Réflexion sur le Carême proposée par dom Olivier


C’est aujourd’hui, le jour des beignets ! Ou tout au moins le dernier avant ce temps du Carême qui semble arriver toujours trop vite.

Qui donc aime faire pénitence ?
La meilleure manière d’y entraîner époux et enfants ne serait-elle pas celle de la joie ?
La joie qui est bel et bien la caractéristique du chrétien.

Il puise la joie dans la prière confiante en Dieu qui se révèle à nous comme un Créateur et Rédempteur.
Quelle joie plus grande que celle d’être présent à l’Amour ?

ll attise la joie par la pratique du jeûne qui, en faisant attendre l’heure du dé-jeune (rupture du jeûne), creuse le désir.
Combien la joie est grande lorsque l’attente se trouve récompensée par l’accueil de la nourriture accueillie comme le don qui rassasie.

Il fait grandir la joie par le partage, l’aumône faite en secret, respectant la dignité de celui qui la reçoit lui qui est enfant du même Père.
Là se construit, profondément, la communion des saints, la joie de l’amour donné et reçu.

Dom Olivier – Abbaye de Saint-Wandrille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :