nous partageons un petit déjeuner à la sympathique Maison d’Hôtes l’Orée des Vignes. Entrez au Moulin de l’Île. Vous y trouverez…

     Mais voyez plutôt.

_106

.

_107.

_105

      Au bord de la Talvane (à moins que ce ne soit le Nohain car Donzy s’est installée au confluent de ces deux rivières), on peut voir la maison des maîtres du Moulin.

     Si vous vous y rendez, vous verrez le moulin lui-même, juste à côté. Bien que la hauteur de la chute d’eau soit minime, une conduite forcée pousse l’eau vers une roue qui actionne tout le moulin, à commencer par une énorme meule sous laquelle s’écrasent selon le cas les noix ou les noisettes._108

.

_109.

_111.

_110.

_113.

_114.

_112.

_116.

_115

° ° °

     Aux environs de Donzy, voici Saint-Sauveur en Puisaye, ville natale de Colette. Elle se caractérise par l’existence d’un monumental donjon du XIème siècle, la tour Sarrazine, dont on ignore à peu près tout, et dont l’esthétique ne laisse pas un souvenir impérissable (mais évidemment il n’était pas construit dans ce but.) St-Sauveur en Puisaye possède également un musée consacré à Colette.

_120.

_122.

_123.

_124

° ° °

     L’étape suivante, La Charité sur Loire, est particulière. Pour deux raisons. L’église Notre-Dame, tout d’abord, le rayonnement du livre ensuite.

     Edifiée à partir de 1059, la prieurale mesurait 122 mètres de long, à peine moins que Notre-Dame de Paris qui en mesure 130. Malheureusement, plusieurs travées sont détruites par un incendie en 1559 (il n’en reste aujourd’hui que quatre) ainsi que le clocher. Le porche d’origine et la tour Sainte-Croix se trouvent donc séparés du reste de l’église, comme le montrent les photos ci-dessous, et des habitations ont été construites dans les arcs des travées disparues.

_136

Quatre travées séparaient la porte que vous voyez ci-dessus, du porche de l’église (photo suivante).  Dans les arcatures de ces travées se trouvent aujourd’hui des logements et l’office du tourisme._129.

_128Cela crée à l’extérieur un mélange assez étonnant, que l’on oublie une fois entré dans l’église.

_150.

_149.

_133.

_135Ce tympan représente la Transfiguration

_132Détail du tympan (la présentation de l’enfant Jésus au Temple)

° ° °

La Charité sur Loire se distingue par une autre caractéristique : une douzaine de librairies se sont ouvertes dans la partie basse de la ville, près de la Loire, dans le sillage de Christian Vallériaux, libraire parisien venu s’y installer en 1995. C’est ainsi que La Charité sur Loire est devenue « La Ville du Livre ».  On y trouve toutes sortes d’ouvrages, et de nombreux lecteurs installés un peu n’importe où, lisant livres ou journaux.

_127

.

_131._137.

_138.

_142(photo à l’ancienne)

.

_144.

_140.

_139.

_141.

_145.

Il est une autre caratéristique surprenante, à La Charité sur Loire : le nombre de sentences que l’on peut lire sur les murs de la ville. En voici quelques-unes.

_147

L’humanité devrait y réfléchir !

_148Ben… Dame oui !

_146J’avoue avoir moi-même grimpé le raidillon en hérétique, ravi de ce clin d’oeil à mes très proches amis protestants.

. . . et peut-être à bientôt pour un autre aperçu burgonde ?

.

Photos © Jean-Michel Touche

.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :