JESUS – 1 : Jésus devant l’histoire


Le document ci-après provient de l’enseignement dispensé par l’équipe ALPHA de la paroisse Notre-Dame de Grâce de Passy, à Paris, durant les années 2000 à 2002.

Cette page présente le premier chapitre. Vous pourrez lire la suite en cliquant sur le titre des chapitres ci-après :

2 – Jésus pleinement homme

3 – Jésus pleinement Dieu

4 – Jésus, qu’a-t-il dit ?

5 – Jésus, que dit-on de lui ?


Jésus devant l’Histoire

LE CONTEXTE

Rome est alors la puissance dominante du bassin méditerranéen.

Ses armées occupent la Palestine dont les habitants, les Hébreux, sont un peuple difficile à gouverner, qui peut se soulever à tout moment pour des motifs religieux.

Les Hébreux attendent un Messie (on en parlera plus loin) dont ils pensent qu’il les délivrera du joug romain.

LES SOURCES

On peut s’étonner que les historiens aient si peu parlé de Jésus. Mais la province de Palestine n’était pas Rome, et ceux qui rédigeaient l’Histoire prêtaient peu d’attention à ce qui s’y passait (péripéties mineures à leurs yeux, pour reprendre le mot du Père Bernard Sesboüé dans « CROIRE » aux éditions Droguet et Ardant ).

Les techniques de l’information (et l’intérêt pour l’information) n’étaient pas ce qu’elles sont de nos jours…

          Sources païennes

Peu de textes, pour les raisons expliquées ci-dessus. Toutefois trois historiens romains mentionnent Jésus :

            –  Pline le jeune (112 après JC) :

Il mentionne dans une lettre à l’empereur Trajan, la présence de chrétiens dans la province de Bithynie dont il était le légat (petite région située entre la Mer Noire et le mer de Marmara, au dessous d’Istanbul). La persécution de ces chrétiens lui posait des problèmes car leur faute consistait en ceci : «… ils s’assemblaient à date fixe avant le lever du jour, et chantaient entre eux des hymnes au Christ comme à un Dieu… »

          –  Tacite :

Vers l’an 116 il raconte dans « Les Annales » que Néron accusa les chrétiens d’être responsables du grand incendie de Rome. Il écrit : « Ce nom leur vient de Christ qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Pilate. »

          –  Suétone :

Vers 120 après JC, dans « La Vie de l’empereur Claude », il mentionne des troubles dans la colonie juive de Rome :  » Comme les Juifs se soulevaient continuellement à l’instigation d’un certain Chrestos, il [l’empereur Claude] les chassa de Rome. »

On sait donc que :

1) un homme appelé Christ a été mis à mort du temps de l’empereur Tibère, sur ordre du procurateur Pilate, en Judée, et

2) comme l’indique Bernard Sesboüé, qu’il est à l’origine de la « secte » des chrétiens.

C’est peu de choses, mais ça confirme ce que disent les textes du Nouveau Testament.

          Sources juives

  –  Flavius Josèphe : Il ne fait que trois petites allusions au Christ dans son livre « Les Antiquités Juives ».

         Sources Chrétiennes

Le premier en date de tous les textes chrétiens écrits est sans doute  la 1ère lettre de St Paul aux Théssaloniciens que les historiens datent de l’an 50 ou 51 de notre ère, soit une vingtaine d’années après la mort et la résurrection du Christ.

        L’Évangile de Marc a dû être écrit avant la destruction du Temple en 70.

(Encyc. Des Religions)

       Les Évangiles, les Actes des apôtres, les lettres des apôtres (épîtres) et l’Apocalypse.

Les Évangiles ont d’abord connu une phase orale d’une vingtaine d’années, à partir des paroles de Jésus. Ensuite Marc a rédigé le premier texte. Ce qui est intéressant, c’est que ce texte a été écrit une fois connue toute la vie de Jésus.

Les journalistes qui ont couvert les événements de 1968 n’ont pas décrit les faits comme les historiens ont pu le faire à partir des années 80, parce que ceux-ci avaient une meilleure vue des origines de cette crise sociale, une compréhension de son déroulement et déjà une connaissance de leurs conséquences.

Il en est allé de même pour les rédacteurs des Evangiles.

De ces textes, « … nous disposons d’une beaucoup plus grande quantité de manuscrits que pour l’ensemble des auteurs grecs et latins de la même époque. Quelques fragments remontent même à l’an 150. » (B.Sesboüé)

Par exemple nous avons 5.000 copies en grec et 10.000 en latin, alors que nous n’avons que 9 à 10 ex de la Guerre des Gaules de César.

QUELQUES REPERES

De récentes découvertes archéologiques authentifient certains passages des Évangiles, notamment la maison de Pierre, à Capharnaüm, où l’on a fait passer un paralytique par le toit pour le présenter à Jésus et obtenir sa guérison.

Compte tenu de ce qui précède, l’existence de Jésus n’est plus mise en doute de nos jours par les historiens.

Selon le consensus, il serait mort sous le gouvernement du préfet Pilate en l’an 30, sans doute le 7 avril (Sesboüé p.233). Son ministère public aurait duré environ 2 ans et demi.

On ne connaît pas avec précision la date de naissance des grands hommes de l’Antiquité, rappelle B.Sesboüé, car par définition on ne naît pas « grand homme ». Mais d’après les textes (Luc raconte qu’il a commencé sa vie publique à 30 ans), Jésus serait né en l’an –5 ou –6 de l’ère chrétienne, ce qui fait également l’objet d’un consensus.

Quelques indications sur sa vie

Jésus est né à Bethléem, en Judée

Joseph et Marie viennent s’y faire compter car César Auguste (Lc 2, 1 et suivants), la puissance romaine, a décidé le recensement de la population de l’empire.

Hérode Antipas, gouverneur juif de la Galilée, ayant ordonné après la visite des « rois mages » l’exécution de tous les enfants nés depuis moins de 2 ans pour des raisons que nous n’avons pas la place de développer ici, ses parents partent pour l’Egypte où ils vivront durant 4 ans.

Retour en Palestine et vie à Nazareth, dans la province de Galilée. Les évangiles s’étendent peu sur son enfance et son adolescence. Nous savons cependant que, comme tous les enfants de son pays, il va à la synagogue, il entend la lecture des textes des prophètes, il récite les Psaumes.

Le début de sa vie publique est marqué par le baptême que lui donne Jean Baptiste, dans le Jourdain. Ce Jean vit en ascète dans le désert de Judée où il annonce l’arrivée du royaume de Dieu et prê­che le repentir des péchés. Nombreux sont ceux qui viennent de Judée et de Jérusalem se faire baptiser dans le Jourdain en confessant leurs péchés.  (Evangile de Matthieu, chapitre 3)

Jésus se rend ensuite dans le désert où Satan s’efforcera mais en vain de le tenter, en mettant en avant la puissance dont il dispose en étant Fils de Dieu.

Jésus revient en Galilée et commence à prêcher et à annoncer la venue du Royaume de Dieu. Il appelle les premiers disciples, ceux à qui il annonce qu’il en fera des pêcheurs d’hommes. Il en prendra 12 (car 12 tribus d’Israël).

Peu après il opère son premier miracle, à la demande de sa mère, et change de l’eau en vin aux noces de Cana. (Jean 2 ; 1-11)

Après Cana il s’installe à Capharnaüm, au bord de la mer de Galilée, dans la maison de Simon Pierre.

Il guérit des malades. Comme, à cette époque, on ne connaissait pas l’origine et la cause des maladies, on les attribuait à une possession démoniaque. Guérir était alors considéré comme exorciser.

Mais Jésus est surtout un orateur. Il parle par paraboles (images simples destinées à faire comprendre ce qui est difficile à expliquer). Il séduit les foules qui viennent de plus en plus nombreuses pour l’écouter. Le nombre de ses disciples agrandit. Douze d’entre eux deviennent ses compagnons les plus assidus, ceux qui seront plus tard les apôtres.

Le message d’amour qu’il annonce, il le destine aussi bien aux païens qu’aux Juifs qui se considéraient comme le (seul) peuple élu.

La renommée de Jésus atteint bientôt la Judée, région du sud, et Jérusalem, la ville du Temple. L’impact de sa parole auprès des foules inquiète les autorités religieuses qui vont bientôt chercher à l’éliminer.
Trahi par un de ses disciples, il mourra sur une croix qui deviendra Lumière du monde.



J.M.T.

Suite de cet article en cliquant sur  :

2 – Jésus pleinement homme

3 – Jésus pleinement Dieu

4 – Jésus, qu’a-t-il dit ?

5 – Jésus, que dit-on de lui ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :