Le discours d’un roi (Un film de Tom Hooper )


Il fallait du culot pour faire un film sur un sujet aussi ténu que l’histoire d’un homme qui lutte contre son bégaiement.

Bien sûr, direz-vous, ce n’est pas n’importe quel homme (tout un chacun n’est pas appelé à devenir roi malgré lui) et nous sommes à la veille de la deuxième guerre mondiale.

Mais c’est essentiellement sur le jeu remarquable des acteurs que repose la qualité du film. On pourrait presque se contenter de regarder leurs visages : ils parlent d’eux-mêmes et nous font pénétrer d’une manière rare dans l’intimité de leurs pensées, de la volonté qui les anime, de leurs forces mais aussi de leurs faiblesses.

Helena Boham Carter, que certains se rappelleront avoir vue dans « Retour à Howard’s End » de James Ivory, est une épouse à la fois présente mais également discrète, chaque fois nécessaire. Son mari dans le film, Colin Firths, fait réellement vivre au spectateur  le malaise du futur George VI, avec ces mots qu’il s’épuise à exprimer et qui restent bloqués au fond de sa gorge. … et presque de la nôtre, tellement le jeu de l’acteur nous conduit à entrer dans son combat personnel.

Mais le plus intense dans le jeu, avec son regard si expressif dans lequel passent tout à la fois la dérision et le doute, mais aussi la volonté et la certitude, reste à n’en pas douter Geoffrey Rush, le thérapeute australien aux méthodes inattendues, avec lequel George VI nouera une réelle amitié.

On ne saurait oublier l’excellent archevêque de Westminster (Derek Jacobi), plus vrai que nature, mais on regrettera la grimace perpétuelle de Winston Churchill (Timothy Spall) dont on se demande à tout moment s’il va parler ou aboyer.

Comme dans « Le Concert », de Radu Mihaileanu, où les échanges de regards entre Mélanie Laurent, incarnant une violoniste virtuose, et Aleksei Guskov, le chef d’orchestre, étaient d’une extrême intensité qui faisait oublier tout le reste, ce sont bien les regards qui font du « discours d’un roi » un grand film

Une partie du public a applaudi à la fin de la projection, c’est suffisamment inhabituel pour être signalé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :