Le dernier jeu à la mode


Vous ne voyez pas de quoi il s’agit ?
Mais si, vous le connaissez. Le jeu consiste à taper sur la France. Pas sûr que ça rapporte gros, mais on dirait que ça soulage, à l’intérieur des frontières comme à l’extérieur. Même à Washington, dont on n’a pourtant pas entendu dire que la politique concernant les voisins mexicains était accueillante au point de servir de modèle.

Alors ça serait bien de calmer le jeu et de regarder les choses en face. Car la triste polémique dont on nous abreuve jour après jour sert peut-être de défoulement à beaucoup de monde, mais malheureusement pas aux premiers intéressés.

Avant d’être politique, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire en l’instrumentalisant à l’excès, il s’agit d’un problème de société.

Quel accueil réservons-nous aux Roms, chacun d’entre nous ? Qui peut affirmer sans rougir qu’il se réjouira de voir un camp de Roms s’installer sous ses fenêtres ? Qui se penche pour donner quelque chose à ces femmes qui tendent la main, au coin des rues, certaines avec un bébé dans les bras, ou à ces accordéonistes qui tentent leur chance dans le métro ?

Certaines mairies, détenues par des membres de l’opposition, ont fait procéder à des expulsions. Celle de Nantes, par exemple, qui a ensuite été condamnée à indemniser des Roms après les avoir expulsés en avril dernier, en raison d’une irrégularité dans la procédure (voir le site de France-Soir). Elle fait appel de ce jugement !
Martine Aubry elle-même aurait demandé l’expulsion de Roms d’un terrain qu’ils occupaient à Villeneuve d’Ascq, avant de se rétracter, d’après Le Point.fr qui cite le Figaro.

Alors, où est la vérité ? Où se trouve la sagesse ? Mieux vaudrait s’asseoir et réfléchir plutôt qu’attiser le feu.

La vraie difficulté réside dans la capacité et la volonté que nous avons, nous, les uns et les autres, pays de la communauté européenne mais également simples individus, d’accueillir ou non cette population nomade qui erre depuis des siècles. Exiger à tout prix que ces familles puissent s’installer ici (ou ailleurs) et les y laisser vivre dans la misère, n’est certainement pas la solution ! Un récent reportage télévisé montrait combien le voisinage est mal vécu de part et d’autre.

L’Europe alloue un budget plus que conséquent pour les Roms et les populations défavorisées (17 milliards d’euros pour la période 2007 – 2013, ce n’est pas rien ! Voir l’article du Figaro.fr sur le sujet.) Pour quels résultats ? A quoi sert-il, cet argent ? Qui aide-t-il ? Tant qu’une véritable politique européenne ne sera pas mise en œuvre, fondée sur une approche humaine et respectueuse de l’autre, tout le monde aura beau s’agiter, le sort de ces malheureux Roms n’avancera guère. Voilà ce que nous devrions rappeler à nos élus.

Le sujet est abordé avec intelligence dans un excellent article de Libertepolitique.com du 3 septembre 2010.

2 Réponses

  1. […] The busiest day of the year was September 20th with 159 views. The most popular post that day was Le dernier jeu à la mode. […]

  2. merci pour tout ceci
    j’ai aussi regardé les liens
    cela aide la mémoire
    à + J et P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :