Le Havre, film à la fois étrange et profond


Avec tout ce qu’on a lu, entendu et vu dans la presse, Il faudrait vraiment s’être bouché les oreilles et avoir fermé les yeux pour ne pas être au courant du problème des immigrés. Au courant seulement, sauf si, pour une raison ou pour une autre, on se trouve directement concerné par ce sujet.

Après avoir vu Le Havre, on ne peut plus dire exactement la même chose.

Marcel Marx, extravagant cireur de chaussures, se trouve lié au destin d’un jeune immigré originaire d’Afrique. Tout naturellement et presque malgré lui, il vient en aide à ce jeune garçon qui désire se rendre à Londres où vit sa mère.
Ce qui se passe ensuite ? Cela appartient au film, vous le découvrirez si vous allez le voir.
Film étrange : mise en scène minimaliste, jeu des acteurs extrêmement dépouillé, jusqu’à leur façon de parler. L’acteur principal, André Wilms, au jeu d’une rare sobriété, donne parfois l’impression qu’il récite le texte plus qu’il ne l’interprète. Et la manière de parler de son épouse (l’actrice finlandaise Kati Outinen), renforce encore cette impression.
Au début, cela paraît curieux. Puis, peu à peu, on se laisse emporter par ces scènes qui évoquent le passé, dans ces rues et ces bistrots à la limite de la pauvreté, cette maison qu’un rien suffirait à démolir, ces 403 et ces Renault 16 des années 60 ou 70. On se prend d’affection pour ces gens qui frisent la précarité et qui, pourtant, s’unissent tout naturellement pour sauver un enfant de couleur. On voudrait pouvoir soi-même « faire quelque chose ».

Quelles que soient les idées que l’on a en entrant dans la salle, on en sort en ayant tout d’abord l’impression qu’on revient du Havre, et en se disant ensuite qu’il ne faut jamais désespérer de rien. Car les petits gestes sont capables de grandes choses, quand on y croit (bien que ce ne soit pas explicitement indiqué, c’est une vraie lumière qu’on reçoit avec ce film qu’on peut ne pas aimer, bien sûr, mais qui nous invite à poser un regard différent sur les autres et sur soi-même.)

Les principaux acteurs de ce film réalisé par le Finlandais Aki Kaurismäki, sont André Wilms (Marcel Marx), Kati Outinen (sa femme), Jean-Pierre Darroussin (le commissaire de police) et Blondin Miquel (Idrissa).

Le Havre est sorti en France le 21 décembre 2011. Pas facile peut-être, mais un film qui  « se goûte » autant après l’avoir vu que pendant la projection.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :